Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Les Archives de Roshar > Rythme de guerre


Rythme de guerre

Titre VO: Rhythm of War

Tome 4 du cycle : Les Archives de Roshar
Partie 1 de " Rhythm of War"
ISBN : 978-225324222-2
Catégorie : Aucune
Auteur/Autrice : Brandon Sanderson
Traduction : Mélanie Fazi

Après avoir formé une coalition humaine pour repousser l’invasion des Néantifères, Dalinar et ses Chevaliers Radieux ont mené une campagne aussi brutale qu’impitoyable. Cependant, aucun des deux camps n’a réussi à prendre le dessus et la guerre s’enlise. Le spectre de la trahison possible de son allié Taravangian pèse sur chacune des décisions stratégiques de Dalinar.
De son côté, Kaladin Béni-des-foudres doit s’habituer à son nouveau rôle parmi les Chevaliers Radieux alors que ses Marchevents font face à leurs propres problèmes : des Fusionnés, de plus en plus nombreux, se réveillent alors que plus aucuns sprènes d’honneur n’acceptent de se lier avec des humains pour faire grossir les rangs des Radieux. Des émissaires de la coalition sont envoyés à la forteresse de l’Intégrité Constante pour convaincre les sprènes de se liguer avec eux contre les forces du dieu maléfique Abjection. Sinon, ils devront se confronter à l’horreur de la défaite…

Critique

Par Guigz, le 18/01/2021

(Cette critique a été réalisée après lecture du 4e tome publié en version originale et correspond donc aux deux volumes publiés en version française)

Après un troisième tome clairement en demi-teinte pour votre serviteur, c’est peu de dire que l’on attendait Brandon Sanderson au tournant avec ce quatrième et avant-dernier tome de la première première partie de la saga dédiée à Roshar. 
Et dès le départ, l’auteur semble avoir pris en compte les critiques du tome précédent. Terminé les intrigues à base de portes permettant de se déplacer à peu près n’importe où, et qui semblaient avoir tétanisé l’intrigue de Justicière. Pas non plus d’atermoiements ici. L’intrigue démarre tambour battant avec une première partie plus qu’enlevée qui vient comme rappeler au lecture ce que sont Les Archives de Roshar : un worldbuilding foisonnant et toujours à explorer, des affrontements épiques en diable et une galerie de personnages suffisamment différents pour contenter chacune et chacun.
Et justement, la principale force de ce quatrième tome est de parvenir à pousser encore plus loin le développement de certains personnages récurrents par l’entremise de leurs divers traumatismes et d’explorer comment ceux-ci cherchent à s’en sortir. Et s’il apparait parfois prendre certains raccourcis, l’auteur parvient dans la majorité des cas à convoyer suffisamment de subtilité pour rendre cette exploration de la psyché de ses personnages crédible mais surtout, touchante. Cette exploration de la vulnérabilité de certains de ses personnages, en plus d’en accentuer la profondeur, donne à l’histoire une tonalité aux accents mélancoliques qui rompt avec la plupart des récits de high fantasy classique. La guerre est désormais bien présente et ne laisse personne indemne.
Autre point fort appréciable, c’est la capacité de l’auteur à étendre encore davantage la construction de son univers. Déjà présente depuis plusieurs tomes, l’intrigue choisit cette fois-ci d’embrasser complètement son propre univers étendu, le fameux Cosmère cher à Sanderson. Si celui-ci était déjà présent par petites touches, l’histoire prend désormais un virage destiné à en assumer pleinement la paternité.
Certes, le roman n’est pas non plus dénué de défauts. Bien sûr, et comme pour les tomes précédents, sa longueur amène son lot de chapitres parfois relativement anecdotiques, voire frustrants tant ils semblent parfois ralentir l’histoire sans chercher à amener quoi que ce soit d’autre.
On regrettera donc une partie flashback qui n’amène vraiment pas grand-chose (qu’il aurait peut-être été plus logique de lire dans Le Livre des Radieux) et qui émousse le rythme de l’histoire. L’auteur ayant lui-même avoué considérer cette partie comme plus faible, on ne peut malheureusement qu’acquiescer avec lui sur ce point. Dépourvue de tout suspense (le lecteur sait à ce stade à peu près tout des événements narrés) et relativement nombreux pour ce qu’ils ont à raconter, ces chapitres alourdissent une histoire déjà dense. 
On pourra également déplorer que certains personnages soient une fois de plus sous-utilisés en regard de leur potentiel, pour laisser la part belle à des personnages déjà bien connus depuis le premier tome. 
Bien entendu, la dernière partie de l’histoire s’avère comme à son habitude une véritable masterclass de Fantasy épique. Tout en s’avérant plus contenue et moins grandiloquente que le final de Justicière, elle contient suffisamment de moments d’une efficacité trop rarement vue ailleurs. 
On attend donc de pied ferme un cinquième tome qui s’annonce dantesque, et d’ores et déjà prévu pour 2023. A noter qu’une pause de quelques années séparera les cinq premiers tomes des cinq derniers de la saga.
Rendez-vous donc dans trois ans, pour une première conclusion à la série, que l’on espère grandiose, d’un cycle devenu en l’espace de 10 ans, un classique dans son registre. 
Et si vous n’avez toujours pas lu cette série, je n’aurai qu’une seule question : Qu’attendez-vous ?



8.0/10

Discuter de Rythme de guerre sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :