Vous êtes ici : Page d'accueil > Interview > Interview traduite

Towers of Midnight : nouvelle interview de Brandon Sanderson

Par Nak, le vendredi 5 novembre 2010 à 13:02:37

Elle est toute fraîche l’interview que nous vous proposons aujourd’hui !
Towers of Midnight est loin d’être traduit en France et pourtant vous trouverez déjà ici certains éléments pour vous tenir en haleine. Brandon Sanderson répond à certaines critiques qui ont pu lui être faites et explique notamment son processus d’écriture.
A lire !

L'interview traduite

TOMAllons d'abord droit au but. Est-ce que le personnage de Mat et son scénario joueront un plus grand rôle dans Towers of Midnight ? Avez-vous pris en compte les préoccupations des critiques concernant votre interprétation de Mat Cauthon ?
Mat jouera un rôle bien plus important. Pour commencer, une grande partie des éléments que Robert Jordan a laissés concernant Mat trouvent leur place dans ce livre plutôt que dans The Gathering Storm. Mais j’ai bien examiné Mat. Le fait que j’ai ou pas pris en compte les préoccupations des critiques sera quelque chose que les lecteurs devront décider. J’ai mis en ligne le premier chapitre du livre du point de vue de Mat sur mon site internet. Lisez ce chapitre et décidez par vous-même.
Après avoir publié The Gathering Storm et avoir reçu les réponses des lecteurs, avez-vous changé quoi que ce soit dans votre approche d’écriture pour Towers of Midnight ?
Mat a été celui pour qui j’ai passé le plus de temps sur les critiques. Avec tout le reste ou presque, j’ai continué de faire ce que je faisais. La partie difficile avec Towers of Midnight a été que je sentais dès le départ que ça allait être un livre très différent de The Gathering Storm. Donc prendre en compte ce que les gens me disaient sur The Gathering Storm et l’utiliser pour Towers of Midnight pouvait être quelque chose de dangereux, à cause de la différence de ton et des différentes intrigues entre les deux livres. Donc j’ai dû l’écrire comme je le pouvais, c’est-à-dire essayre d’en faire le meilleur livre possible, bien que j’aie regardé à deux fois tout ce qui touchait à Mat.
Est-ce que Rand devient plus sympathique dans Towers of Midnight ? Dans The Gathering Storm, il ressemble parfois à un gamin puissant et irascible. Est-ce que le Rand héroïque et noble de L’œil du Monde et Le cor de Valère va revenir ?
Lisez et découvrez-le. C’est tout ce que je peux dire pour celle-là.
Note de l’éditeur : Lisez Apple’s First, le chapitre un de Towers of Midnight. Ca donne une bon idée de la réponse. (Au moment où la question a été posée, le chapitre un n’était pas encore disponible à la lecture.)
Vous étiez simultanément en train décrire/peaufiner Towers of Midnight et The Way of Kings, travaillant 14 heures par jour. Avez-vous réussi à préserver Towers of Midnight et à rester fidèle à Jordan sans y mélanger votre propre ouvrage ?
Je suis devenu très bon pour ce genre de choses au fil des années. Par exemple, pendant des années je travaillais sur quelque chose comme la série Mistborn en même temps que la série Alcatraz. Si vous lisez les deux, vous vous rendrez compte que les tons sont très différents. Une des façons qui me permet de garder les choses bien séparées est que généralement je n’écris de nouvelles choses que pour un projet à la fois. Je peux éditer et réviser un projet, en prenant ce qu’il faut et en l’améliorant, en même temps que j’écris quelque chose de complètement nouveau pour un autre projet. Une des choses que vous devriez garder à l’esprit est que quand j’écris les livres de la Roue du Temps, la difficulté est toujours – même si je ne travaille pas sur autre chose en même temps – d’être sûr que je reste juste par rapport à la vision de Robert Jordan sur les personnages plutôt que de les interpréter moi-même. Ce qui veut dire que quand vient le temps d’écrire une scène du point de vue d’un personnage, avant d’écrire quoi que ce soit ce jour-là je commence généralement par lire un chapitre des ouvrages de Jordan avec le point de vue de ce personnage, et j’essaie de m’imprégner de ça dans ma tête et de trouver une résonnance, comme ça quand je m’assieds pour écrire je peux conserver la même voix pour le personnage.
Votre question revient un peu à demander à un artiste Comment pouvez-vous peindre un tableau impressionniste un jour, et ensuite passer à du réalisme le jour d’après ? Et bien, ce sont des arts assez différents. Chacun s’exprime par une peinture de sa propre et unique façon, et c’est simplement ce que vous faites en tant qu’artiste. C’est la même difficulté qu’à un écrivain pour passer d’un personnage à un autre dans un même livre. Comment est-ce que j’écris du point de vue de Shallan dans The Way of Kings et ensuite je passe à Kaladin, et comment est-ce que je les empêche de parler de la même manière ? Cette quelque chose que vous devez apprendre à faire en tant qu’écrivain. Dans le cas contraire, les voix de vos personnages se mélangent toutes.
Est-ce qu’il y a d’autres cerises sur le gâteau que le lecteur attentif de la Roue du Temps pourra trouver dans Towers of Midnight et pouvez-vous en nommer un ?
Ouhla. Et bien, une cerise sur le gâteau pour une personne n’est que quelque chose de très évident pour une autre. Dans le chapitre un, Apples First, dans lequel un personnage de {The Eye of the World}} apparaît, je voulais que ça soit plus comme une cerise sur le gâteau et ne pas dire aux gens qui c’était. Mais Harriet a demandé que je mette un gros rappel vers la fin du chapitre pour savoir où les personnages s’étaient rencontrés. Donc il y a des choses comme ça, des personnages reviennent, mais la plupart du temps on a plutôt appliqué le principe de précaution et donné un peu plus de rappels sur l’origine de ces personnages. Si vous prenez l’intrigue de Lan, plusieurs personnages de New Spring font leur réapparition. Le lecteur attentif de la Roue du Temps ne considèrera pas ça comme une cerise sur le gâteau, parce que ça va lui sembler assez évident, mais pour d’autres gens je pense que ça sera assez surprenant. Est-ce qu’il y aura une cerise du même genre que la référence à Platon dans The Gathering Storm ? Je suis sûr qu’il y a quelques petites choses qui sont enfouies là-dedans, car Robert Jordan aimait beaucoup inclure des références, mais je n’arrive pas à me rappeler un exemple là maintenant comme ça.
Maintenant que vous avez écrit un livre depuis la composition originale de Jordan, est-ce que vous devez arriver à être plus original, puisqu’il est probable que vous avez moins de matière préparée par Jordan maintenant ?
En fait, l’équilibre est à peu près similaire, à cause de la façon dont j’ai développé les livres. La moitié des scènes de prologue sur lesquelles Robert Jordan a travaillé a terminé dans The Gathering Storm ; l’autre moitié a fini dans Towers of Midnight. Je dirais qu’un tiers de la matière qu’il a laissé a fini dans The Gathering Storm, et un tiers également dans Towers of Midnight. Dans les deux cas je disposais d’une intrigue pour un personnage qui était au cœur du roman et qui avait été très bien agencée par Robert Jordan, et une autre intrigue que j’ai dû développer et ajouter moi-même. Ca a été le même cas dans les deux livres.
Travailler sur A Memory of Light va être une expérience différente, parce la plus grande partie de ce sur quoi Robert Jordan a travaillé est située vers la fin du livre plutôt que tout du long avec le point de vue d’un personnage. Mais il y aura toujours beaucoup de sa patte, et dans le cas présent je travaille vers cette partie-là. Vous devez vous rappeler que la façon dont j’écris ces livres est souvent de prendre le point de vue d’un groupe de personnages, et de les écrire du début à la fin du roman. Ce qui veut dire que j’ai déjà eu à travailler, même pour The Gathering Storm, sur des passages avec des points de vue pour lesquels il n’y avait pas grand-chose à tirer de Robert Jordan. Donc ça a été la même expérience – c’est vraiment divisé par intrigues.
Est-ce que les lecteurs peuvent s’attendre à voir plus de Réprouvés être détruits dans Towers of Midnight ?
Lisez et trouvez par vous-même.
Est-ce que vous considérez l’utilisation que fait Rand du Balefire comme un deus ex machina, comme certaines de vos critiques ont pu le dire ?
Je n’ai pas lu ces critiques. Je ne comprends pas bien, parce que je ne vois pas que mon utilisation du balefire soit plus deus ex machina que la façon dont il avait été utilisé auparavant dans la série. Par définition, ce n’est pas un deus ex machina tant que ce qui est possible et ce qu’une personne peut faire a été annoncé. Par exemple, à la fin du livre cinq, quand Rand va à Caemlyn et ramène Mat à la vie en utilisant le balefire, ça ne pourrait être du deus ex machina que si le lecteur n’avais pas appris auparavant que c’était possible. Mais une fois que vous avez la possibilité de remonter le temps, des choses vraiment bizarres peuvent apparaître dans l’intrigue. Certaines critiques peuvent certainement être adressées. Mais deus ex machina n’est pas le bon terme.
L’allusion dans le titre de The Gathering Storm était assez évidente en elle-même. A quoi le titre de Towers of Midnight fait-il référence ?
Comme pour la plupart des titres de Robert Jordan, il y a un élément métaphorique et un élément concret. Le titre se réfère à la fois aux évènement métaphoriques et à un endroit en particulier. Vous devrez lire le lire pour le découvrir.
Dans The Gathering Storm, on est focalisés sur le moment présent, mais une partie du génie de Jordan était ses références historiques. Est-ce que l’histoire du monde de la Roue du Temps aura un effet sur son futur (en particulier en ce qui concerne les descendants d’Artur Aile-de-Faucon) ?
Oui.
Les Trollocs, Myrdraals et Ogiers ont complètement disparu de l’histoire. Est-ce que ces autres races ré-entreront dans la narration de la Roue du Temps de manière significative ?
Oui.
Autre chose que vous voudriez dire aux lecteurs potentiels de Towers of Midnight ?
Quelques critiques ont remarqué qu’il y a un spoiler dans le glossaire. Il y a toujours de petits spoilers dans le glossaire, donc ça n’a rien de nouveau. Mais dans ce cas, c’est vraiment mieux de ne pas lire le glossaire avant d’arriver à la fin du livre.

Interview originelle
Traduction réalisée par NAK


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :