Vous êtes ici : Page d'accueil > Édition

Le tour des maisons d’édition d’Imaginaire en 2021

Par Gillossen, le mercredi 24 février 2021 à 11:30:00

Les éditions de L'Homme Sans Nom - Dimitri Pawlowski

1922

Alors que 2020 se termine à peine, quel serait votre premier bilan, à chaud ?
Que ce fut une année pour le moins étrange, qui a d'une certaine façon rappelé combien le fonctionnement du monde du livre est travaillé et pensé en amont, avec une certaine inertie qui fonctionne très mal avec une situation comme celle que nous avons traversée en 2020 et qui nécessitait des décisions presque au jour le jour. Une forme de rappel indirect, aussi, que la compatibilité entre "livres" et "monde qui va toujours plus vite" n'est pas toujours évidente.
Au niveau HSN, nous avons réussi à passer entre les gouttes autant que possible, notamment car notre politique éditoriale de "publier peu" est plutôt adaptée pour faire face à une telle situation. Tout cela en décalant certaines sorties, en réduisant notre rythme de parutions prévu, et en profitant de notre changement de diffusion/distribution qui a démarré en… mars 2020. Autant dire que la transition a été pour le moins chaotique ! Mais elle a heureusement aidé à limiter la casse au maximum en librairie.
L'absence d'événementiel, outre être douloureux d'un point de vue "caisses" de l'entreprise, a un côté extrêmement frustrant, que ce soit pour la maison d'édition ou pour les auteurs et autrices HSN, dont je sens qu'il y a de plus en plus de difficultés à passer du temps sans voir leurs lecteurs et lectrices.
Mais tout n'a pas été sombre pour autant, car nos sorties 2020 ont été plutôt bien reçues par le public et la critique, avec en plus un programme assez éclectique qui était agréable à proposer ; notamment avec un roman de fantasy (notre dernier titre dans le domaine remontait pas mal), qui a bénéficié d'un lancement à la Foire du Livre de Bruxelles, avant la fin de l'événementiel en 2020, Les Chats des neiges ne sont plus blancs en hiver, de Noémie Wiorek. Mais aussi avec notre roman "choc" de l'année, Carne et ses "vrais faux zombies" : si son côté clivant était assumé, nous avons avec Julia Richard, l'autrice, été plus qu'agréablement surpris de voir que la quasi-totalité des retours des lecteurs et lectrices n'avait pas loupé que le roman n'avait pas une simple vocation à de la tripaille et du gore gratuit, mais proposait un fond fort et une réflexion sociale puissante… tout en étant aussi assez terrifiant, en voyant que Julia, dans sa façon de décrire les impacts d'une étrange et apparemment incontrôlable pandémie, avait parfaitement anticipé ce que nous avons vécu en 2020 (jusqu'au "Nous sommes en guerre" présidentiel…). Et notre fin d'année a eu un côté un peu "magique", avec une réception plus que positive pour le dernier titre de David Bry, La Princesse au visage de nuit ; à l'échelle de HSN, c'est d'un point de vue impact notamment médiatique un des titres qui a le mieux réussi, une juste récompense, à mon sens, pour ce conte moderne pour adultes intense et poignant, dur, certes, mais aussi puissant message de résilience, porté par la plume toujours plus maîtrisée de David.
Du coup, ce qui doit prédominer du bilan, c'est probablement une forme de frustration ; celle d'avoir proposé une sélection de titres sur 2020 vraiment haut de gamme, mais de n'avoir pu les défendre autant que nous aurions pu l'espérer, notamment en festivals - qui restent des événements clefs pour les maisons d'édition indépendantes -, mais aussi en librairies, même si l'accueil réservé aux romans par les libraires, surtout dans les conditions qu'ils et elles ont également traversées, et a été extrêmement positive.
Avec la covid19, avez-vous senti un emballement au niveau du numérique par exemple ?
Au niveau des chiffres, un peu, mais pas quelque chose qui change complètement le paradigme habituel. C'est aussi mon côté "éternel optimiste" qui doit parler un peu, mais je pense que ce qui s'est passé a été une forme de "plus", de lecteurs et de lectrices qui ont ensuite dès que possible foncé dans les librairies. Donc pas tant une bascule du lectorat qu'une façon de "patienter". Mais il s'agit vraiment là d'une sensation plus que d'une étude précise des chiffres, sous le prisme d'un optimisme peut-être trop galopant. Néanmoins, si je devais commenter un "impact COVID", je préférerais mettre l'accent sur le soutien du public aux librairies, lecteurs et lectrices s'étant rué.e.s dans les points de vente pour acheter des livres, rappelant l'importance, mais aussi le rôle premier du libraire, qui est de proposer du conseil - et merci à eux et elles, d'ailleurs, d'avoir plus que joué le jeu sur les périodes click'n collect en abandonnant un peu leur cœur de métier pour aider les livres à arriver dans les mains des lecteurs et lectrices !
Quelle place pour la fantasy dans votre programme 2021 ?
À l'instar de 2020, le programme HSN en 2021 va être réduit… tout en gardant la possibilité de se densifier un tout petit peu si jamais la situation sanitaire le permet, a priori au second semestre. Du coup, peu de fantasy en 2021, car peu de publications tout court.
Néanmoins, comme sur 2020, ça va être un programme en approche "crème de la crème" !
Déjà, avec un premier titre, prévu pour mars, qui devait sortir l'an passé, et qui, de confinement en confinement, de restrictions de déplacements en restrictions de déplacements, a été décalé encore et encore… en espérant qu'on n'ait pas à faire bouger la date en panique à la dernière minute ! Il s'agit d'une semi-entorse à l'approche HSN de ne publier que des romans, puisqu'il est question ici d'un recueil de nouvelles, Célestopol - 1922 d'Emmanuel Chastellière, dans le même univers que… Célestopol (implacable logique). Ce qui nous a décidé à faire cette petite entorse à notre ligne "romans" tient autour de deux arguments essentiellement : le premier est qu'il y a un cadre commun, des personnages récurrents, et une forme de fil rouge, donc une approche plutôt différente du recueil de nouvelles complètement déconnectées en dehors d'une idée de genre littéraire - et il y a de fait même une novella qui s'est glissée au sein du recueil -, et le second est que, tout simplement, c'était vraiment bien, avec des histoires originales aux tonalités variées, généralement avec un souffle slave prégnant, et une écriture travaillée avec soin par un auteur qui a le goût des choses bien faites : ça tombe bien, c'est aussi notre cas.
Pour accompagner Célestopol - 1922 en librairie durant ce premier semestre, nous allons aussi proposer le nouveau roman de Yann Bécu, dont le premier, Les Bras de Morphée, avait confirmé auprès du public et de la critique toutes les qualités que nous y avions perçues. Ça s'appelle L'Effet coccinelle, et, comme Les Bras de Morphée, c'est une science-fiction qui transcende un peu les genres, qui est très abordable pour un public non initié, c'est bourré d'humour, ça questionne notre société avec talent, c'est une écriture extrêmement fluide et maîtrisée. Sans en dire trop, après avoir parlé du sommeil, Yann va cette fois-ci s'attaquer aux rapports humains avec les religions…
Enfin, et ça va me permettre de revenir à l'esprit premier de la question, nous aimerions en fin d'année proposer notre première intégrale sur une de nos premières séries de fantasy, Iluvendan, qui bénéficie toujours d'un capital sympathie de la part des lecteurs et lectrices qui le découvrent qui nous surprend agréablement. Rien n'est encore certain, cela dépendra notamment du temps qu'aura l'auteur pour retravailler un peu son texte, et pour nous de déterminer l'approche de fabrication notamment que nous aimerions utiliser pour le format "intégrales HSN", mais c'est quelque chose que nous voulons lancer depuis un certain temps, donc on va tout faire pour arriver avec une proposition haut de gamme pour la fin d'année.
Et, à la fois selon le programme sanitaire et l'avancée en matière de rédaction, un auteur HSN proposera un texte fantasy soit en fin d'année, soit début 2022… mais je n'en dis pas plus, je ne veux pas porter la poisse au projet en en disant trop !
Enfin, quel sera votre plus grand défi pour cette nouvelle année ?
Le plus grand défi pour HSN est que, et je pense que ça va être le cas d'un peu tous les éditeurs, ce défi ne va pas être que dépendant de nos actes, mais que l'impact de la situation sanitaire va être clef dans la façon dont les choses vont pouvoir être gérées. La date de reprise de l'événementiel, notamment, va avoir un impact évident pour les maisons d'édition indépendantes pour qui les festivals sont importants.
À titre personnel, un "défi" sur quelque chose que je ne vais prendre aucun plaisir à faire : c'est dire "non" à beaucoup plus d'auteurs et d'autrices que prévu par rapport aux envois de manuscrits qui ont pu être faits, le réduction des programmes 2020 et 2021 ayant radicalement diminué le nombre de places disponibles dans les programmes à venir.
De manière plus positive, et en m'arrêtant à ce sur quoi j'ai un minimum de prise, je dirais que le défi pour 2021 va être double de notre côté : d'une part, continuer et renforcer la phase de notre développement commencée en rejoignant Harmonia Mundi, afin de permettre de pérenniser au maximum L'Homme Sans Nom en librairies ; d'autre part, mener à bien plein de projets un peu annexes, de partenariats divers qui sont en train de se monter autour des romans et des auteurs HSN, pour pouvoir les porter le plus haut possible, et ainsi continuer à confirmer que notre choix de "publier peu" est pertinent et à même de nous assurer un avenir serein et enthousiasmant ! Et ce d'autant que 2021 va tout de même marquer le dixième anniversaire de la naissance des Éditions de l'Homme Sans Nom, que j'espère pouvoir fêter dignement durant l'année avec les auteurs, autrices, lecteurs et lectrices !

Propos recueillis et mis en forme par Emmanuel Chastellière

  1. Albin Michel Imaginaire - Gilles Dumay
  2. Simon Pinel - Les éditions Argyll
  3. Thierry Fraysse - Les éditions Callidor
  4. Aux forges de Vulcain - David Meulemans
  5. Le Bélial' - Olivier Girard
  6. Pygmalion - Florence Lottin
  7. Folio SF et Denoël Lunes d'Encre - Pascal Godbillon
  8. Le Livre de Poche - Martin Vagneur
  9. Fleuve Editions - Florian Lafani
  10. Les éditions ActuSF - Jérôme Vincent
  11. Les éditions du Rouergue - Olivier Pillé
  12. Les éditions de L'Homme Sans Nom - Dimitri Pawlowski
  13. Projets Sillex - Nicolas Marti
  14. Au Diable Vauvert - Marion Mazauric
  15. Les éditions Critic - Éric Marcelin
  16. Les éditions J'ai Lu - Thibaud Eliroff
  17. Les éditions Oneiroi - Camille Ragot
  18. Les éditions L'Atalante - Denis Detraz
  19. Les éditions Rivka - Milena Schwarzberg
  20. Les éditions Scrineo - Jean-Paul Arif
  21. Gulf stream éditeur - Angela Léry

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :