Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Tigane


Tigane

Titre VO: Tigana

ISBN : 978-284172071-2
Catégorie : Aucune
Auteur : Guy Gavriel Kay

La bataille de la Deisa - où le prince Valentin a disparu, défait par l’armée et la sorcellerie du roi conquérant Brandin d’Ygrath - a scellé le sort de la péninsule de la Palme. Longtemps déchirée par les querelles intestines de ses provinces-États la voici sous la férule partagée de Brandin et d’Alberico de Barbadior, tyrans et maîtres sorciers.
La résistance renaîtra d’une poignée d’hommes et de femmes conduits par le prince héritier Alessan, sous le masque de ménestrels et de marchands itinérants. Une longue et dangereuse croisade les attend, pour libérer la Palme et ramener au jour le nom même du pays de Tigane et l’éclat de son histoire, éradiqués de toutes les mémoires par la vengeance du roi sorcier.
Dans ce monde inspiré de l’Italie de la Renaissance, Guy Gavriel Kay compose une épopée fantastique d’une puissance et d’une originalité rares. Les passions humaines et politiques y vibrent à la mesure d’un grand roman d’aventures pathétique, qui se lit aussi comme une métaphore de l’impérialisme, de l’occupation, de l’exil en son propre pays et de la lutte de libération.

Critique

Par Sylvaner, le 17/01/2005

Guy Gavriel Kay est un auteur à deux facettes : d’un côté on trouve ses collaborations à l’édition des œuvres de Tolkien et sa trilogie très inspirée de cette fantasy classique, la Tapisserie de Fionavar. De l’autre, des romans plus aboutis, proches de l’uchronie, ou la fantasy sert un peu de prétexte pour réécrire l’histoire de notre monde : la Chanson d’Arbonne, les Lions d’Al-Rassan, la Mosaïque de Sarance.
Et puis il y a Tigane.
On pourrait dire que ce roman se situe entre les deux tendances : d’un côté, on a une situation politique complexe qui évoque le morcellement de l’Italie autour de la Renaissance, ainsi qu’une parabole sur le patriotisme et l’occupation ; et de l’autre un univers très « fantasy », où la magie joue un rôle bien moins marginal que dans ses uchronies. Il y a non pas un, mais deux ennemis absolus, des rois-sorciers terrifiants et totalement monstrueux … en apparence. Et puis il y a la terrible malédiction à l’origine de toute l’histoire : l’éradication non pas d’un peuple, mais d’une culture, d’une histoire et d’un nom, celui de la province de Tigane.
Et là, il se passe quelque chose de différent : le roman se ressent comme moins « froid », plus tragique que les autres œuvres de Kay : le lecteur n’est plus spectateur d’une quête, il la vit ; la « thèse » de l’auteur n’est pas une réflexion sur le patriotisme, mais une tentative de faire ressentir émotionnellement ce patriotisme - et les déchirements qu’il entraîne - à ses lecteurs. On se laisse séduire, porter vers une fin qu’on devine forcément douce-amère. Et même si certaines phases de la narration sont un peu décousues, même si certaines astuces sont un peu grossières, peu importe : c’est l’émotion qui compte, l’attachement non seulement aux personnages mais à leur cause.
Enfin, en plus de tout cela, Kay rejoint volontairement ou non une tradition des romans de révolution : si on est classique, on peut penser à Quatrevingt Treize de Victor Hugo ou aux Chouans de Balzac, si on est SF à Révolte sur la lune d’Heinlein … peu importe le genre littéraire ou cinématographique, la révolution fait vibrer !
Alors si ce n’est déjà fait, partez pour la Tigane, prenez un verre de vin bleu d’Astibar et murmurez ce serment : « Tigane, que le souvenir que j’ai de toi soit comme une épée dans mon âme ».

8.5/10

Discuter de Tigane sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :