Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy

Une discussion avec la nouvelle garde de l’heroïc fantasy

Par Raven, le mercredi 31 octobre 2007 à 13:01:13

La seconde partie

Amazon.com : Quelles influences littéraires possédez-vous qui pourraient surprendre les lecteurs ?

Joe Abercrombie : Les première qui me viennent à l'esprit, en essayant de ne pas avoir l'air trop prétentieux, sont Charles Dickens (pour les personnages et les dialogues à la fois merveilleux et bizarres), Aleksandr I. Solzenitsine (pour comprendre comment les gens se comportent vraiment sous la pression), James Ellroy (pour les chocs et les surprises à la fois dans l'intrigue et les personnages), Philip Larkin (pour son intrépidité, sa concision et son cynisme cinglant). Okay, c'était plutôt prétentieux, mais bon, je collerais aussi J.R.R. Tolkien, Ursula K. Le Guin, Michael Moorcock et George R.R. Martin avec eux. Ca ferait une jolie réunion pour le dîner, quand on y pense. Et puis, j'y ajoute beaucoup d'auteurs de romans historiques, disons Shelby Foote pour son Histoire de la Guerre Civile. Mais je suis un éditeur de films à la base, alors je tends à trouver beaucoup d'inspiration dans les films et la télévision, tout depuis le manga jusqu'aux westerns, au film noir et aux histoires de flics.
Karen Miller : Pour moi, le théâtre et Dorothy Dunnet. J'écris des pièces, je joue et je dirige ma compagnie théâtrale. Le théâtre est une écriture psychologique, c'est une façon de raconter axée sur les dialogues. Je pense que mon amour du théâtre a eu un véritable impact sur mon style... Ce qui peut expliquer ma réponse à la première question (dans la partie précédente, NdT) Dorothy Dunnet était un merveilleux auteur de fiction historique. Son cycle de Lumond en six tomes, situé au seizième siècle, en Ecosse et en Europe, m'a réellement montré ce qui était possible en matière de création de personnages, d'écriture fondée sur l'émotion. La profondeur et la richesse de son travail sont magnifiques. Je ne joue pas encore à son niveau, mais c'est quelque chose vers laquelle je tends tous mes efforts.
Brian Ruckley : Je ne suis pas certain que ce soit très surprenant, mais j'ai toujours lu un grand nombre de livres d'histoire, de tout depuis l'âge de pierre, en passant par Rome et Byzance, jusqu'aux guerres civiles britannique et américaine. Je recommande cette méthode pour tout aspirant auteur de fantasy : une chose que vous apprenez très vite est que l'histoire du monde réel est presque toujours plus sanglante, brutale, surprenante et dramatique que ce qu'inventent les auteurs de fiction. Des réminiscences de ces lectures pointent leur nez dans tout Winterbirth. Le prologue comprend une scène qui est un écho des Spartiates tenant le défilé des Thermopyles ; une de mes races non humaines – les Kyrinin – est vaguement fondée sur une combinaison entre les Européens préhistoriques et les cultures amérindiennes ; il y a des touches de clans écossais et même de Venise médiévale.
Brandon Sanderson : Herman Melville. Moby Dick est un travail fabuleux pour un lecteur de fantasy. Le monde détaillé qu'il a créé provient de la réalité, mais me semble aussi étranger et intéressant que tout ce qui vient de fantasy épique. J’envie ces choses-là.

Amazon.com : Sur quoi travaillez-vous en ce moment ?

Joe Abercrombie: L'édition de la dernière partie de la trilogies, Last Argument of Kings, vient juste d'être complétée, alors il est temps de passer à quelque chose de nouveau. Dans mon cas, il va s'agir d'un roman isolé, avec une structure plus simple et plus concentrée, appelé Best Served Cold. Vous pourriez le définir comme un thriller fantastique, un croisement entre Corum et Point Blank, et au cas où vous n'auriez pas deviné... cela parle de vengeance.
Karen Miller : Je vais commencer le troisième livre de la trilogie de Godspeaker. Le premier livre est l'Impératrice, et il sortira aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne l'année prochaine. Il est très axé sur les personnages, une fois de plus, mais beaucoup plus sombre que mes travaux précédents. Le décor est plus impressionnant, pas aussi confiné que dans les deux Faiseur de Rois et Briseur de Rois. C'est un sacré défi, mais je m'amuse beaucoup.
Brian Ruckley : Je travaille sur le troisième et dernier livre de ma trilogie (le deuxième, Bloodheir, est déjà fini). J'ai toujours su comment l'histoire se termine, mais inévitablement, il y a quelques surprises tout au long de la route, y compris pour l'auteur, quand il s'agit de savoir exactement comment on en arrive à tel point, qui survit, qui meurt, toutes ces choses. C'est très satisfaisant de sentir que vous approchez du but, et que vous rassemblez toutes les intrigues.
Brandon Sanderson : J'ai récemment commencé une incursion possiblement folle dans le monde de la publication pour enfants. Le premier livre, Alcatraz versus the Evil Librarians, vient juste de sortir. A part ça, Mistborn 3 est terminé, tout comme le livre suivant (pas un Mistborn, mais une histoire différente).

Amazon.com : Merci ! C’a été un plaisir de discuter avec vous.

  1. La première partie
  2. La seconde partie
  3. Les suppléments !

Auteur

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :