Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy

George R.R. Martin répond à ses lecteurs !

Par Raven, le lundi 3 décembre 2007 à 13:06:58

MartinBien que particulièrement occupé - comment ça, il faut bien suivre le championnat de football américain de la NFL, voyons ! - l'auteur de la saga du Trône de Fer a tout de même récemment trouvé le temps de répondre à ses fans, lors d'une séance de questions/réponses organisée par Entertainement Weekly.
Retrouvez-en dès maintenant la traduction !

Par George !

Vous avez demandé, il a les réponses. George R.R. Martin, l'auteur de la série de fantasy à succès le Trône de Fer, répond aux questions des lecteurs de EW.com.

Du temps où George R.R. Martin écrivait des scripts pour la télé dans les années 80, bien longtemps avant qu'il ne devienne un auteur à grand succès de fantasy, il a dû beaucoup ré-écrire. Quelque soit le show sur lequel il travaillait – et notablement The Twilight Zone et la Belle et la Bête de CBS – j'écrivais toujours un premier jet très imposant, réclamant un gros budget, dit Martin, 59 ans, et ensuite je devais y revenir et réduire le nombre de personnages et de décors et de peintures sur verre dont nous aurions besoin, et le faire coller au budget. L'expérience l'a laissé avec une envie : Je voulais faire quelque chose avec des milliers de figurants, et ne pas avoir à me soucier de la longueur. Je voulais écrire un gros roman, quelque chose aux proportions épiques.
Retour à 2007, alors que ses légions de fans attendent impatiemment A Dance With Dragons, cinquième tome de sa série fantasy en expansion le Trône de Fer, située dans les Sept Royaumes de Westeros, avec la distribution de milliers de personnages dont rêvait Martin. Le livre était supposé sortir maintenant, et quelques fans commencent à rouspéter en ligne contre cette attente. Je travaille dessus aussi dur que possible !' proteste l'auteur, domicilié à Santa Fe, Nouveau Mexique. Qu'est-ce que je dois faire, l'envoyer pas fini, ou mal fichu ? Pendant ce temps, les disciples peuvent se sustenter avec deux nouveaux recueils de Martin, Dreamsongs Vols. 1 et 2, qui rassemblent les histoires courtes, les scénarios télé et les écrits de jeunesse du prolifique auteur.
Plus tôt ce mois-ci, en prélude à Dreamsongs, nous avons demandé aux fans de Martin de poster des questions pour l'auteur sur notre PopWatch Blog. Voici enfin ses réponses à quelques-unes de vos demandes (parfois grincheuses) concernant le retard de A Dance With Dragons, la possible série HBO fondée sur le Trône de Fer, et pourquoi il est aussi doué pour descendre ses personnages.

Je comprends que vous avez une vie hors du Trône de Fer, mais j'ai comme l'impression que vous êtes un peu cavalier envers vos fans, qui attendent patiemment que vous ayez fini A Dance with Dragons. Pourquoi vous croyez-vous obligé d'envoyer promener vos fans comme ça ? Bridget

G.R.R. MARTIN: J'ai essayé plusieurs types de réponses (à ce genre de questions). J'ai essayé de mettre des mises à jour sur mon site ou de parler de ça sur mon journal en ligne. Mais rien ne semble satisfaire certaines personnes. Ou bien vous répondez bien à Bill, mais alors Fred n'aime pas le ton de votre réponse à Bill, ou quelque chose comme ça. Je ne pense certainement pas me conduire cavalièrement envers mes fans. Je pense que je vais bien au-delà de ce qui serait de mon devoir en termes de garder le contact. Ce qu'ils veulent est le cinquième tome du Trône de Fer, et mes éditeurs le veulent aussi, et moi aussi je le veux. Et je l'écris ! Que suis-je supposé faire, l'envoyer pas fini, ou mal fichu ? Je travaille dessus aussi dur que possible. Ecrire est parfois difficile, et cela ne va pas toujours aussi vite que vous le voulez. (soupire) Une chose que j'ai appris est d'arrêter de tenter de prévoir quand ce sera terminé.

Pourquoi A Dance With Dragons prend-il autant de temps s'il est déjà fini ? Melody Auvinen

G.R.R. MARTIN : C'est un malentendu courant. Une partie de A Dance With Dragons a été finie en 2005, quand j'ai terminé (le tome précédent) Un Festin pour les Corbeaux. Ce n'est pas comme si j'avais deux livres complets. J'avais un tom complet et un qui était partiellement écrit. Et j'ai fait une estimation de combien de temps cela allait me prendre de transformer ce livre encore l'état d'ébauche en un vrai roman, et ce fut une prévision joliment optimiste. (rires) Que puis-je dire ? Ca a pris beaucoup plus de temps.

Pourquoi trouvez-vous si facile de tuer vos principaux personnages ? Brian H.

C'est vraiment irritant quand vous ouvrez un livre, et au bout de dix pages vous savez que le héros que vous avez rencontré à la page un ou deux va s'en sortir sans un égratignure, parce qu'il est le héros. C'est complètement irréel, et je n'aime pas ça. Si j'étais un soldat allant à la guerre, je serais sacrément effrayé la nuit avant la bataille. C'est une chose effrayante. Et je veux que mes lecteurs ressentent cette peur alors qu'ils tournent les pages. Je veux qu'ils sentent que personne n'est à l'abri, que si mon personnage est entouré par trois personnes avec des épées, il a de sérieux problèmes, parce qu'il est tout seul contre trois. C'est une bonne façon de ne pas écrire une aventure à la sauce cartoon où le héros va éliminer vingt hommes à la fois grâce à son escrime brillante et s'en sortir sans une éraflure tout en faisant des bons mots tout au long du combat.

Dans la série le Trône de Fer, pour la mort de quel personnage avez-vous reçu le plus d’attaques de la part des lecteurs ? Emily

La scène qui a été la plus difficile à écrire est celle du mariage dans le tome trois. C'était la plus violente et la plus difficile. Et j'ai reçu beaucoup de courrier des lecteurs, un grand nombre disant qu'elle était brillante, mais d'autres disant qu'ils ne pouvaient pas continuer à lire après ça et qu'ils laissaient tomber mon livre, car c'était trop douloureux. Mais c'est censé être douloureux. Ca l'a été à écrire, ça devrait l'être à lire, ça devrait être une scène qui vous arrache le cœur et vous remplit de terreur et de chagrin. C'est ce que je vise.

Que se passe-t-il avec HBO qui ferait une série télé du Trône de Fer ? NYC Fan

Eh bien, le script a été écrit par David Benioff et D.B. Weiss, et il a été présenté il y a quelques mois. HBO l'a aimé, à ce qu'on m'a dit, et ils sont en train de préparer le budget en ce moment, mais ils ne lui ont pas encore donné le feu vert. Bien sûr, la grève des auteurs a frappé, maintenant, alors il n'a pas moyen de dire ce qui se passe à Hollywood. Mais HBO est ce que je voulais pour faire ça depuis le début. La série va faire dans les 10.000 pages de manuscrit quand elle sera finie, alors l'histoire va être vraiment trop importante même pour plusieurs films. Et il y a beaucoup de sexe et de violence, ce qui est une bonne raison pour laquelle je ne pouvais pas prendre très sérieusement les réseaux de diffusion. HBO peut le faire de la façon dont cela doit être fait. Je croise les doigts. C'est entre les mains de HBO, à présent.

Savez-vous comment vous voulez terminer la série le Trône de Fer ? Filthydelphia Eagles Fan

Ouais, je connais la fin. J'aime utiliser la métaphore du voyage. Si je vais de New York à Los Angeles, je peux regarder sur une carte et savoir que je vais passer par Chicago, et puis Denver. Mais ça ne signifie pas que je connaisse tous les tours et détours du voyage, s'il va y avoir un crochet ou un auto-stoppeur. Ce sont les choses que je découvre durant le voyage. Et cela, pour moi, fait toute la joie d'écrire.

Pensez-vous que les intellectuels de la littérature ont tort d'exclure les oeuvres de fantasy comme celle de Tolkien de la considération donnée à ce que l'on appelle de l'art majeur ? Kayelle

Oui, je le pense vraiment. (rires) Je n'utiliserais pas le terme intellectuels de la littérature, qui est en quelque sorte un élitisme inversé. Mais je pense réellement que la fantasy et la science-fiction ont une place légitime dans la littérature. Je crois que je parle virtuellement au nom de tous les auteurs de fantasy et de science-fiction en disant que c'est un ennui constant pour quiconque travaille dans ces domaines, que chaque fois qu'une oeuvre notable est produite, vous avez des critiques qui disent : Oh, ce n'est pas de la science-fiction, c'est trop bon pour ça. Très récemment, c'est arrivé à Cormac McCarthy et La Route. Qui est définitivement un ouvrage de science-fiction et qui remporte des tas de prix, et il y a quand même des gens pour dire : Non, non, c'est de la science-fiction. Eh bien, c'est de la littérature et c'est de la science-fiction. C'est l'effet Kiss Cool !

A quel point la mort récente de l'auteur de la Roue du Temps Robert Jordan a affecté vos priorités personnelles et professionnelles ? Johnny Tex

Je ne peux pas dire que cela ait changé quelque chose, mais cela m'a immensément attristé. Je connaissais Jim – Jim Rigney était son véritable nom – et c'était un homme très bon et généreux. Il m'a donné un coup de pub quand ma série débutait, un aval sur la couverture qui m'a attiré pas mal de lecteurs. Et son propre travail a réellement rendu ma série possible. Jordan a avant tout brisé le motif en trilogie que Tolkien a aidé à mettre au point. Il nous a montré comment faire un livre plus grand qu'une trilogie. Je ne pense pas que ma série aurait été possible sans que la Roue du Temps n'ait eu autant de succès. J'ai toujours voulu m'étendre, et Jordan a rendu cela possible en grande partie.

J'ai adoré Riverdream. Allez-vous un jour écrire un autre roman d'horreur ? Mark

Tout est possible, mais je dois d'abord finir le Trône de Fer. J'aime tous ces genres. J'aime l'horreur, j'aime la science-fiction, et j'aime même la fiction historique et les romans à suspense. J'apprécie de faire des choses différentes, et quand j'aurai fini le Trône de Fer je pense que je réfléchirai pour voir ce que j'ai envie d'écrire alors. Mais ça ne risque pas d'arriver avant un bon nombre d'années, alors qui sait ?

Vous avez écrit un nombre important d'histoires se déroulant dans l'espace. Qu'est-ce qui vous a conduit à quitter ce domaine pour un royaume de high fantasy ? C'était quelque chose que vous aviez envie de faire depuis longtemps ? Katie

Horreur, science-fiction, fantasy — J'ai grandi en lisant tout cela. Mon père appelait tout cela les trucs bizarres. Je lisais Tolkien pendant une semaine et ensuite je lisais Robert A. Heinlein pendant la suivante. Ensuite, je lisais H.P. Lovecraft la semaine d'après. Et aujourd'hui, nous avons toutes ces barrières entre les genres, comme s'il s'agissait de choses totalement différentes. Mais ce sont des histoires qui contiennent toutes un élément de bizarre. J'écrirai peut-être un roman de science-fiction pour mon prochain grand projet après la fin de le Trône de Fer. Je n'ai jamais abandonné l'horreur, je ne vais pas quitter la fantasy. J'essaye de faire de tout. J'aime beaucoup les histoires de meurtres ; peut-être que je vais écrire une enquête sur un meurtre plus tard. Je refuse juste de m'entendre dire : Oh, vous écrivez ce genre de choses, alors s'il vous plaît, installez-vous là-dedans et continuez à faire la même chose pour toujours. Ce serait ennuyeux.

Le Trône de Fer semble être écrit d'un point de vue politiquement progressif (beaucoup de personnages féminins forts, des personnages homosexuels). Comment répondez-vous aux affirmations selon lesquelles vous êtes tombé dans un point de vue cliché-type de fantasy au masculin en montrant de nombreuses relations sexuelles explicites entre femmes, mais aucune relation sexuelle explicite entre hommes ? Arya

(Long rire) Eh ben... ah... fichtre... Je ne sais pas. Je n'avais pas pensé à ça !

Voici une question vraiment particulière (et je réalise que cela signifie qu'on ne vous la poserait pas dans une interview plus généraliste) : dans l’Epée de Feu, il y a un chapitre au début où Sansa repense à la scène à la fin de la Bataille des Rois quand The Hound est venu dans sa chambre pendant la bataille. Elle repense dans le chapitre à la façon dont il l'a embrassée, mais dans la version de la Bataille des Rois, rien de tout cela n'arrive. C'était une faute d'impression ou autre chose ? Valdora

Ce n'est pas une faute d'impression. C'est autre chose ! (rires) Narrateur pas fiable est la phrase clef, ici. La deuxième scène est tirée des pensées de Sansa. Et qu'est-ce que cela révèle sur elle, psychologiquement ? Je tente d'être subtil sur ces choses-là.

Est-ce que Arya va récupérer son loup ? E

Vous allez devoir continuer à lire pour le savoir !

Article originel.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :