Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy

L’année 2018 en fantasy : la parole aux éditeurs

Par Gillossen, le mercredi 21 février 2018 à 17:20:00

Les Editions de l'instant en 2018 - Patrick Dechesne

Kabu Kabu

Alors que 2017 se termine à peine, quel serait votre premier bilan, à chaud ?
2017 a été une année paradoxale, faite de réussites critiques et de déceptions financières. Nous avons réalisé deux livres sur le premier semestre de l’année, particulièrement bien reçus par les différents blogueurs, critiques et lecteurs de l’imaginaire francophone, à savoir notre anthologie Gentlemen mécaniques et Célestopol d’Emmanuel Chastellière. Les premières nominations commencent d’ailleurs à tomber pour ce dernier.
2017 est aussi l’année où nous avons été nommés pour la deuxième année consécutive au prix Imaginales, cette fois-ci pour Le village et l’illustration de sa couverture signée Marc Simonetti. Outre que ces nominations nous procurent une joie et un plaisir immenses, elles montrent la qualité de notre travail et de nos choix.
Nous sommes donc très fiers des ouvrages que nous avons publiés cette année, je pense que nous proposons une offre plutôt unique dans le paysage éditorial francophone et je crois que nous ne décevons pas nos lecteurs.
Cependant, la faible distribution de nos livres nous plombe financièrement. Clairement, nous ne vendons pas assez de livres en n’utilisant que les réseaux. Par exemple, bien que soutenu par une campagne ulule, Gentlemen mécaniques, malgré toutes ses qualités, malgré son sujet attrayant (le steampunk), malgré sa diversité prononcée, a réalisé des ventes bien en-deçà de nos attentes.
Il faut donc que nous passions une étape en 2018. Elle ne pourra être franchie que par la mobilisation des lecteurs et par le décrochage d’un contrat avec un distributeur important.
Nous publions, je pense, des livres et traductions de qualité, des romans et des nouvelles d’auteurs importants et/ou nouveaux. Tout cela a un prix, et il est très élevé pour une petite structure comme la nôtre. Structure qui, d’ailleurs, n’est soutenue par aucun organisme ni aucune aide structurelle. La politique culturelle belge est à des années-lumière de la politique culturelle française dans ce domaine.
Nous assumons nos choix et nos priorités, nous sommes conscients que publier des traductions coûte entre deux et trois fois plus cher que de publier un auteur francophone. Mais nous ne voulons pas changer notre fusil d’épaule. Notre ligne éditoriale est basée sur la découverte et sur des traductions de livres importants d’auteurs de qualité.
Nous espérons donc que les lecteurs nous soutiennent et que les distributeurs soient enfin conscients du potentiel de nos ouvrages, et ce dans un futur assez proche.
À titre personnel, hors parutions, un événement vous a-t-il particulièrement marqué ou surpris au cours de cette année écoulée (un prix, un salon, etc...) dans le paysage des littératures de l'Imaginaire ?
En 2017, nous avons participé pour la première fois aux Imaginales, ce qui en soit est un bonheur total et précieux, un moment de plaisir unique et fort, de rencontres inoubliables et passionnantes, de découvertes captivantes.
Mon moment de l’année est évidemment lié à ce festival et il s’agit des quelques jours passés avec Sofia Samatar. Une personne unique, généreuse, lumineuse, dotée d’une âme magnifique. Un être exceptionnel, comme on en rencontre peut-être que trois ou quatre sur toute une vie. C’est pour des rencontres comme celle-ci que ce métier vaut la peine d’être fait.
Avez-vous un coup de cœur éditorial plus marqué que les autres pour 2018 ? Et quelle place pour la fantasy dans votre programme ?
Alors, c’est très simple : nous avons un programme complet pour 2018. Il nous faut maintenant les moyens de le réaliser. Ce programme devrait comprendre au moins deux livres traduits, ainsi que deux ouvrages d’auteurs francophones.
Pour réaliser ce programme, nous ne pouvons compter présentement que sur nos lecteurs et, par conséquent, sur le financement participatif.
Le premier est en cours sur Ulule et il concerne la publication de Kabu Kabu de Nnedi Okorafor. Fantasy, SF, réalisme magique, Nnedi Okorafor brouille les genres et impose une voix originale et essentielle qui en fait une des auteures les plus passionnantes du XXIème siècle. Tous ceux qui ont lu Qui a peur de la mort ? (ou qui vont bientôt voir son adaptation télévisée) peuvent en témoigner.
Nous publierons cet ouvrage si nous réussissons ce financement participatif. Ce qui nous permettrait également d’envisager l’avenir et la suite de notre programme pour lequel nous avons de beaux atouts dans notre manche : tout d’abord la traduction de la suite d’Un étranger en Olondre toujours porté par la beauté de la plume de Sofia Samatar, qui propose une fois de plus une fantasy délicate, poétique et originale. Ensuite La guerre des loges de Sebastian Marchese, un ouvrage steampunk d’action, de bruit et de fureur, mais aussi un roman subversif et étonnant d’un jeune auteur belge que nous voulons faire connaître. Et enfin, last but not least, un recueil de nouvelles éclectiques, mélangeant les genres et brouillant les frontières, passionnant et rempli d’histoires, de vies et d’aventures : La fabrique de sorcières, de l’excellente Ketty Steward.
Sans oublier bien sûr notre anthologie Cthulhu est vivant que l'on espère pouvoir publier en mai !
Quel sera votre plus grand défi pour cette nouvelle année ?
Tout d’abord, survivre.
Nous n’avons qu’une seule voie pour arriver à cet objectif. Nous ne sommes pas soutenus par les pouvoirs publics, nous n’avons pas de fortune personnelle, nous n’avons pas de riche mécène pour nous aider.
Notre seule richesse, ce sont nos lecteurs, dont nous espérons le soutien.
Ensuite, franchir le Rubicon de la distribution à grande échelle. Nos ouvrages sont de qualité et ils méritent de se retrouver dans les librairies de France et de Navarre. Cette année doit être celle où nous franchissons ce pas vers le professionnalisme le plus complet.
Ce sont les deux seules choses que nous espérons pour 2018.
  1. Albin Michel Imaginaire en 2018 - Gilles Dumay
  2. Les Editions de l'instant en 2018 - Patrick Dechesne
  3. Les éditions Actusf en 2018 - Jérôme Vincent
  4. Lunes d'encre en 2018 - Pascal Godbillon
  5. Les éditions Critic en 2018 - Simon Pinel
  6. Folio SF en 2018 - Pascal Godbillon
  7. Les éditions Voy’el en 2018 - Corinne Guitteaud
  8. Les éditions HSN en 2018 - Dimitri Pawlowski
  9. Les éditions Libretto en 2018 - Eric Lahirigoyen
  10. Les Editions du Bélial' en 2018 - Olivier Girard
  11. Les éditions du Rouergue en 2018 - Olivier Pillé
  12. Les éditions Mnémos en 2018 - Frédéric Weil
  13. Les éditions Pygmalion en 2018 - Florence Lottin
  14. Fleuve Editions et Pocket en 2018 - Stéphane Desa
  15. Les éditions Scrineo en 2018 - Jean-Paul Arif
  16. Les Editions du Chat Noir en 2018 - Mathieu Guibé
  17. Les éditions Lynks en 2018 - Mathieu Guibé
  18. Mü éditions en 2018 - Davy Athuil
  19. Le Livre de Poche Imaginaire en 2018 - Laëtitia Rondeau
  20. Les éditions Le Héron d'Argent en 2018 - Vanessa Callico
  21. Les éditions Leha en 2018 - Jean-Philippe Mocci
  22. Les éditions Balivernes en 2018 - Pierre Crooks
  23. Les éditions Callidor en 2018 - Thierry Fraysse
  24. Les éditions L'Atalante en 2018 - Mireille Rivalland

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :