Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Notre dame aux écailles


Notre dame aux écailles

ISBN : 978-235294149-1
Catégorie : Aucune
Auteur : Mélanie Fazi

Partez à la découverte des troubles secrets de l’âme et des lieux les plus hantés : une villa qui palpite de vies enfuies, l’océan dont certains ne reviennent plus tout à fait humains, ou encore ce train de nuit qu’empruntent ceux qui cherchent l’oubli. Mais attention : de ces voyages intimes et inquiétants, on ne rentre pas indemne.

Critique

Par Gillossen, le 08/03/2008

On ne parle pas assez de Mélanie Fazi dans nos colonnes. Alors, lorsque les éditions Bragelonne décide de republier, sous la forme de deux recueils, sa riche production de nouvelles, on ne peut que s’y pencher !
Une nouvelle réussie, c’est difficile, et cela passe souvent par deux ingrédients : une idée forte et une ambiance qui le soit tout autant. Et il faut bien dire que Mélanie Fazi parvient souvent à mêler les deux, justement.
Que l’on connaisse déjà les textes ou pas n’a pas beaucoup d’importance : on retombera bien vite sous leur charme, parfois naïf, parfois vénéneux. C’est un vrai plaisir de les relire, voire de les redécouvrir. Entre deux lectures, on peut soi-même avoir en effet adopté une autre approche, qui ne rend pas notre opinion précédente caduque mais qui éclaire notre avis sous un nouveau jour, qui bien souvent met en lumière un autre aspect de la réussite de ces petites pépites.
Bien sûr, dans cet ensemble, on trouvera bien un ou deux textes pour s’avérer un peu plus faibles que les autres, moins inspirés ou basculant parfois dans la maladresse d’une prose trop fragile, qui perd de sa musicalité, une note pourtant ô combien importante pour l’auteur.
Mais, de Les cinq soirs du lion à La cité travestie en passant par Serpentine dans son ensemble, nul doute que, en dehors de toute célébration versant parfois un peu trop dans la logorrhée manquant d’une pointe de recul, Mélanie Fazi possède une véritable voix, sincère et personnelle.
Et celle-ci transparaît sans détour de nouvelle en nouvelle, un peu comme un album que l’on écouterait tout d’abord dans le désordre, choisissant seulement quelques pistes, avant d’y revenir encore et encore, jusqu’à l’écouter en boucle et de la première à la dernière piste.
Discrets et envoûtants, voilà deux petits volumes qu’il serait bon de ne pas oublier sur les étals trop longtemps malgré l’abondance des sorties.

8.0/10

Discuter de Notre dame aux écailles sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :