Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy

Guy Gavriel Kay se confie à nouveau sur Ysabel

Par Madlyne, le lundi 19 février 2007 à 13:15:55

En attendant la parution française de ce nouveau roman, Elbakin.net vous gâte, avec une nouvelle interview de Guy Gavriel Kay, traduite intégralement pour vous.
L'auteur canadien s'exprime évidemment à propos de son dernier "bébé" en date, mais pas uniquement ! Mais à vous de vous faire votre propre idée en découvrant sans plus attendre ses propos !

Interview Guy Gavriel Kay

Que pouvez vous dire aux lecteurs qui attendent la sortie officielle d'Ysabel ?

C'est une très bonne question, elle sera abordée dés que j'irai en tournée pour un livre, donc je pense que je devrais commencer par organiser l'extrait enregistré d'une interview. Le problème étant, j'ai toujours détesté résumer un livre en une phrase ou deux. Un problème bien à moi, je pense. YSABEL est un départ en ce qui concerne certains domaines, mais pas dans d'autres.

Ce roman a un cadre moderne, situé dans le sud de la France – ce qui est manifestement différent des autres derniers livres. D'un autre côté, il exploite lourdement la Fantasy, les mythes et l'histoire dans le but d'examiner les moyens par lesquels le passé ne nous quitte jamais vraiment- et continue à influencer le présent. J'utilise avec attention le « passé » dans le roman, pour faire remarquer qu'il peut représenter 2500 ans d'une culture mais également 25 années pour une famille divisée.

Dans Ysabel, tout comme dans votre livre précédent Le dernier rayon du soleil, l'histoire se base sur l'histoire celte et la mythologie. Est-ce que vous compter explorer plus ceci dans vos futurs travaux ?

Lorsque je finis un livre je ne sais jamais ce qui arrivera par la suite- et c'est tout aussi vrai maintenant. Je suis intéressé (de manière évidente ?) par l'histoire, les mythes, par ceux qui écrivent les histoires qui traitent du passé, mais cela ne m'oriente pas autour d'un quelconque lieu ou époque en particulier. Nous vivions en France quand j'écrivais Ysabel et cela a certainement déterminé la nature de l'histoire.

Ysabel est un gros départ par rapport à vos travaux précédents puisqu'il se situe dans notre monde actuel. Qu'est ce qui a suscité un tel changement ?

En grande partie, parce qu'en général je n'aime pas me répéter. Je sais bien que dans l'art (et plus spécifiquement dans la Fantasy) se reproduire soi-même ou reproduire quelqu'un d'autre peut être le déclencheur d'une évolution de carrière…Mais c'est aussi très destructif créativement, en particulier lorsque l'on a de l'ambition et la volonté de traiter ses lecteurs avec respect.

Plus précisément, j'ai été intéressé par le recours à la géographie, un «lieu» comme d'un autre moyen d'utiliser l'histoire et le «temps». Je voulais baser une histoire dans le paradis moderne de la Provence, cette partie très aimée du monde, et montrer comment le paradis devient une raison de se battre- et pour en porter les cicatrices, jusqu'à aujourd'hui. Dans un sens Ysabel est une façon pour moi –et les lecteurs- de regarder certaines idées.

Vous dirigez une expérience à travers votre site Web avec le journal d'Ysabel, utilisant celui-ci comme un lieu d'échanges entre vous et vos fans. Avez-vous des objectifs avec ce projet ? Est-ce qu'il fonctionne de la façon dont vous espériez ?

J'adopte quelques fois une personne déjantée sur internet, en grande partie pour m'amuser, tout en résistant à l'idée de créer un blog. D'un côté c'est une façon de se protéger. Le temps disponible pour écrire un livre est devenu limité à mesure que d'autres demandes (concernant un livre ou la famille) surgissent, et l'idée d'entretenir un blog quotidiennement m'a paru «mauvaise». Je suis aussi peu enthousiaste par le fait de s'engager complètement dans le passage du livre à l'auteur qui se fait beaucoup de nos jours.

Malgré cela, Internet me fascine, ainsi que le rôle croissant qu'il joue dans le monde du live, et je ressens un réel sens des responsabilités et de l'appréciation par rapport à mes lecteurs…donc à la demande de mes éditeurs, j'ai élaboré le projet d'une «tournée par un journal» il y a quelques années pour le dernier rayon du soleil…en gardant un journal seulement pendant la période promotionnelle d'une tournée.

Cette fois-ci, toujours dans la même optique, il s'agit d'utiliser le journal d'Ysabel pour donner aux lecteurs une vue d'ensemble de la progression. Comment un manuscrit devient le livre qu'ils vont acheter. Production, marketing, le design de la couverture, copie de la jaquette, le rôle des ventes reps… toutes ces choses qu'étonnamment même un passionné de lecture sait très peu.

A cet égard, je pense que les réactions pour le journal (sur brightweavings.com) ont été vraiment formidables. J'ai l'impression de faire quelque chose que l'on trouve à la fois amusant et instructif –bien qu'il y ait un peu trop de repas et de beuveries pour certains ! J'ai même lancé des défis aux surfeurs (écrire des exemplaires de jaquette pour un livre, extraire un texte de présentation d'une longue critique) qui les forcent à réfléchir sur la difficulté du processus.

Est-ce que les points de repère qui apparaissent dans Ysabel (la cathédrale, la tour en ruines, la statue de la femme, etc) existent en Provence, ou ont-ils été inventés pour les besoins du livre ?

Tout y est en vrai. Bien que –de toute évidence j'imagine- les évènements représentés et les interprétations détaillées ne le sont pas. Quelques unes de mes photos de Provence sont en ligne pour le livre sur le site Internet Canada Penguin sur www.Ysabel.ca

Quel genre de voyageur êtes-vous ? Vos livres sont toujours riches en détails sur les différents lieux sur lesquels ils sont basés. Avez-vous déjà visité ces endroits auparavant, ou vous servez-vous de vos recherches pour vous y emmener ?

Il y a longtemps je faisais la plupart de mon travail d'écriture à l'étranger, mais la scolarité des enfants est une manière de vous fixer assez efficace ! Nous venons de passer une autre année en France pour YSABEL, avec les garçons à l'école là-bas. Voyager est une passion pour moi, et un des véritables bénéfices d'être publié tout autour du monde est la chance de visiter différents pays à la requête de mes éditeurs… le genre d'aperçu que l'on peut avoir dans un voyage comme ça ne vous aide pas mais enrichit en tant que personne et écrivain.

Une des choses que j'ai le plus aimé dans vos livres c'est l'idée profonde concernant la nature humaine, aussi bien que le don que vous avez pour les descriptions et le dialogue. D'où tirez-vous votre inspiration ?

Il n'existe pas de réponse simple à cela. J'ai toujours dit qu'un bon roman doit intégrer des choses intéressantes qui arrivent à des personnes intéressantes. Beaucoup de livres du genre ont seulement le premier, et beaucoup de livres contemporains ont le second uniquement. J'essaye, du mieux que je peux, d'offrir les deux. J'essaye également, avec pas mal d'efforts, d'accorder mon attention aux personnages secondaires, à leur donner de l'ampleur, de l'ambition, un peu de profondeur.

J'ai entendu les bribes occasionnelles de nouvelles ces deux dernières années à propos du film Lions of Al-Rassan. Pouvez-vous confirmer ou nier, et avez-vous un rôle quelconque dans le projet, à part le livre original ?

Il y a actuellement deux projets en développement. Lions est en cours par Warner Brothers, produit par Cathy Schulman (« Collision »), Lorenzo di Bonaventura et par Bedfort Falls, l'équipe de production d'Edward Zwick…Zwick en est le directeur. En ce moment ils en sont à la seconde ébauche du script.

Le second, projet plus récent, est le dernier rayon du soleil développé par Chartoff/Ravinett Productions, que j'adapte moi-même, à travailler le script cet hiver. Robert Chartoff est plus connu pour avoir produit «Raging Bull» et les «Rocky».

Mes agents sont en discussion sur deux autres projets avec Hollywood, mais rien d'assez tangible pour être rapporté encore.

Article originel, par Fantasybookspot, le 12 décembre 2006


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :