Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy

Gaiman parle de son prochain roman illustré

Par Izareyael, le mercredi 28 mai 2008 à 14:03:57

The Graveyard BookLe prochain roman de Neil Gaiman, The Graveyard Book, est à paraître à la fin de l'année. Dans une récente interview sur l'édition illustrée, Neil Gaiman évoque sa collaboration avec l'illustrateur Dave McKean et ses différentes inspirations.

L'interview traduite

Vous avez eu beaucoup de collaborations avec Dave. Chacune est unique. En quoi celle-ci était-elle différente, pour vous ?
Le problème avec le fait qu'elles soient toutes uniques est qu'elles sont toujours différentes – celle-ci a été faite sous des contraintes de temps étranges, et la plupart des illustrations ont été conçues par Dave assis à côté de moi après l'avoir lu qui disait Parle-moi du début du chapitre 6, et ensuite griffonnait, et me faisait décrire l'Arche vers la Promenade Egyptienne et où exactement Bod était assis...
Avez-vous donné beaucoup d'informations sur la façon dont le livre est illustré (en plus de l'écriture du livre, bien sûr) ?
J'ai vu un peu du travail au pinceau-brosse que Dave faisait dans une galerie d'exposition l'an dernier et je répétais J'adore ce style de peinture à la brosse... peux-tu utiliser ça dans The Graveyard Book ? et il l'a fait. Mais je pense qu'il l'aurait fait de toute façon.
Le Livre de la Jungle (The Jungle Book en anglais, NdT), d'après lequel vous avez nommé The Graveyard Book (qui peut être traduit par Le Livre du Cimetière, NdT), a été décrit comme une série d'histoires avec des leçons de morale. Avez-vous écrit les chapitres du Graveyard Book comme des histoires séparées, et aviez-vous l'intention de les imprégner de leçons de morale ?
J'ai dû rater les leçons de morale dans Le Livre de la Jungle. Oui, j'ai écrit les chapitres du Graveyard Book comme des histoires séparées qui forment un roman. S'il y a des leçons de morale dedans, elles sont à découvrir par le lecteur.
Dans le livre, Bod attire l'attention sur lui quand il va à l'école en intervenant pour essayer d'empêcher d'autres petits enfants d'être harcelés par des brutes. Etiez-vous brutalisé quand vous étiez petit garçon ?
Parfois. La pire fois – j'avais à peu près douze ans – j'en ai parlé à mon père, et il m'a montré comment se battre, et la fois suivante quand le type a commencé avec moi, je l'ai frappé, comme on m'avait appris, et je l'ai regardé s'enfuir en courant, en larmes, avec la lèvre qui saignait, et ça a mis fin à ça. Mais généralement les brimades sont plus insidieuses, et beaucoup plus difficiles à arrêter.
Une grande partie du livre semble évoquer les frontières et leur traversée (pas toujours sage), et aussi comment les choses changent quand la perspective change. Etaient-ce des thèmes conscients ?
Oui. Eh bien, les frontières sont toujours là – entre le cimetière et le monde au-delà, entre la vie et la mort, et leur traversée.
Vous n'avez pas écrit le livre immédiatement dans l'ordre. Comment cela s'est-il passé ? L'avez-vous écrit dans l'ordre après avoir écrit le Chapitre Quatre, The Witch's Headstone (qui peut être traduit par La pierre tombale de la sorcière, NdT) ?
J'ai commencé par le chapitre quatre parce que cela semblait la façon la plus facile d'entrer dans l'histoire sans avoir à présenter personne. Une fois que cela a été fait, j'ai écrit le premier chapitre, puis continué dans l'ordre.
Aviez-vous à l'esprit un cimetière en particulier quand vous écriviez The Graveyard Book ?
Plusieurs. C'est en partie le cimetière de Stoke Newington, superposé au paysage de la Nécropole de Glasgow, avec Highgate West au fond... probablement quelques autres aussi ici ou là...
Le Sleer (slayer, Tueur, NdT) a-t-il été inspiré par un mythe ou une histoire en particulier ? C'est le genre de chose qui semble nouvelle et familière en même temps.
The Witch's Headstone a été inspiré par L'Ankus du Roi, une des histoires du Livre de la Jungle, de la même façon que The Hounds of God (qui peut être traduit par La Meute de Dieu, NdT) a été inspiré par l'histoire des Bandar Log. Dans L'Ankus du Roi, il y a un serpent qui garde un vieux trésor – mais le Sleer est devenu beaucoup plus important pour l'histoire que le serpent ne l'a jamais été.
S'il y avait un volume supplémentaire composé d'autres histoires ou livres que vous avez lus qui ont inspiré ou influencé des personnages ou des créatures dans ce livre, que mettriez-vous dedans ? Quelles sont les quelques oeuvres que vous recommanderiez à l'attention de lecteurs intrigués par ce genre de choses ?
Le Livre de la Jungle, l'histoire de Ray Bradbury La grande réunion, et les oeuvres de P.L. Travers me viennent à l'esprit. Et je leur indiquerais Diana Wynne Jones, juste au cas où les lecteurs les auraient manqués...
Quelle musique écoutiez-vous pendant que vous écriviez The Graveyard Book ?
N'importe quoi qui passait sur l'iPod. Beaucoup de Thea Gilmore et Jonathan Coulton et Magnetic Fields. De temps en temps, pour me mettre d'humeur, je passais la Danse macabre de Saint-Saëns.
La chanson que Maîtresse Owens chante à Bod, est-elle votre propre composition ?
Oh, oui. Et je savais qu'elle serait terminée, mais je ne savais pas ce qu'étaient les trois dernières lignes jusqu'à y arriver.
L'avez-vous mise ou la mettrez-vous en musique ?
Si je le dois, je pourrais, pour le livre audio. Mais j'aime l'idée que chaque personne qui lit le livre composera son propre air pour elle...
C'est une histoire captivante et un livre merveilleux. Merci de nous en avoir parlé.

Article originel


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :