Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy

Deux interviews de Karen Miller

Par Luigi Brosse, le lundi 7 juillet 2008 à 23:58:28

Karen MillerAlors que l'activité récente de Karen Miller commence à être assez chargée en France en ce moment (son premier livre traduit et le dossier de presse correspondant), nous avons décidé de vous traduire deux interviews pour vous faire découvrir cette auteur qui a fait sensation en 2005.
La première interview date d'octobre de l'année dernière et se focalise plutôt sur la première duologie (celle qui va paraître chez nous cet automne). La seconde est plus récente et tourne davantage autour de sa nouvelle trilogie (qui est en cours de parution en Australie). Toutes deux viennent de Grasping for the Wind.

En parler en forum

A propos du Royaume de Lur

Grasping for the Wind : Merci d'avoir accepté de vous faire interviewer. Pourriez-vous nous donner un rapide aperçu de l'histoire de votre duologie de La Prophétie du royaume de Lur, pour ceux qui ne l'ont pas encore lue ?
Karen Miller : Et merci de me l'avoir proposé ! La Prophétie du royaume de Lur (tomes 1 et 2) est l'histoire de deux hommes que le destin et les intrigues rassemblent pour empêcher une calamité prévue de longue date à Lur, un petit royaume isolé. Bien qu'ils viennent de milieux remarquablement différents – Asher est un travailleur, un pêcheur, et Gar est de sang noble, un prince, ils deviendront des amis originaux et découvriront qu'ils ont bien plus en commun qu'ils ne l'avaient imaginé. C'est une histoire qui parle d'amitié, de sacrifice, de secrets, de mensonges et de jusqu'où les gens sont prêts à aller pour avoir ce qu'ils veulent. Il y a beaucoup de drames et d'intrigues, un peu de magie mais très peu d'épées. Et pour plus de détails sur le scénario… (sourire) je pense que c'est ce à quoi sert de lire le livre !
Le personnage principal, Asher, parle de façon familière avec un fort accent. Est-ce qu'il était difficile pour vous de mettre en forme un tel accent, et pourquoi avez-vous choisi que ce personnage si important soit un gars de la campagne ?
Eh bien, je sens qu'il faut que je défende ici Asher. Je ne pense pas qu'il soit un cul terreux. Et je ne pense pas non plus qu'avoir un accent en fasse de vous un. Je pense que c'est une supposition malheureuse que les gens font, cela dessert considérablement les personnes qui sont intelligentes, drôles, malignes, pleines de ressources et qui viennent d'un endroit avec un fort accent régional. La façon dont parle une personne, en terme de dialecte ou d'accent voire même de familiarité, n'a aucun impact sur son efficacité à être un meneur, un entrepreneur, et n'est, en aucune façon, un baromètre de son intelligence.
J'accepterais joyeusement le fait qu'Asher soit rustique. Il l'est. Il n'est pas non plus parfait – il a des faiblesses et des défauts, tout comme vous et moi; Mais il est très malin, il s'adapte à son environnement, et quand les choses s'échauffent, il est courageux. Tout le reste n'est que de la décoration à mon avis.
Quant à développer son parler, cela m'a certainement demander une réflexion et un affinage. J'aime écrire des dialogues, et donc je ne savais pas que ce serait aussi difficile, ainsi qu'un challenge intéressant. (sourire) J'avais certainement envie de montrer comment sonnait cette façon régionale de parler, de le mettre en contraste avec les façons plus "raffinées" de discuter de la famille royale et de leur serviteurs. Cela m'a aussi donné la chance de montrer comment il s'adapte aux circonstances, mais aussi comment il sait utiliser son accent comme une arme et comme un moyen pour maintenir son identité tandis que sa vie subie des transformations radicales. Son accent est une manière de maintenir son identité, et je pense, une affirmation importante de la sorte d'homme à laquelle il appartient.
Le Mage du prince aborde des thèmes comme les races, la justice et la famille. Y'a-t-il une raison particulière qui vous a poussé vers ces thèmes particuliers !
Hum, je suppose qu'ils m'intéressaient. Les drames humains m'intéressent, les interactions, les relations et les conflits humains aussi. Ils sont très personnels, ils impliquent des enjeux importants. Nous sommes tous concernés de manière quotidienne, c'est donc la sorte de thèmes qui nous touche personnellement et qui permet au lecteur de s'identifier aux personnages et à leurs voyages. De plus, lorsque vous touchez au fantastique, comme nous le faisons en fantasy, je pense que c'est un point clé à ne pas oublier. Plus vous concevez vos personnages et leurs vies de manière réelle et attachée à la réalité, plus il est facile de suspendre l'incrédulité du lecteur vis-à-vis des éléments les plus imaginaires de l'histoire.
Le Mage du prince, bien que rempli de scènes dramatiques, manque d'action en comparaison à de la high fantasy traditionnelle. Pourquoi avez-vous évité le modèle conventionnel ?
Hum, je pense qu'en tant qu'écrivain, nous avons tendance à écrire le genre d'histoires que nous aimerions lire. Même si je ne déteste pas l'action en tant que telle, cela ne m'a jamais intéressé de la façon dont les enjeux des drames et relations humains m'intéressent et m'impliquent. Pour moi, une bataille est quasi-identique à la suivante, il ne s'agit que de sang et d'épées, tandis que le champ de bataille des relations humaines et le cœur humain contiennent une complexité et des variations infinies. Par ailleurs, il me manque actuellement l'expérience physique et tactile de la bataille, nécessaire pour, à mon avis, lui rendre pleinement justice. Je travaille à corriger cela, puisque j'aimerai avoir l'option d'inclure des scènes de bataille de grande ampleur dans mes écrits futurs. Je ne suis pas certaine d'avoir éviter de manière consciente l'action traditionnelle – ou si c'est le cas, ce n'est pas du dédain – c'est plus un cas où je reconnais mes forces et mes faiblesses et mes limitations. Si je ne peux pas bien le faire, je préfère ne pas le faire du tout – mais quand je pense que je suis capable de quelque chose de décent, je vais faire de mon mieux.
Mais vous savez, après avoir dit cela – je suppose que j'ai toujours eu envie de trouver de nouvelles façons pour aborder les traditions du genre. Et je pense que je peux sereinement dire que même lorsque j'inclus de grosses scènes d'action, elles seront toujours influencées par une dimension humaine intime. Sans une composante personnelle forte à l'action, sans conséquence humaine, cela ressemble trop à un jeu vidéo pour que cela crée pour moi une connexion émotionnelle avec les événements et leur écriture.
Vous intégrez de brillante manière de l'humour à votre histoire, une chose assez inhabituelle en high fantasy. Pourquoi avez-vous choisi que vos personnages se conduisent et parle humoristiquement ?
Eh bien, merci ! Pour être honnête, ce n'était pas un choix conscient. Je n'ai jamais pensé une seule fois, oooh je dois rajouter un morceau drôle à cet endroit. Parfois les personnages ouvrent la bouche et disent des trucs qui vous font sourire, ou peut-être rire. Hum, okay, cela me faisait sourire et rire parfois – vous ne pouvez pas savoir combien je suis soulagé de ne pas être la seule ! (sourire) Tout cela vient des personnages et de leur personnalité et de comment ils voient le monde. Les gens qui autorisent le ridicule dans leur vision du monde auront, je pense, un sens de l'humour plus développé dans leur caractère. Et cela devient un aspect naturel de la manière dont ils pensent, s'expriment et interagissent. Mais cela revient toujours à la personnalité de chacun. Certains ne voient jamais ce qui est drôle. Ou bien, ils sont si sérieux qu'ils en deviennent drôles pour d'autres, ce qui amène une forme d'humour différente.
Certains de vos "méchants", lorsque vous nous emmenez dans leurs têtes, ne sont pas, comme nous le découvrons, véritablement mauvais, mais plutôt dans l'erreur (par exemple Durn). De même, vos héros commettent des erreurs et sont égoïstes. Pourquoi évitez-vous le classique bon ou mauvais pour vos personnages ?
Je pense qu'il est important de reconnaître que, à quelques rares exceptions, les gens sont un mélange complexe de traits positifs et négatifs. Par conséquent, fabriquer des personnages entièrement bon ou mauvais est malhonnête vis-à-vis de la signification d'être humain. Pour moi, mon intérêt et mon engagement auprès d'un personnage repose dans les conflits, les contradictions, le bazar que c'est de bien ou mal se comporter, et les raisons qui nous poussent dans une direction et les conséquences de ces décisions. Les choix que nous effectuons au cours de nos vies nous forment et nous définissent, et examiner ce voyage est, à mon avis, l'une des choses les plus amusantes concernant lire et écrire des histoires. J'ai découvert cette dichotomie, parfois frustrante, il y a plusieurs années. Je travaillais pour un homme qui, de bien des manières, était détestable. Mais tandis qu'il s'éteignait d'un cancer, il pensa à m'acheter des tickets pour assister à un concert de musique classique car il savait que j'adorais ça et il pensait que j'apprécierais ce moment. Ce fut une expérience enrichissante, car même si je souhaitais continuer à le détester, cet acte unique de gentillesse m'a forcé à reconnaître que personne n'est entièrement mauvais, entièrement horrible. Même les pires personnes sont capables de gentillesse, de générosité, d'amour. C'était une bonne leçon à apprendre.
Quelle a été la réponse la plus surprenante que vous avez reçu de la part de vos lecteurs ?
Il n'y a rien eu de surprenant, jusqu'à présent, même si de nombreuses réactions étaient gratifiantes. J'adore quand les gens disent que bien que normalement ils ne lisent pas de fantasy, ils ont lu et apprécié mes livres. Je me sens comme si j'avais fait un nouveau converti à la cause ! C'est merveilleux ! Et j'aime quand les gens, qui se focalisent généralement sur la fantasy gorgée de batailles, découvrent qu'ils peuvent apprécier une histoire plus intérieure, plus dramatiquement humaine. Je pense que ces deux genres sont importants, ils ajoutent tous deux une profondeur énorme et de la valeur au champ de la fantasy, et c'est amusant de faire lire des gens en dehors de leurs habitudes.
Je pense que c'est la libraire qui s'exprime en moi !
Est-ce que vous êtes en train de travailler sur de nouveaux projets ? Que pouvez-vous nous confier à leur sujet ?
Je suis en train effectivement. J'ai ma première trilogie sur le feu en ce moment, le tome 1 de Godspeaker est sorti à présent, ici en Australie, le tome 2 arrive en décembre (NdT : 2007), et le tome 3 sera là en juin prochain (NdT : 2008). La trilogie sera publiée l'année prochaine, en 2008, aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, à nouveau par Orbit. Il y a plus d'ampleur, un monde plus complexe. Cela a été un challenge énorme à écrire. Je pense que l'on peut raisonnablement dire qu'il n'y a pas de passage Walt Disney dans ce tome 1 (sourire). Le premier chapitre est disponible pour essayer sur mon site web, www.karenmiller.net. Le titre australien est Empress of Mijak. Aux US/GB, il deviendra Empress. Un extrait du chapitre 2 devrait arriver prochainement, et montrera un autre endroit du monde avec des personnages différents.
Je suis aussi en train de finir un nouveau roman sur Stargate SG-1, avant de m'attaquer au tome 3 de Godspeaker. J'ai aussi un nouveau projet en cours de finalisation, mais je ne peux pas encore en parler, plus l'année prochaine une nouvelle série sous un pseudonyme en Australie. Toujours de la fantasy, mais des romans indépendants avec des personnages récurrent, et une veine humoristiques plus prononcées. Pas tout à fait de la fantasy burlesque mais avec définitivement quelques accents comiques. La série n'a pas encore trouvé une maison à l'étranger mais j'y travaille.
Grosso modo, je suis assez occupée pour encore un petit moment… (sourire)
Voulez-vous ajouter quelque chose pour ceux qui penseraient commencer Le Mage du prince ?
Vraiment, tout ce que je peux dire c'est, s'il vous plait, essayez de le lire parce que j'aime ce livre et avec de la chance vous l'adorerez aussi ! Et j'ajouterais ensuite, pour ceux qui ont fait le plongeon, merci beaucoup ! J'espère ne pas vous avoir déçus.
Un sacré merci, John.
C'est avec plaisir.

L'article originel

  1. A propos du Royaume de Lur
  2. A propos de Godspeaker

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :