Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Feu et sang, partie 2


Feu et sang, partie 2

Titre VO: Fire & Blood

ISBN : 978-275642793-5
Catégorie : Aucune
Auteur : George R. R. Martin
Traducteur : Marcel, Patrick

« Puis Viserys de la maison Targaryen, premier du nom, roi des Andals, des Rhoynars et des Premiers Hommes, seigneur des Sept Couronnes et Protecteur du Royaume, ferma les yeux et s’endormit. Il ne s’éveilla jamais. Il avait cinquante-deux ans et avait régné sur la plus grande part de Westeros pendant vingt-six ans. Alors la tempête éclata et les dragons se mirent à danser. » 
Trois cents ans avant les événements du Trône de Fer, Feu et sang raconte l’unification des sept royaumes.

Critique

Par Gillossen, le 08/06/2019

Une chronique bien peu compliquée que celle-ci, ma foi, puisqu’il s’agit ni plus ni loin que du prolongement du constat précédent. Pygmalion ayant décidé de couper en deux l’ouvrage original, c’est une séparation artificielle qui ne change rien à ce que l’on avait pu établir fin 2018 sur le fond, en positif, comme en négatif. Sachant qu’il ne s’agit pas de résumer le contenu proprement dit. On peut donc reprendre quasiment mot pour mot le même papier…  
Tiens, un nouveau George R.R. Martin ! 
S’il ne s’agit pas d’une énième réédition de ses oeuvre passées, ce n’est pas non plus le tome 6 de la saga du Trône de Fer, sans doute l’un des trois romans les plus attendus des fans de fantasy, avec le tome 3 des Chroniques du Tueur de Roi de Patrick Rothfuss et le tome 4 des Salauds Gentilshommes de Scott Lynch.
Non, Feu et sang relève bien davantage du livre d’histoire. Et honnêtement, on doute que les gens qui regardent Game of Thrones d’un œil distrait, ou même captivé le temps de la diffusion de la saison du moment, apprécient réellement un tel ouvrage. Centré sur la lignée des Targaryen dans leur conquête de Westeros, Feu et sang se lit avec un certain intérêt, au gré des récits de batailles, de trahisons et autres unions marquées par le poids du destin ou du scandale. La narration demeure toujours suffisamment soignée pour nous pousser à nous interroger sur les intentions d’un tel ou nous demander ce qui aurait pu se produire si…
Mais, finalement, on pourrait presque se poser les mêmes questions quelle que soit l’histoire fictive que l’on découvrirait. Là, forcément, le contexte Westeros joue à plein. Et heureusement ! Car si l’ouvrage se montre “appliqué” dans ses démonstrations, on se demande tout de même s’il était vraiment nécessaire. Oui, il étoffe bien entendu l’univers créé par Martin. Mais il ne faut pas espérer y trouver dans ces pages un Silmarillion bis par exemple. L’ensemble ne mise pas tout sur un souffle épique (loin de là même, certains passages insistent plutôt au contraire sur la dimension intime de telle ou telle histoire) et on ne peut pas dire que votre rythme cardiaque de fan s’emballera très souvent. La lecture prend même une tournure un peu monotone une fois dépassée la moitié de l’ouvrage. 
On a parfois l’impression d’un repas trop copieux, que l’on n’avait pas forcément désiré, mais que l’on se force tout de même à manger pour ne pas paraître impoli vis-à-vis de son hôte et des efforts déployés. Sans aller jusqu’à avancer que le tout s’avère un poil besogneux, il faut bien avouer que la lecture n’est jamais autre chose que purement informative. 
Encore une fois, pas sûr que les projections de ventes s’accordent avec la cible réelle d’un tel ouvrage (sachant qu’en France par exemple, on annonçait un tirage de 60 000 exemplaires pour le premier tome). Nul doute que Feu et sang va se retrouver au pied de nombreux sapins, mais une fois lu, l’ouvrage aura-t-il été vraiment apprécié, surtout quand The Winds of Winter tarde tant ? 
A noter justement, concernant cette édition française, qu’elle ne compte aucune des (75) illustrations de la version originale et que les éditions Pygmalion ont fait le choix de la proposer en deux volumes. 

7.0/10

Discuter de Feu et sang, partie 2 sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :