Vous êtes ici : Page d'accueil > À propos > La légende d'Elbakin.net


La légende d'Elbakin.net

« Il était une fois… oui, comme dans les contes, il y a un début pour les sites internet. Et comme dans les contes, il y a des rencontres. Alors que l'univers internet n'était qu'un immense vide ténébreux, trois jeunes aventuriers se lancèrent sur les flots sombres d'une mer d'inconnues. Chacun mû par un objectif qui lui tenait à coeur, ils bâtirent des sites sur leur passion, avides de créer dans ces espaces vierges et infinis.

En ces jours-là, l'actualité évoquait de l'adaptation du Seigneur des Anneaux en film et en jeu video online, et c'est ainsi que Gillossen fonda "l'Errance d'Elbakin"-à vocation de suivre l'adaptation cinéma et ses propres envies de fiction, dont le roman Elbakin-, Dardfaël "la Chaumière du jeu perdu" -entièrement dédié à Tolkien- et Sylvadoc "la guilde des hobbits de la Comté", puis "la salle du jaillissement"- respectivement guilde pour le jeu online et site de référencement du web francophone consacré à Tolkien, en collaboration avec Darfaël.

Mais dans les grands espaces du web, cette petite constellation d'étoiles se sentait bien seule et nos trois aventureux compagnons se réunirent pour prendre la décision qui allait bouleverser le monde : fusionner leurs énergies et leurs passions pour donner naissance à un site de plus grande envergure, techniquement plus puissant, plus ambitieux, comme d'utiliser trois frêles esquifs pour construire un splendide navire de haute mer. Chacun aurait sa place dans l'équipage pour manoeuvrer les quatre grand-voiles : l'adaptation du Seigneur des Anneaux -cinématographique et vidéoludique-, Tolkien et son oeuvre, les créations de Gillossen -Elbakin le roman- et la fantasy.

Leur but commun, l'idéal dont la flamme se reflétait dans leurs prunelles : apporter au vaste monde la connaissance, la compréhension et l'amour des histoires qu'ils aimaient tant, alors même qu'elles avaient mauvaise presse dans les espaces culturels. En ces temps de pionniers, la tâche était ingrate, longue, coûteuse, accaparant des heures sans nombre, mais l'enthousiasme ne faiblit pas, le travail d'équipe et l'amitié dressés en bouclier contre l'abattement et le défaitisme. Habituellement, dans un conte, ce sont des fées qui président aux destinées de l'Elu ; en l'occurrence, les trois compères, ayant tant donné au nouveau site, se devaient également de lui trouver un nom. Tel un navire, un site ne peut naviguer sans un nom qui proclame ce qu'il est (et puis, ça porte malheur).

Avec un contenu aussi riche, la tentation était grande de trouver un nom se rattachant à l'univers de Tolkien, mais il fallait trouver le moyen de ne pas étouffer les autres sections et de ne pas s'enfermer autour d'une seule oeuvre alors que la vocation généraliste appelait un nom nouveau. Aussi, des trois sites fées qui ont présidé à sa naissance, l’un a inspiré son nom, et Elbakin.com fut baptisé d’après le personnage créé par Gillossen, le seul des quatre piliers qui était totalement exclusif au site, avec une qualité sonore, un nom original porteur d'un imaginaire libre, sans se restreindre autour d'un auteur indépendant ou d'un titre extérieur.

Un nom, un équipage, un objectif, le navire elbakin.com franchit la ligne de départ le premier septembre 2000. Sa renommée se fit grandissante et sa popularité s'étendit, relayée par des visiteurs sans cesse plus nombreux. Mais l'immensité du web a aussi ses pirates, ses forbans et ses tempêtes et c'est suite à un coup de tabac et la mise au radoub qui en a découlé que le nom évolue en Elbakin.net.

Avec le temps, le site a pris de l’ampleur, traçant un sillage de plus en plus profond dans les océans de l’imaginaire, les voiles gonflées par les alizés du merveilleux, traversant maintes contrées étranges, son pavillon reconnu de plus en plus loin, accueilli dans les ports voisins comme dans ceux d'au-delà de l'horizon. Au passage de son étrave, la curiosité pour les merveilles exposées avec passion par le trio fondateur a permis de recruter : l'équipage s'est adapté et agrandi, des moussaillons enthousiastes se sont précipités dans la voilure pour élargir la voile de brèves et de critiques, des maîtres-charpentiers ont renforcé, amélioré et embelli le carénage, les compagnons tissant entre eux des rêves d'aventure plus puissants que la froide réalité.

Le vaisseau a été modernisé, abritant aussi bien des espaces de discussion animés que des cargaisons de livres et d'informations dont la qualité est reconnue bien au-delà de nos frontières, mais le nom est resté le même, l'esprit et l'idéal n'ont pas varié, rappelant aux nostalgiques que la plus grande des aventures commence sur le seuil de sa propre maison, dans un paysage intime et familier. »