Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Le Roi des rats


Le Roi des rats

Titre VO: King Rat

ISBN : 978-226508121-5
Catégorie : Aucune
Auteur : China Miéville

Londres, années 90. Un soir, alors qu’il rentre chez lui, Saul Garamond découvre le cadavre de son père. Accusé par la police, il est bientôt emprisonné. Surgi de nulle part, un personnage étrange se présente alors comme le Roi des Rats… et l’oncle de Saul ; un neveu qu’il libère et entraine à travers les égouts de Londres, au plus profond de son royaume.
Peu à peu, il révèle à Saul ses origines animales et l’héritage qui est le sien. Commence alors la métamorphose, mais le temps presse : un tueur fou est sur les traces du Roi des Rats et de son nouveau protégé, un joueur de flûte prodige qui a déjà envoûté les amis musiciens de Saul.
Jusqu’à ce que mort s’ensuive…

Critique

Par Anarion, le 20/09/2006

Le Roi des rats est le premier roman de China Miéville, et il constitue sans aucun doute une franche réussite, même si ceux qui connaissent déjà l’auteur pourraient rester quelque peu sur leur faim.
Miéville est très à l’aise dans l’urban fantasy, l’univers de son livre se rapprochant beaucoup du Neverwhere de Neil Gaiman, mais parvient à s’en détacher peu à peu pour se créer son identité propre, grâce au talent de Miéville, alliant une imagination stupéfiante à un style foisonnant, chargé, le tout saupoudré d’un grand talent.
La noirceur de Londres, la Londres des égouts, est magnifiquement rendue, et on se retrouve rapidement pris dans l’aventure, servie là aussi une fois de plus par une galerie de personnages vraiment formidables, du pauvre Saul (qui cache un lourd secret héréditaire) au mystérieux Roi des Rats, en passant par Natacha, Fabian, et un certain flûtiste, dangereux psychopathe originaire d’Hamelin…
L’histoire est bien ficelée, le rythme est quasi parfait, mais ce roman là n’atteint néanmoins pas le degré d’excellence de Perdido Street Station ou des Scarifiés. Peut-être est-ce dû en partie au fait que Miéville ait choisi de situer l’action à Londres, et non pas dans les Bas-Lags, son univers, le bridant peut-être et l’empêchant de pleinement “exploser”, sans compter bien sûr l’aspect “premier roman”.
Quoiqu’il en soit, pour les fans de Miéville et de fantasy urbaine, voilà un roman à ne pas rater.

7.5/10

Discuter de Le Roi des rats sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :