Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy

Brandon Sanderson aux Utopiales 2010

Par Linaka, le mardi 22 février 2011 à 19:40:50

BrandonComme quoi rien n'est jamais tout à fait terminé : voici encore un souvenir des Utopiales 2010 qui remonte à la surface ! Présent au festival nantais, Brandon Sanderson avait eu l'amabilité de répondre à nos questions malgré un agenda bien rempli - et ceci, en présence de plusieurs Elbakiniens, de sa traductrice Mélanie Fazi et de son éditrice de chez Orbit (que nous remercions au passage). Cette interview aux allures de réunion informelle s'était conclue par la remise du prix Elbakin.net du meilleur roman étranger traduit, pour le roman L'Empire Ultime.
L'amabilité et l'accueil chaleureux de Brandon Sanderson avaient contribué à faire de cette interview un très agréable moment ; nous vous laissons en découvrir la retranscription qui, bien que tardive, est toujours aussi intéressante !
Et bien sûr, parlez-en sur le forum !

L'interview

Comment se passe votre séjour en France pour le moment ? Appréciez-vous ce contact avec vos fans français ? Comment compareriez-vous les Utopiales avec la Comic Con, par exemple ?
Oui ! J'en parlais avec ma femme, tout récemment. Les fans ici, au festival, semblent plus distingués, en fait ; c'est très intéressant, nous en faisions la remarque. À la Comic Con, que j'apprécie, on a un peu plus le sentiment que c'est un grand zoo, ou une fête, avec beaucoup de costumes extravagants, et beaucoup de gens qui y vont seulement pour être vus. Les fans ici semblent être très sérieux en ce qui concerne la science-fiction et la fantasy. Ils vont aux conférences et ils écoutent, ils posent des questions très intelligentes. Donc je suis très impressionné.
L'Empire Ultime, le premier tome de Fils-des-Brumes, vient de remporter le prix Elbakin.net du meilleur roman étranger 2010. Que représente pour vous, dans votre carrière, cette trilogie ?
Elle représente plusieurs choses. J'ai tenté de développer un peu le genre de la fantasy. J'ai grandi en lisant de la fantasy et en aimant cela ; j'aime les grands romans fantasy de ma jeunesse. Certains de mes auteurs préférés étaient Anne McCaffrey, Robert Jordan et Melanie Rawn, laquelle est très sous-estimée, à mon avis. J'adore absolument leurs œuvres (Tad Williams aussi, David Eddings), et pourtant en tant que lecteur et que fan de fantasy, j'avais l'impression que pendant la fin des années 90 et au début des années 2000 nous avions atteint une sorte de creux dans la fantasy pour adultes, particulièrement la fantasy épique, ce que j'écris. Et il y avait des choses vraiment excitantes qui apparaissaient dans la fantasy jeunesse, si on regarde du côté des auteurs comme Garth Nix ou J.K. Rowling, qui faisaient vraiment un travail fantastique, mais la fantasy épique a un peu chuté, en quelque sorte. Je suis sûr que de grandes choses étaient publiées, mais c'est seulement qu'elles n'ont pas eu l'attention du grand public. Il semblait que les auteurs qui avaient l'attention du grand public essayaient tous d'écrire la même histoire, qui a été déjà faite de nombreuses fois. Le jeune homme qui vient d'un village inconnu découvre qu'il a un héritage noble incroyable, et qu'il doit vaincre le seigneur ténébreux …
Je veux dire, il n'y a rien de mal dans cette histoire ; c'est une bonne histoire, mais ce n'est pas la seule qui existe. Et pendant très longtemps, la fantasy semblait avoir des difficultés à sortir de sa jeunesse et à grandir. En tant que lecteur, cela me frustrait beaucoup. Je voulais vraiment que la fantasy progresse et aille au-delà de ça. Alors quand j'ai commencé à écrire mes propres œuvres et à travailler dessus, j'étais vraiment à la recherche de concepts à explorer, qui pourraient se développer sur ces traditions et prendre des directions différentes. Fils-des-Brumes représente plusieurs de mes concepts, en tant que lecteur et en tant qu'écrivain, dans une tentative d'exploration de ces nouvelles directions. Je ne suis certainement pas le seul à faire ça.
Le premier livre traite de la question suivante ; que se passe-t-il si le mal a gagné ? Et sur beaucoup de points, le deuxième livre est en partie ce qui m'a lancé dans cette trilogie. L'une des grandes bases, ou des grands concepts, était : que se passe-t-il ensuite ? On entend toujours parler de la partie facile. Je dis toujours que renverser quelque chose, l'anéantir, me semble en fait plus simple que de le construire. Alors que se passe-t-il ensuite, après que vous ayez causé cette grande révolution, après que vous ayez fait sauter l'Étoile Noire et démantelé l'Empire ? Je pense qu'alors vous allez réaliser que, waouh, administrer quelque chose d'aussi grand est extrêmement difficile, bien plus difficile que de l'anéantir.
Alors cela représente simplement mes tentatives et mes luttes, en tant qu'écrivain et en tant que fan, pour réfléchir au-delà des vieilles leçons de la fantasy, et pour essayer de trouver ce que nous allons devenir en tant que genre adulte, alors que nous grandissons.
Vous êtes un auteur particulièrement prolifique. Votre planning semble être plein pour les dix prochaines années ! Question bête, mais comment trouvez-vous le temps d'écrire autant ?
Pour moi, la question est généralement : comment m'assurer que je fais autre chose dans ma vie ? Écrire, c'est ce que je fais et ce que je suis. Habituellement, je ne cherche pas à me divertir ; je ne fais pas cela, car écrire est si épanouissant pour moi que le reste a du mal à rivaliser.
Ainsi, j'ai beaucoup d'idées que je me sens obligé de coucher sur le papier, et je me détends en écrivant. Je me détends généralement en écrivant des choses que je ne suis pas censé être en train d'écrire. Ainsi, quand vous voyez ce que je publie, ce qui se produit habituellement est que vous voyez un roman principal, majeur, sur lequel je travaille, que je pense être important ; cela fait partie de ce que j'essaie de faire, c'est un peu comme mon nom : voilà ce que je suis, voilà ce que j'essaie de dire. Et puis vous verrez des projets annexes qui sont fortuits et insensés, ou quelque fois très spontanés, drôles et différents. Et ceux-là sont des moyens de me détendre par rapport à la série principale. Si vous regardez mes publications françaises, vous verrez que j'ai la série jeunesse Alcatraz ; cette série est sortie de moi en réaction et en réponse à mon état d'esprit, quand je voulais avoir quelque chose à faire qui me détende.
Voilà quels étaient mes loisirs.
Continuons avec les questions bêtes... Qui a tué Asmodean ? Plus sérieusement, avez-vous fini de relire toute la saga de La Roue du Temps avant d'entamer la rédaction du tout dernier tome ?
Je l'ai fait, oui. J'avais été choisi en partie parce que j'étais un fan, et que j'avais lu de nombreuses fois la plupart des livres. Quand on m'a offert le projet, je savais que j'avais besoin de tout relire de zéro. Alors, de janvier 2008 au premier avril environ, j'ai relu la série entière, en prenant des notes. Et maintenant, ce qui est étrange c'est que cela remonte presque à trois ans. Donc en fait, je vais refaire cela, à partir de janvier 2011 ; je vais tout relire à nouveau avant d'écrire la partie finale.
Je commence à oublier des choses, et c'est perturbant. Vous savez je suis celui, entre tous, qui ne peut pas oublier des personnages, ou ce qui est en train de se passer. Donc j'ai besoin de refaire ça.
Justement, vous avez repris la Roue du Temps. Towers of Midnight vient de sortir aux États-Unis. Ce tome a-t-il été plus facile à aborder que le premier ?
Par certains côtés c'était plus facile, et par d'autres c'était plus difficile. C'était plus facile parce que j'étais plus familier avec le monde, et j'étais plus confiant, parce que The Gathering Storm avait plutôt reçu un accueil enthousiaste.
En même temps, Towers of Midnight est, sur beaucoup de points, une histoire plus difficile à écrire, car pour Gathering Storm j'avais sélectionné quelques personnages importants et je m'étais concentré sur eux ; j'avais gardé une narration très resserrée et concentrée. Pour Towers of Midnight je ne pouvais pas faire ça ; je devais revenir à tous les autres personnages, je devais élargir mon point de vue. Et dans ce cas précis, je devais jongler avec beaucoup plus de personnages ; du coup, l'écriture de ce livre représentait beaucoup plus un challenge, sur le plan technique.
Je prends beaucoup de notes et je fais beaucoup de plans ; je suis ce que l'on appelle un auteur structural. George R.R. Martin, à propos des écrivains, dit que l'on tend à être soit ce qu'il appelle un architecte, soit un jardinier. Et un architecte est une personne qui planifie tout en avance pour son livre, alors qu'un jardinier est une personne qui nourrit un roman et voit quelle direction il prend. Stephen King est connu comme étant en grande partie un jardinier. Je suis majoritairement un architecte, et j'aime avoir un beau plan ; j'aime savoir où je vais. Bien que, évidemment, en tant qu'écrivain on ne peut jamais coller au plan à cent pour cent. On doit avoir la liberté de changer alors que l'histoire se développe, et que les personnages évoluent ; s'il deviennent des gens qui ne feraient pas ce qui est dans le plan, on doit être capable de jeter le plan par la fenêtre et de construire une histoire qui suit les personnages.
Comment avez-vous accueilli les critiques ? Est-ce différent de celles que vous recevez pour un roman qui est signé Brandon Sanderson à 100% ?
En effet. En cela, c'était très différent avec mes propres romans. Avant tout, avec La Roue du Temps, j'ai vraiment le sentiment de devoir quelque chose aux fans ; j'écris ces livres pour les fans. La série leur appartient à eux, et elle ne m'appartient pas. Avec mes propres livres, je ne m'imagine ce que les fans vont dire ; je suis ma propre intégrité artistique, et je dis : Je vais écrire le livre que je pense, en tant qu'artiste, devoir écrire.
Mais avec La Roue du Temps, j'avais le sentiment que je devais songer davantage aux fans, si vous voyez ce que je veux dire. Et par beaucoup de côtés, les critiques de The Gathering Storm sont plus importantes pour moi, car si j'écrivais quelque chose que les fans n'aimeraient pas, alors j'aurais échoué. Alors que si j'écris quelque chose que les gens pourraient ne pas autant aimer, qui ne sera pas aussi populaire, mais que je ressens, du point de vue artistique et pour moi-même, comme étant important à publier, les mauvaises critiques peuvent ne pas me déranger.
Ainsi, je leur ai accordé beaucoup plus d'attention, et je voulais voir ce que les fans estimaient que je faisais correctement, et ce qu'ils estimaient que je faisais médiocrement. Et je voulais être capable de répondre à cela.
D'un point de vue plus général, est-ce que votre religion influe sur votre travail ?
Je pense que oui, et cependant ce n'est pas une influence directe ; c'est plus une influence indirecte. Je suis mormon, pour ceux qui l'ignorent. Cela modèle ce que je suis, et ce que je suis aide à modeler mes romans. Il y a eu une espèce de longue dispute, pour ainsi dire – une gentille dispute – dans la fantasy, cherchant à déterminer quelle part de la fantasy était allégorique, et quelle part ne l'était pas. Si vous revenez à grand-père Tolkien et à C.S. Lewis, vous pouvez voir d'après les œuvres de Lewis qu'il était très allégorique, alors que Tolkien ne l'était pas. Tolkien créait une histoire et laissait le thème se développer, et en vérité je préfère sa façon d'écrire. J'ai le sentiment que, aussi merveilleux soit C.S. Lewis, quand vous incorporez explicitement des messages dans une histoire, alors l'histoire tourne autour d'un message, et non plus autour des personnages.
Et donc je ne me mets pas au travail en disant : Je veux prouver X, Y ou Z ; en fait je me mets au travail avec le point de vue contraire. Je crois réellement que l'une des grandes choses dont la fiction est capable, c'est d'explorer des idées à partir de beaucoup de points de vue différents. Et je pense que, parce que je suis une personne religieuse, les idées religieuses et les conflits me fascinent. Mais j'aime explorer ces choses sous des angles différents, du point de vue de gens qui croient d'une façon différente, et j'aime rendre leurs arguments tout aussi solides et tout aussi puissants les uns que les autres, car de cette façon quand on lit le livre, on finit par voir l'exploration d'un sujet, au lieu que quelqu'un prenne une réponse et vous la fourre sous le nez, encore et encore. Cela me déplaît quand je lis un roman et que quelqu'un exprime mon point de vue, mais le fait de façon médiocre. Je préfèrerais qu'on n'ait pas du tout le même point de vue que moi, plutôt que de mal l'exprimer.
Donc je pense que ma religion a une influence sur moi, dans ma fascination envers ces concepts. Il y a donc des concepts religieux dans mes livres ; j'espère que je les approche par beaucoup d'aspects différents et intéressants, mais la nature de la foi, la nature de l'espoir, la nature de la pensée rationnelle contre la pensée croyante ; toutes ces choses sont très fascinantes pour moi, et ainsi elles tendent à être fascinantes pour mes personnages.
Cela me fait penser à votre personnage Sazed dans Fils-des-Brumes, qui est fasciné par les religions …
Oh oui, il y a sans aucun doute une connexion entre lui et le type de sentiments que j'ai envers la religion, l'exploration des religions et des choses de ce style. C'est un personnage qui est vraiment sortit de mon cœur ; les gens me demandent quel personnage me ressemble le plus, et il se pourrait que ce soit lui. Je ne sais pas, c'est dur à dire. Je ne suis pas vraiment comme Kelsier ; il est trop grégaire, il n'est pas moi, mais il y a un petit peu de moi en chacun d'entre eux, j'imagine.
Vous semblez vouloir vous lancer dans votre propre Roue du Temps, avec The Way of Kings, le premier tome de The Stormlight Archive, cycle prévu en dix tomes. Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?
Oui. On ne grandit pas en lisant Robert Jordan, Melanie Rawn et toutes ces personnes qui ont fait de grandes séries épiques, sans vouloir en faire une soi-même. J'ai commencé il y a plusieurs années à planifier ma propre grande série épique, et trouver un éditeur et le convaincre de prendre un risque avec moi est très difficile : plus votre livre est long, plus il est ambitieux, plus ils sont hésitants – et avec raison, car cela peut échouer. Vous savez, une grande possibilité de succès signifie aussi en général une grande possibilité d'échec. Et donc c'était un livre que j'ai envoyé à Tor, en fait, et ils m'ont dit : Ce n'est pas le bon moment pour ça, ce n'est pas le bon moment dans votre carrière. - ce qui ne me dérangeait pas. Ainsi, cette idée a fermenté pendant longtemps ; elle traite de beaucoup d'idées et de concepts dont je voulais m'occuper depuis un bon moment.
Et encore une fois, ça revient à mon envie d'essayer de voir où la fantasy peut aller, pas où elle a déjà été. Une grande part de la fantasy semble être très statique ; la technologie ne change pas, le monde ne change pas. Des centaines d'années se sont déroulées dans ces mondes fantasy, et il n'y a eu aucune évolution de culture, ou de technologie, ou rien de la sorte ; les choses ont toujours été ainsi, et elles resteront toujours ainsi – ce qui m'ennuie beaucoup. Ce n'est pas réaliste, mais de plus cela n'offre pas beaucoup de possibilités pour les conflits, le changement, et l'exploration de ce genre de choses.
The Way of Kings représente beaucoup de choses : il raconte la naissance de ce qui est principalement une ère de Renaissance, une Renaissance magique, l'exploration de ce que la magie peut faire et les conflits de la magie et de la technologie. Mais en fait, ceci est un peu le cadre de la série, et dans le premier tome c'est beaucoup plus personnel. C'est l'histoire d'une jeune homme qui a été formé comme chirurgien par son père, et qui est recruté contre sa volonté, en grande partie, pour participer à une guerre terrible. Et cela parle du conflit entre avoir appris à guérir, et être entraîné à tuer. Quel est l'impact sur une personne ? Comment protégez-vous, qui pouvez-vous protégez, et qui pouvez-vous guérir quand votre vie entière n'est qu'une lutte pour votre survie, et se résume à tuer des gens ? C'est cela qui le motive vraiment.
C'est aussi l'histoire d'une jeune femme, qui est un peu basée sur un mélange entre Darwin et Pline l'Ancien ; c'est une naturaliste qui se trouve en quelque sorte à l'avènement de cette Renaissance, ce commencement d'une révolution de technologie magique. C'est l'histoire de sa vie et de son expérience. Le livre parle de ces deux personnages ; il tourne autour des personnages.
C'est si difficile d'expliquer un livre si important, car même si je commence à parler des concepts à grande échelle, ceux-là n'apparaissent même pas dans le premier livre, il y est seulement fait allusion.
Mais l'une des choses dont j'aime parler à propos de The Way of Kings, c'est que je veux voir, encore une fois, où le genre peut aller, et j'ai fait pression pour y inclure beaucoup plus d'illustrations. Scott Westerfeld a fait un livre très intéressant récemment, qui incluait beaucoup d'illustrations ; c'est un genre de roman semi-graphique. Je voulais faire quelque chose de ce style avec The Way of Kings. Si on lit Tolkien, par exemple : Tolkien avait une carte, et cette carte avait un but. Si vous regardez dans le livre, c'était une carte que les personnages transportaient avec eux, en fait ; elle faisait partie du monde. Et la carte est devenue, pour un roman de fantasy, une sorte de cliché : vous ouvrez le livre, il y a une carte, O.K. Mais je n'aime pas ça, parce qu'elle est juste là : d'où vient cette carte, que représente-t-elle ? Je veux que tout fasse partie de l'histoire.
Ainsi, je voulais inclure beaucoup d'illustrations qui feraient partie de l'histoire ; des croquis provenant du carnet de l'un des personnages, des pages de manuscrit enluminées provenant d'un manuscrit qu'ils sont en train de lire ; ce genre de choses, afin que pendant votre lecture, vous puissiez voir leur culture à travers les illustrations. Cette idée était très excitante pour moi.
Vous êtes très actif sur Facebook ou votre blog, et ce depuis longtemps. Quelle importance ont pour vous ces nouvelles technologies ?
J'estime qu'elle sont extrêmement importantes pour moi. Nous sommes en train de parvenir à une époque intéressante pour l'art, car il y a un niveau de communication impressionnant entre l'artiste et son mécène. Et je considère vraiment mes fans comme mes mécènes. Si vous revenez au 19ème siècle, pour qu'un artiste créé une œuvre grandiose, il lui fallait habituellement avoir un noble fortuné qui le finance, pour qu'il soit capable de la faire. Et à notre époque, cela fonctionne en fait de la même façon, dans mon esprit, sauf que le lord fortuné qui me finance c'est toute la foule, le fandom.
Dans le monde de la science-fiction et de la fantasy, nous sommes une communauté très unie, et je trouve que les fans de science-fiction et de fantasy tendent à être très différents des fans de stars de cinéma, par exemple, qui deviennent hystériques, des choses comme ça. Les fans de science-fiction et de fantasy font partie de la conversation ; ils viennent à vous, et ils peuvent discuter avec vous, comme s'ils étaient des collègues. Et au nom de ce groupe complet, ils me disent : O.K., vous, vous créez une œuvre d'art pour notre communauté toute entière. Nous vous soutiendrons dans cette création, en tant que membre de notre communauté. Et j'ai vraiment le sentiment de devoir quelque chose à mes lecteurs, pour m'avoir offert l'opportunité de faire ce que je fais et de gagner ma vie grâce à cela.
Et donc, la meilleure façon de répondre à cela, selon moi, est d'être très ouvert et de beaucoup communiquer. Beaucoup de fans se retrouvent frustrés parce qu'ils ne savent pas quand les livres seront publiés, et j'aime faire des mises à jour et prévenir les gens – des mises à jour quotidiennes. Je leur appartiens par beaucoup de côtés, alors ils méritent de voir ce que je fais, à cause de l'opportunité qu'ils m'ont offerte.
En France, votre série jeunesse, Alcatraz est parue depuis quelques mois. Est-ce là une récréation pour vous, par rapport à vos œuvres de fantasy épique ?
Oui, c'est le cas. En fait, j'ai écrit Alcatraz entre le tome deux et le tome trois de Fils-des-Brumes. Je venais de terminer le tome deux, et je voulais progresser et faire le tome trois, mais je me sentais un peu fatigué, presque épuisé, professionnellement, et je ne voulais pas commencer le tome final dans cet état d'esprit. Ainsi, sans dire à personne ce que j'étais en train de faire, j'ai pris un peu de temps libre. Je voulais faire quelque chose de très différent, pour m'inciter à évoluer en tant qu'artiste, pour explorer différents types d'écriture. Comme je l'ai dit, normalement je suis un architecte, et je voulais faire un livre qui soit un peu plus du style jardinier.
Pour Alcatraz, j'ai commencé avec quelques prémisses que je trouvais amusantes et intéressantes, et j'ai construit un livre à partir de là, au fur et à mesure. Cela a très bien fini – beaucoup des projets que j'expérimente ne sont pas publiés car ils ne finissent pas très bien. Je prends seulement ceux qui donnent quelque chose de bien et je les publie.
Ainsi, pour chaque Alcatraz, il y a deux ou trois autres romans qui se sont effondrés, en quelque sorte. Cela ne se produit pas avec mes romans de fantasy épique, car je passe tellement de temps à les planifier et à les préparer que je sais, avant de commencer, ce qu'ils vont donner.
Mais quoi qu'il en soit, Alcatraz était une histoire légère et amusante (mais je l'espère toujours intrigante et intéressante) à écrire pour moi – à propos d'un jeune garçon qui découvre que le monde est secrètement dirigé par des bibliothécaires !
Avez-vous l'impression de faire partie du top 3 des auteurs de fantasy dont on parle le plus ? Ressentez-vous une sorte de pression à être autant dans l'actualité ?
Oh, je ne sais pas. Je dirais que je ressens de la pression, en effet. Par exemple : avant la Roue du Temps, je passais un certain temps sur les forums sur le net ; je passais sur ces forums, je discutais, et personne ne savait vraiment qui j'étais. Certains d'entre eux pouvaient voir que j'étais écrivain, mais, vous savez, il y a beaucoup d'écrivains … Et tout à coup la Roue du Temps est passée par là, et tout le monde savait qui j'étais, et chaque forum avait un long sujet à propos de moi ; je suis apparu sur Slashdot, des sites de ce style. Tout à coup j'étais sous les projecteurs, et j'ai découvert que je ne pouvais pas passer autant de temps qu'avant sur ces forums car si je le faisais, tout ce que je voulais faire était débattre avec les gens, ou parfois seulement discuter et avoir des discussions intéressantes ; mais j'ai découvert que tout à coup c'était beaucoup plus personnel, comme il était question de moi, à tel point qu'il était très difficile de lâcher les forums. Alors j'ai tout simplement été obligé de couper les ponts, car sinon j'aurais été capable de passer toute la journée à ne rien faire d'autre que de converser avec les gens qui postaient sur ces sujets.
Et donc ce niveau de reconnaissance … c'est surréaliste, en quelque sorte. En fait, j'ai même été reconnu dans la rue, dans une ville. Je suis allé à San Diego, comme ça, et quelqu'un m'a reconnu et a dit : Êtes-vous Brandon Sanderson ? C'est bizarre ! Ils n'étaient pas là pour mes dédicaces, ils ne savaient pas que j'étais en ville ; ils m'ont seulement croisé dans la rue !
Donc c'est un petit peu étrange ; maintenant, bien sûr, en tant qu'écrivains nous ne devenons jamais vraiment célèbres. Peut-être qu'une fois tous les deux ans quelqu'un me reconnaîtra dans la rue, donc ce n'est pas comme si j'étais vraiment une célébrité ou quoi que ce soit, mais ça reste étrange, et bizarre, d'être capable de poster sur un forum et d'être reconnu par les gens.
Vous avez récemment lancé un débat sur la fantasy postmoderniste. Est-ce que cette volonté d’intellectualiser la fantasy fait partie de vos ambitions, de votre démarche d'écriture ?
Oui et non. J'ai un master d'anglais, avec une option écriture créative, alors je porte le chapeau d'un universitaire. Mais quand je m'installe pour écrire, en fait, je ne porte pas mon chapeau d'universitaire. Ceci dit, quand j'ai terminé, mon côté universitaire analyse, en quelque sorte, ce que j'ai écrit, l'examine et y réfléchit.
Mais quand j'écris je laisse vraiment l'artiste prendre le dessus, et je trouve que si je laisse le côté universitaire prendre le dessus, cela perd un peu de vie, car cela devient quelque chose d'étudié au lieu d'être une création. Donc je ne laisse pas l'universitaire prendre trop de pouvoir, mais j'aime parler de ces choses-là. J'ai écrit cet essai sur la fantasy postmoderne, qui est en fait plus précisément un essai sur la fantasy consciente d'elle-même. J'en ai parlé un peu plus tôt : c'est la prochaine étape dans une fantasy qui, en quelque sorte, porte un regard sur elle-même et qui fait sa propre introspection. Et je me retrouve à faire ça, non pas parce que mon côté intellectuel dit : Oh, il faut que tu fasses ça, mais parce que l'artiste est fatigué de certaines choses et veut créer une réponse en retour.
Quels sont vos derniers coups de cœur de lecture ces derniers mois ? D'ailleurs, avez-vous encore le temps de lire ?
Oui, j'ai le temps de lire, de temps à autre. Je pense qu'il est important de lire. Je crois qu'il est extrêmement important pour moi de lire dans le genre de la fantasy, et d'être conscient de ce que font les autres écrivains, car beaucoup d'entre eux sont largement meilleurs que je ne le suis, et je veux pouvoir apprendre d'eux.
Mon coup de cœur ces temps-ci, c'est Terry Pratchett ; j'adore ce qu'il fait. Et dernièrement, j'ai été très impressionné – même si, évidemment, cela fait un an ou deux que je l'ai lu – mais Le Nom du Vent de Patrick Rothfuss est absolument brillant. Et ce qui attend sur mon bureau pour être lu prochainement, c'est un livre qui s'appelle Shades of Milk and Honey, par Mary Robinette Kowal, que j'ai voulu lire depuis longtemps, et j'ai un exemplaire que je viens de récupérer dans les bureaux de Tor. Ma femme est en train de le lire en ce moment. Donc j'attendrai qu'elle l'ait terminé, et je le lirai peut-être dans l'avion.
Après avoir parlé de vos derniers romans en date, revenons à vos débuts : comment est née votre passion pour la fantasy et l'écriture ?
Ma passion pour la fantasy me vient d'un professeur en quatrième, quand j'avais quatorze ans, qui m'a mis au défi de lire un livre. Je raconte beaucoup cette histoire, mais je crois que c'est une part importante de ce que je suis. Je n'aimais pas lire quand j'étais plus jeune, je n'ai découvert la lecture que lorsqu'on m'a donné mon premier livre de fantasy. J'avais essayé de lire beaucoup d'autres romans qui m'avaient ennuyé. Et ce fut la découverte de la fantasy en tant que genre (son inventivité, sa puissance) qui m'a vraiment transformé en tant que personne, et m'a changé en écrivain.
Je veux dire, c'est vraiment bizarre : le livre que j'ai lu s'appelait Fendragon, de Barbara Hambly. Et on a là quelque chose d'intéressant, car quand vous avez des notions d'éducation à la lecture, vous savez qu'il y a certains choses, dit-on, que vous êtes censé donner aux garçons. Vous êtes censé leur donner un livre parlant d'un garçon, et plus spécifiquement, d'un garçon qui a deux ou trois ans de plus qu'eux, pas de leur âge mais pas trop vieux. Et c'est censé avoir un rythme très rapide, et c'est censé être plein d'aventures. Voilà ce que les garçons sont censés aimer.
Fendragon parle d'une femme ayant la cinquantaine, qui est le personnage principal. Elle ne part pas dans des aventures trépidantes ; en fait, elle est son mari sont éleveurs de porcs. Et il est le dernier fendragon en vie – un homme qui a tué un dragon. Un dragon est venu assaillir le royaume, et quelqu'un va chercher le fendragon. Et cette histoire raconte combien c'est peu glamour de tuer un dragon ; c'est comme d'abattre une vache, mais juste une très grosse vache. Et elle, c'est une sorcière, et c'est l'histoire de la façon dont elle équilibre sa vie de famille et sa magie. On lui a dit qu'elle pourrait être la plus grande sorcière qui ait jamais vécu, si seulement elle vouait absolument tout à cette vocation ; mais elle ne veut pas, car elle a aussi une famille.
Voilà donc un livre à propos d'une femme ayant la cinquantaine, qui essaie d'équilibrer sa carrière et sa vie de famille, et c'est ce que j'ai aimé !
Et je continue de revenir dessus en tant qu'universitaire, et de me demander : Pourquoi est-ce que ça a marché ? Et en fait, c'est l'illustration de ce que je trouve génial dans la fantasy. J'ai le sentiment que la fantasy peut faire tout ce que font les autres genres, avec cette couche supplémentaire de création de mondes. Et cela vous force, en tant que lecteur, à assembler le puzzle ; qu'est le monde, comment fonctionnent les choses ici ? C'est cet exercice intellectuel, cet exercice d'imagination, que peut vous offrir un roman de fantasy ; c'est ce que, généralement, les autres romans ne peuvent faire.
Et ce roman a fonctionné pour moi à cause de ma propre mère. Ma mère est arrivée première de sa promotion à son examen de comptable. Elle était en fait la seule femme dans ce programme ; peu de femmes faisaient cela, à l'époque. On lui a offert un boulot très prestigieux, un travail dans une entreprise de comptabilité, et elle l'a refusé parce qu'elle voulait m'avoir moi, avoir un enfant. Elle travaille aujourd'hui encore comme comptable, mais à cette période de sa vie, elle voulait être mère. Et elle a toujours fait l'équilibre entre sa carrière et sa famille.
Et j'ai lu ce livre qui parle d'un tueur de dragons, et quand je l'ai terminé, j'avais l'impression de mieux connaître ma mère. C'est étrange, c'est très étrange, mais c'est ce que peut faire la fantasy, car elle peut avoir ce superbe côté intellectuel et créatif. Elle peut parler d'aventures, elle peut être drôle et raconter l'histoire d'un homme qui tue un dragon, mais elle peut aussi traiter de vraies personnes dans de vraies situations, qui vous aident à mieux comprendre le monde. Elle peut faire toutes ces choses et être amusante en même temps, alors pourquoi quelqu'un irait lire autre chose ?
Mais voilà ce qui m'est arrivé : je suis devenu écrivain à cause de ce livre, et à cause des livres que j'ai découverts cet été-là : Anne Mc Caffrey, j'ai mentionné Melanie Rawn, David Eddings, Tad Williams - et puis Robert Jordan a sorti plus tard cette année-là son premier tome de la Roue du Temps. À cause de ces auteurs dont je suis tombé amoureux, je voulais tout simplement être capable de créer ces émotions chez les gens, les émotions qu'ils parvenaient à créer.
Et donc j'ai commencé immédiatement à écrire ; j'avais trouvé ce qui me définissait.
Et enfin, pour terminer : auriez-vous quelques mots pour vos lecteurs français ?
Oh oui, j'apprécie beaucoup mes fans français et mon éditeur français, qui est génial : je vous apprécie, les gars, et je vous remercie de lire mes livres et de m'accueillir en France. Je me suis vraiment plu ici. J'ai appris le français au lycée pendant quatre ans, mais je suis très mauvais dans cette langue. Mais oui, merci beaucoup ! Et merci beaucoup pour le prix.
  1. L'interview
  2. L'interview en anglais

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :