Vous êtes ici : Page d'accueil > Édition

Le tour des maisons d’édition d’Imaginaire en 2021

Par Gillossen, le vendredi 12 mars 2021 à 11:30:00

Pygmalion - Florence Lottin

Pygmalion

Alors que 2020 se termine à peine, quel serait votre premier bilan, à chaud ?
Évidemment, il est impossible de faire un bilan de l’année 2020 sans penser pandémie, confinement et fermeture. Toutefois, j’ai le sentiment que le secteur est parvenu à résister et surtout que nous avons eu plus de « chances » que les autres domaines culturels. Oui, au printemps, le confinement strict a fermé les librairies et drastiquement ralenti l’activité des éditeurs et de toute la chaîne du livre. Pourtant, dès la réouverture, les lecteurs étaient présents. Ce point en lui seul pourrait me suffire pour ne pas définir 2020 comme une année sinistrée. Nous avons tous pu constater un pic des ventes de livres à l’été qui a permis de ménager les économies. De même, dans l’adversité, chaque maillon de la chaîne a cherché à se réinventer, à travailler et à vendre différemment. Bien sûr, la crise a impacté le marché mais il a su résister grâce à l’inventivité et l’appétence des Français pour l’évasion par les livres.
Pour parler plus précisément des publications, il a fallu repenser totalement la programmation, choisir quel titre pourrait être visible malgré les circonstances, lequel (ou lesquels) reporter dans le but de préserver ses chances… Mais cela a permis également de nous recentrer et Pygmalion a choisi une année aux forts accents de fantasy. Outre notre pépite, le nouveau roman de Naomi Novik La Fileuse d’argent en janvier, nous avons lancé le premier ouvrage fantasy adulte d’Eoin Colfer, auteur de la série Artémie Fowl, qui nous offrait une histoire loufoque, décalée et totalement addictive comme lui seul sait les écrire : Le Dernier dragon sur terre. Et l’année s’est terminée en beauté avec la dernière intégrale de Robin Hobb, Le Fou et l’Assassin – 3 ou encore l’anthologie de Gardner Dozois, Sorciers et magie. Il semble que ces titres aient peu souffert de la situation mais leur vie ne fait que commencer.
Avec la covid19, avez-vous senti un emballement au niveau du numérique par exemple ?
Pas de réel emballement en réalité. D’ailleurs, la fantasy est déjà l’un des genres les plus vendeurs en format numérique. Toutefois, confinement oblige, il est vrai que nous avons beaucoup travaillé en mars et avril sur des opérations promotionnelles « petits prix » en numérique – beaucoup plus que de coutume – et les lecteurs étaient au rendez-vous. Nous avons également développé l’offre en collaboration avec des services d’abonnements numériques pour permettre un plus grand choix aux abonnés.
Le mouvement constaté qui me semble le plus notable reste la volonté et l’enthousiasme des lecteurs à retrouver leur librairie dès qu’ils en ont eu la possibilité. Ainsi que de retrouver le plaisir d’acheter des nouveautés.
Quelle place pour la fantasy dans votre programme 2021 ?
2021 pourrait être assez particulière elle aussi mais – espérons-le – moins dramatique car notre stratégie est d’être encore plus sélectif sur cette année de reprise en publiant moins. Mais toujours plus de titres d’imaginaire avec une teinte très fantastique cette fois-ci.
Ce mois-ci paraît enfin La Forêt de Saint-Ambroise, premier roman d’une jeune auteur française talentueuse que j’avais mentionné l’année dernière et que le confinement a repoussé légèrement. Autre premier roman, étranger cette fois, qui m’enthousiasme particulièrement – car à la fois drame familial, suspense psychologique, roman d’aventure et quête fantastique – paraîtra en mai : Les Fantômes de Harvard de Francesca Serritella.
Pygmalion a également l’honneur et la joie de publier le nouveau roman – dix ans après The Strain – de Guillermo del Toro et Chuck Hogan, Les Avides, qui saura séduire les fans du réalisateur mais aussi tous types de lecteurs.
Et aussi, événement, enfin débarque en France la série culte de Seanan McGuire, Wayward Children dont nous publions à l’automne le premier volet, Les Portes perdues, couronné de nombreux prix parmi lesquels le Hugo, le Locus et le Nebula novella.
Une année riche à venir donc !

Propos recueillis et mis en forme par Emmanuel Chastellière.

  1. Albin Michel Imaginaire - Gilles Dumay
  2. Simon Pinel - Les éditions Argyll
  3. Thierry Fraysse - Les éditions Callidor
  4. Aux forges de Vulcain - David Meulemans
  5. Le Bélial' - Olivier Girard
  6. Pygmalion - Florence Lottin
  7. Folio SF et Denoël Lunes d'Encre - Pascal Godbillon
  8. Le Livre de Poche - Martin Vagneur
  9. Fleuve Editions - Florian Lafani
  10. Les éditions ActuSF - Jérôme Vincent
  11. Les éditions du Rouergue - Olivier Pillé
  12. Les éditions de L'Homme Sans Nom - Dimitri Pawlowski
  13. Projets Sillex - Nicolas Marti
  14. Au Diable Vauvert - Marion Mazauric
  15. Les éditions Critic - Éric Marcelin
  16. Les éditions J'ai Lu - Thibaud Eliroff
  17. Les éditions Oneiroi - Camille Ragot
  18. Les éditions L'Atalante - Denis Detraz
  19. Les éditions Rivka - Milena Schwarzberg
  20. Les éditions Scrineo - Jean-Paul Arif
  21. Gulf stream éditeur - Angela Léry
  22. Les éditions Pocket - Charlotte Volper

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :