Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy

Neil Gaiman à propos des Eternels

Par Zebulon, le mercredi 28 juin 2006 à 01:19:29

Neil Gaiman est un auteur comblé et très actif, et le premier numéro (sur six) de son nouveau comics est paru la semaine dernière aux Etats-Unis. Il s'agit du retour des Eternels chez Marvel, dont nous avons déjà eu plusieurs fois l'occasion de vous parler.
Et pour bien faire, quoi de mieux maintenant qu'une interview ?

Entretien avec Neil Gaiman

Le mois prochain (1), Neil Gaiman et John Romita Jr pénètrent sur le territoire du Roi pour s'amuser avec ses jouets.

Pour six numéros, l'équipe créative examinera et racontera l'histoire des Eternels, créés par Jack Kirby dans les années 70 et utilisés ... maladroitement depuis.

Nous nous sommes penchés sur l'histoire de Eternels chez Marvel, et maintenant il est temps de parler de leur future avec Gaiman. Nous avons parlé avec l'auteur de l'orgine des séries, ainsi que de son opinion sur ce que Kirby essayait de faire par rapport à ce qu'il avait fait, et ce qui est prévu dans la minisérie.

Newsarama: Tout d'abord, vous avez dit précédemment que les Eternels étaient quelque chose que Joe [Quesada] (2) vous avez suggéré ?

Neil Gaiman: Oh oui, c'est entièrement de sa faute. Même si, cela dit, pour les dix-huits / vingt-quatre mois derniers mois, chaque fois que Joe et moi nous croisions, ou que nous allions manger ensemble, il disait toujours « Alors, avez-vous plus réfléchi au projet #2 ? »

Je lui répondais : « Oui, je l'ai fait, j'ai une idée. » Et je lui sortain mon idée, et à la fin, il disait, « Wow, c'est vraiment une bonne idée. Laissez-moi rentrer et vérifiez quelques truc et je vous rappellerais. » Puis, je recevais un coup de fil, en général dans la semaine, et il disait « Vous savez, c'était vraiment une bonne idée, mais Bendis (3) est en train de faire quelque chose qui y ressemble tellement que je ne pense pas que l'on puisse aller par là. »

C'est arrivé peut-être trois ou quatre fois, et pour être honnête, je ne crois pas qu'aucune des idées que j'ai eu, quand elles auraient été traitées, ressemble vraiment à quoique que ce soit que Brian, en définitive, aurait fait. Mais on a continué à suivre de petites pistes, et finir sur « Oh, okay, je crois je ne vais pas faire ça. »

Pendant un temps, j'ai bien aimé l'idée de faire l'inverse de 1602, qui je crois aurait été ... 2016 ...

NRAMA: Est-ce que cela aurait été prendre le début de l'univers Marvel et avancer sa date dans le temps ?

NG: En fait, ca aurait mis en place pas mal de choses, donc, vous auriez pu voir comment ça se passait bien après la fin de 1602. J'avais tout ce truc planifié, toutes ces choses avec le Nick Fury de 1602 à notre époque, ou dans le future. C'était une histoire sympa, mais ça n'a pas trop branché Joe, et je n'étais pas très chaud pour le faire. Puis, je crois que j'étais à New-York pour la publication de Anansi Boys l'an dernier, et pendant que je "Anasi Boy"-ais, je croises Joe et il me dit : « Vous vous souvenez des Eternels ? »

Et je lui ait dit « C'était pas ce truc génial de Kirby où Ikaris utilisait le brillant nom de plume de Ike Harris ? » Et Joe répondit « C'était ça. »

« Et alors ? »

« Les Eternels c'est ce truc à part dans l'univers Marvel avec lequel personne n'a jamais vraiment utilisé et personne ne sait quoi faire avec depuis que Jack est parti, et ce n'était pas vraiment dans l'univers Marvel à l'époque, et voudriez-vous faire quelque chose avec ? »

J'ai répondu à Joe que j'allais rentrer et relire le truc, et qu'à l'époque de ma première lecture, je devais avoir 15-16 ans. J'ai vu le quatrième monde de Kirby agonisé, et tout le truc post quatrième monde de Kamandi/Demon mourir, puis Jack est revenu, et ce truc bizarre sur 2001 (4) et le truc étrange avec Captain America, et les Eternels sont arrivés. A l'époque, je le lisais et me disait que ca sortait de la réflexion qu'il s'était faite en travaillant sur 2001, et les races aliens inconnaissables, et il y avait des trucs qui avaient l'air d'être des restes du quatrième monde qu'il voulait faire mais n'avait pas pu.

J'avais du aimer, parce que j'ai acheté tous les numéros qui sortaient, mais à l'époque je lisais le mensuel et n'avait pas été plus intéressé que ça. Mais quand je me suis posé et que je l'ai relu en entier, j'ai réalisé que c'était du vrai Kirby. Ce n'est pas son absolu meilleur classique de tous les temps où il avait plus de idées fabuleux avec lesquelles on ait pu faire quoi que soit, mais on peut voir ce conflit bizarre - et je ne connais pas les dessous de ce qui se passait à cette époque - mais il y avait ce conflit éditorial. C'est évident que ce que fait Kirby ne correpond pas vraiment à ce qu'il veut faire, et il y a de la pression qui vient d'en haut, et on n'est pas dans le Marvel Universe - à part que maintenant il y a des agents du shield, et puis il y a Hulk, sauf que c'est pas vraiment Hulk, mais un genre d'Hulk. Et oh, regardez, il y a un gamin qui devient la Chose. On n'était plus trop sur si ces gamins parlaient de la Chose en tant que personnage de bd, ou personne réelle dans leur univers. C'était très ambigue.

Je n'ai jamais lu la fin de l'histoire Kirby - je ne crois pas qu'elle était distribuée en Angleterre, ou je ne l'ai pas vu. Mais quand la fin approche, il y a ce qu'il se passe avec beaucoup d'histoires de Kirby - on lui dit à un moment : « c'est bon, tu termines » et il le fait. Mais on peut voir que le coeur n'y est pas, et qu'il veut continuer, l'améliorer, la rendre plus cool.

Après ça, les Eternels sont dans le coin, et diverses personnes en donnent leur version. J'ai aimé ce que Kirby a fait, et j'ai jeté un oeil aux truc qui ont été fait pour caser les Eternels dans le marvel universe, ce qui a été pénible. C'est comme si on mélangeait du carburant pour avion avec un excellent vin rouge, et au final, on a un truc qu'on ne pourrait pas boire, ni mettre dans sa voiture... ça ne marchait pas. Le marvel universe ne réclamait pas à corps et à cris les Eternels. Des morceaux de leur mythologies ont été insérés, mais ils ne marchaient pas.

Pour moi, le fun a été de cerner pour quelles raisons ils ne sont pas simplement un autre groupe de gars avec des super pouvoirs, et ce qui rend ça intéressant.

NRAMA: Tout ça revient à ce que vous avez dit plus tot sur le fait que Jack ne l'a pas bien fait à l'époque - il a eu les idées, mais aucune chance que les assembler comme peut-être il l'espérait ...

NG: Je ne pense pas que Jack l'ai bien fait, et je suis sur que je ne le ferais pas mieux que lui. Mais on a l'impression que ce n'est pas l'un de ses plus travaux les plus travaillés. Le fait que ca ait mis trente ans a être réimprimé est une indication que ce n'est pas l'un des trucs Kirby qui était le plus attendu, de la même manière que le quatrième monde était attendu. Les gens ont oublié ce truc.

Ce qui est intéressant toutefois, c'est à quel point c'est bien, et le nombre de trucs cools et bizarres qu'il y a. Je n'ai vraiment pas l'impression que ce n'est pas le meilleur de Kirby parce qu'il vieillissait, j'ai plus l'impression que ce n'est pas le meilleur de Kirby parce qu'ils lui ont attaché une main dans le dos et ne l'ont pas laissé être Kirby. Ce n'est pas la même chose du coup.

Une des choses qui me fascine, c'est qu'à chaque fois que je suis coincé dans l'intrigue pour les Eternals, je vais voir, et c'est là. Ca sera dans une ligne de dialogue ou une petite scène que vous prendrez conscience qu'il en savait plus sur ces personnages que ce qu'il y en sur le papier. Je suis beaucoup plus impressionné par les Eternels depuis que j'ai commencé à écrire que je ne l'étais en les relisant pour me préparer à écrire. Je croyais au départ qu'il y avait plein de choses auxquelles Jack n'avait pas pensé, mais maintenant je sais, il y avait tout planifié.

NRAMA : Par comparaison entre ce que vous faites et l'original de Kirby avez vous eu à changer quoi que ce soit pour l'adapter plus facilement au marvel Universe ?

NG: Le plus gros changement dans la continuité entre ce qu'a fait Jack et ce que je fais, c'en est un gros est que les Célestes n'ont pas créer la race humaine. Même pas permis d'aller par là, n'y aller pas, ne dites pas que ca a eu lieu.

NRAMA: Marvel voudrait que la série se vende dans les états rouges autant que les bleus ?

NG: Je suppose. Je n'en sais rien en fait - si quelqu'un a décidé que ce n'était pas le cas, ou si ca l'était ... mais dans tous les cas c'est bon. Désormais, les Célestes prennent un proto Homo Sapien et créent les déviants, et les Eternels à partir de ça.

J'ai aussi eu énormément de plaisir à feuilleter mes numéros du "New Scientist" et de voir les choses selon une perspective Darwinienne, et essayer de comprendre pourquoi elles ne marchaient pas selon cette perpective. Le plus évident est que si les Eternels ne meurent pas, et sont étonnamment parfaits, pourquoi n'ont-ils pas surpassé en nombre l'humanité un demi-million d'années auparavant ? Ca, étrangement, c'est le point de départ de la majeure partie l'histoire. Ca a commencé en fait, quand je me suis posé cette question, et c'est parti vers plein d'endroits intéressants. Je m'amuse avec les Célestes quand ils débarquent dans l'histoire. J'ai réalisé que je pouvais faire un redémarrage d'une partie de l'histoire qui était totalement fidèle à plus ou moins tout ce qui avait été fait avant, surtout avec les trucs de Kirby. Mais aussi ca montrait des choses que vous pensiez connaitre n'ont pas eu lieu comme vous le croyiez ou ne signifiez pas ce que vous pensiez. Elles signifie autre chose que ce que vous croyez.

Donc on commence en fait dans un monde, où pour autant que l'on puisse en juger, le seul membre des Eternels qui a l'air de savoir qu'il y avait autrefois un peuple appellé Eternel, est Ike Harris, et il peut être fou. Du moins, Mark Curry le pense.

NRAMA : En parlant des souvenirs d'Ike sur le passé qui peut ou non avoir été, ce thème - le rappel que vous êtes lié au divin, ou avez une histoire secrète de héros - se retrouve souvent dans votre travail, y compris vos deux plus récents romans, American gods et Anansi boys, ainsi que plus ou moins 1602. On dirait que vous pourriez passé pas mal de temps sur le divan d'un psychiatre pour trouver la racine de cette fascination ...

NG: Je pourrais, mais c'est si rigolo de faire des millions de dollars en l'écrivant (rires). Je pourrais payer quelqu'un pour soigner ça, ou ... je pourrais devenir riche et célèbre en le racontant aux autres.

NRAMA: Vous avez déjà réfléchi à la raison pour laquelle vous revenez à ce thème ?

NG: Je ne sais pas, je crois que c'est un thème qui revient dans mon travail mais aussi un des grands classique si vous écrives une histoire avec un héro dedans. C'est amusant d'avoir des héros qui découvrent qu'ils sont des héros. Bien qu'il puisse être vrai de dire que je m'amuse à écrire les Eternels et de m'arrêter pour penser : « Okay, j'ai fait ça avant, et ça aussi, donc celui qui va lire ça va probablement présumer que je suis en train de faire ça, alors je vais faire autre chose. » C'est assez marrant - j'ai deux mystérieux méchants travaillant pour quelqu'un à l'autre bout du téléphone, exactement comme j'ai fait dans Neverwhere, sauf qu'on ne va pas du tout dans la meme direction. La nature de la réalité et la nature de ce qui se passe ne sont pas exactement ce qu'elles semblent être dans cette histoire.

Je m'amuse vraiment trop en écrivant ça, et encore plus en donnant à John des trucs à dessiner, ce qui est pour moi la meilleur part en bd - réaliser la joie énorme que vous avez en demandant à l'artiste de dessiner quelque chose sorti de votre imagination. Avec John, juste les trucs qu'il a fait sur le #1 m'a fait comprendre que, par exemple dans le #4 au lieu d'aller dans une direction, je pouvais aller dans une autre, simplement parce que je pouvails lui faire dessiner. Le bonheur de voir ces trucs sortis des crayons de John, puis voir ce qu'en font Matt et Danny, est vraiment génial.

Et bien sur, on a des peintures géniales de Rick Berry en couvertures, que j'ai déjà vu, et auxquelles j'ai piqués des idées pour l'histoire.

NRAMA: jsute pour finir et clarifier les choses, c'est situé dans l'univers Marvel ?

NG: Oui.

NRAMA: Donc, Thor qui a déjà croisé les Eternels auparavant ... s'il était dans le coin (5)... pourrait se tromper au regard de se qui se passe ?

NG: Pas nécessairement, mais on ne fait qu'aborder ça. C'est dans l'univers Marvel, mais il y a trente ans. Le Troisième Hote est arrivé, mais personne ne semble s'en souvenir, sauf Ike Harris. Autant que l'on puisse dire, du moins au début de l'histoire, la seule personne qui croit que les Eternels puissent exister est Ike Harris.

On va découvrir si quelqu'un d'autre en a souvenance, ou si ils existent réellement ailleurs que dans l'esprit de Ike Harris, au fur et à mesure de l'histoire, ainsi que comment, qui, et ce qu'ils sont.

NRAMA: Et il y a cette idée intéressante pour certains, si les Eternels sont dans le coin, et ne le savent pas eux-même le monde n'en ira que mieux si ça continue ...

NG : Il y a plusieurs intérêts autour de ça, et ca m'amuse assez. Mais pour être honnête, j'essaie d'éviter le cas 1602 où j'ai joyeusemet amené tous les personnages que je voulais écrire, sur scène dans la première moitié, et en regardant autour, en arrivant au dernier numéro, j'ai réalisé que j'avais trente-cing personnages qui parlaient, tous important à l'histoire. Alors j'essaye de garder les choses plus ou moins contenues, malgré leurs désirs de s'étaler.

Notes

  1. Au moment de l'interview, fin mai
  2. Editeur en chef de Marvel
  3. Brian Michael Bendis : auteur de Powers, Ultimate Spider-man, new Avengers, house of M, etc, etc ...
  4. Une adaptation du roman 2001 l'odysée de l'espace de A.C. Clark en 1976 (http://www.deuceofclubs.com/books/098_2001.htm)
  5. Le personnage a disparu depuis un moment déjà au cours du Ragnorok. Mais son marteau est réapparu depuis peu dans Fantastic Four #536

Article originel, par Newsarama.com, le 31 mai 2006


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :