Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Kraken


Kraken

ISBN : 978-226509458-1
Catégorie : Aucune
Auteur : China Miéville

Billy Harrow est le spécialiste des céphalopodes au Musée d’histoire naturelle de Londres. Il organise les visites pour les collections privées, dont le Architeuthis dux (un calmar géant) est la pièce majeure. Lors d’une de ces visites, il constate avec horreur que le mollusque de huit mètres a disparu ! La vie de Billy bascule très vite : une branche secrète de la police vient l’interroger, il découvre l’existence d’une secte des adorateurs du Dieu Kraken et comprend qu’il existe un Londres souterrain et surnaturel…

Critique

Par Vermithrax, le 29/05/2013

Après The City & The City, le Fleuve Noir continue de miser sur le spécialiste des prix littéraires toutes catégories, China Miéville, avec la parution de son septième roman (huitième, si l’on ajoute la novella The Tain).
Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’auteur ne semble pas avoir perdu sa fraîcheur avec Kraken ! Au contraire même. Miéville semble tout simplement s’amuser comme un petit fou au fil des nombreux et courts chapitres composant cette nouvelle aventure dans un drôle de Londres. Il livre ici un roman foutraque et volontairement barré, qui part rapidement dans tous les sens après un départ tout de même légèrement laborieux.
De fait, on retrouve là peut-être le possible talon d’Achille du roman : si vous n’entrez pas dans le “délire” de l’auteur (les guillemets sont nécessaires car il ne faut pas non plus s’attendre à un récit qui lorgnerait ouvertement sur la parodie), il n’est pas difficile d’imaginer que vous puissiez avoir du mal à vous faire à son ton. Certaines scènes sont en effet marquées par exemple par une réelle noirceur, qui ne conviendra pas à tout le monde.
Mais si l’on met de côté cet élément, China Miéville nous invite à monter dans un véritable roller-coaster souvent ébouriffant et débordant d’idées et de trouvailles, le tout parsemé de nombreuses références à la pop-culture et même à de véritables “geekeries”. On comprend mieux pourquoi le roman réintègre d’ailleurs la collection SF/Fantasy de l’éditeur, contrairement à The City & The City qui avait tenté avec succès une incursion en rayon polars. Là encore, les clins d’œil sont savoureux et on se surprend même à rire régulièrement. L’auteur s’amuse tellement que l’on pourrait même trouver à redire sur quelques passages que d’aucuns pourraient considérer comme des longueurs, mais ce Kraken, qui évoque Neverwhere de Neil Gaiman, ou même Lombres, incursion de Miéville en jeunesse, se révèle si riche en personnages truculents et en situations étranges que l’on ne peut que se laisser (em)porter au fil des pages.
Oui, China Miéville a visiblement choisi avec ce roman de s’accorder une petite récréation. Mais attention ! Cela ne signifie pas pour autant que l’auteur a décidé de prendre son intrigue par-dessus la jambe ou d’ignorer les attentes légitimes de ses lecteurs. Une fois digérés quelques chapitres de mise en place au rythme parfois saccadé, il est difficile de revenir en arrière et de poser l’objet de notre convoitise, véritable contrepied aux romans précédents de l’auteur. Fun, mais pas forcément facile d’accès car facilement foisonnant, Kraken n’en demeure pas moins une expérience de lecture singulière et souvent formidablement enthousiasmante.
L’une des lectures plaisir de l’été, à n’en pas douter !

(Un constat valable même dans le cas où le soleil aurait définitivement décidé de bouder, on vous rassure…)

8.0/10

Discuter de Kraken sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :