Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Entremonde


Entremonde

Titre VO: Interworld

ISBN : 978-284626167-8
Catégorie : Jeunesse
Auteur : Neil Gaiman

Lors d’une course d’orientation, Joey, un lycéen ordinaire, découvre qu’il a le pouvoir de voyager dans des univers parallèles.
Ce qui n’est pas sans poser certains problèmes, car il se retrouve dans un Entremonde composé de trois millions de planètes, au beau milieu d’une guerre entre Empire des sciences et Royaume de la magie.
Pire ! il y est chargé, avec une armée composée de ses doubles de dimensions différentes, de préserver l’étanchéité paisible qui règne entre les mondes…

Critique

Par Gillossen, le 01/12/2010

Dans quelle mesure Neil Gaiman s’est-il concrètement impliqué dans la conception et la rédaction de ce roman ? C’est une question qui s’impose rapidement en cours de lecture et à laquelle la trop courte postface n’apportera pas de réponse.
Car difficile de ne pas avoir l’impression de parcourir un ouvrage de Neil Gaiman version Lite. Le roman est inventif, le personnage principal en proie à des dilemmes qui bouleversent son train-train quotidien, le ton souvent pince-sans-rire malgré une certaine noirceur… Mais il manque malgré tout un petit quelque chose.
On apprend que le projet avait été au départ pensé comme une série TV. C’est peut-être alors une certaine précipitation et un manque de profondeur latent qui finissent par nous décevoir après avoir espéré encore et encore au fil des pages. Après un début accrocheur et déroutant, voire vaguement inquiétant, le récit patine de plus en plus et finit par manquer nettement de profondeur, se contentant d’enchaîner les rebondissements de façade quand l’histoire proprement dite concernant l’évolution de notre héros a déjà été vue et revue ailleurs.
Joey Harker est d’ailleurs loin de se révéler véritablement attachant, son comportement se voulant “réaliste” agaçant le lecteur plus souvent qu’à son tour. De même, une bonne histoire doit-elle impérativement mettre en avant des méchants réussis ? Si c’est le cas, c’est un objectif manqué. Sire Lamechien et Madame Indigo ne sont en effet pas les plus grandes réussites du genre, alors que Neil Gaiman a d’ordinaire le chic pour inventer de telles figures…
Toutefois, le roman peut compter sur une aventure rythmée, l’enthousiasme palpable de ses auteurs, qui, eux, semblent s’être beaucoup amusés, et une inventivité de tous les instants qui réussissent malgré tout à porter l’intrigue au-delà de ses écueils pour mieux nous surprendre de temps à autre.
Bref, un roman finalement assez ordinaire, relativement convenu, mais agréable malgré tout, y compris à l’oeil, puisque l’on peut souligner une fois encore le soin apporté par Au Diable Vauvert à son travail d’éditeur, entre la couverture et la traduction signée de Michel Pagel.

7.0/10

Discuter de Entremonde sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :