Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Bds Fantasy >Merlin [Dargaud]

Merlin [Dargaud]

(Ce Cycle est En Cours)

Auteur : Joann Sfar
Dessinateur : Jose Luis Munuera (Proposer une Biographie)
Auteur : Jean-David Morvan (Proposer une Biographie)
Merlin [Dargaud]

Jambon et Tartine

L’enchanteur Merlin, personnage clé de la saga du roi Arthur, évoque mille et une légendes. Mais qui prétend connaître sa jeunesse ?…Joan Sfar et Munuera se sont amusés à l’imaginer dans une version drôle, joyeuse et iconoclaste. On y voit un jeune Merlin ne maîtrisant pas encore tout à fait ses pouvoirs, accompagné d’un cochon. Irrésistible !

Merlin [Dargaud]

Merlin contre le Père Noël

Cette histoire commence par une belle nuit de Noël, à l’époque où le Père Noël, lui aussi, est encore un petit garçon. Si bien q’il a une trouille bleue de Tartine et tombe dans les pommes sans arrêt. Pour le requinquer, Merlin lui fabrique une soupe magique, mais le résultat est bizarre : d’abord ça manque de sel, et surtout, devenu énorme et très teigneux, le Père Noël se met à kidnapper les enfants. Qu’à cela ne tienne : Tartine avale et reste de la soupe, pour devenir encore plus gros et affronter le méchant Père Noël.
Mais quelque chose cloche : en fait, la soupe marche n’importe comment, et ça donne n’importe quoi…

Merlin [Dargaud]

Merlin va à la Plage

Le petit Merlin est de retour dans une aventure truffée de gags et de courses poursuites, où avec l’aide de ses deux amis jambon (le cochon savant) et Tartine (l’ogre au coeur d’or), il devra récupérer le Saint Graal et affronter Guillaume le Conquérant. Un nouvel épisode des aventures de Merlin qui séduira aussi bien les petits que les grands.

Merlin [Dargaud]

Le Roman de la Mère de Renart

Comme nous sommes au Moyen Âge, les forêts sont plus vastes et profondes qu’aujourd’hui, et nul n’ose s’y aventurer. Néanmoins, Merlin, Tartine et Jambon, qui ne sont pas ” nuls “, s’y aventurent.
Mais d’abord, rappelez-vous. Merlin, c’est Merlin enfant - un gosse plutôt vilain et mal élevé, sous son joli chapeau bleu. Jambon, c’est le cochon, et Tartine, c’est l’ogre qui ne mange plus d’enfants, mais qui se retient de bouffer Jambon depuis trois albums.
Dans la forêt, ils trouvent le loup Ysengrin en mauvaise posture, la queue prise dans la glace : il s’est encore fait avoir par son copain Renart le goupil, qui est beaucoup plus futé que lui. Après délivrance du loup, les quatre compères foncent chez Renart lui casser la gueule. Mais décidément, Renart est très futé…

Merlin [Dargaud]

Tartine et Iseult

Après les nombreuses versions tragiques de Tristan et Iseult qui nous sont parvenues des XIIe et XIIIe siècles, voici la version 2002, où l’on voit le petit Merlin, le cochon Jambon et l’ogre Tartine prendre quelques libertés avec la légende (et la tragédie).
La douce Iseult broie du noir car sa vie amoureuse se présente mal. D’un côté, son papa, le roi veut qu’elle épouse Morholt – une brute doublée d’un crétin autosatisfait. De l’autre côté, le chevalier Tristan lui fait une cour assidue, mais elle le trouve un peu froussard, pour un valeureux chevalier.
Mais voilà qu’une nuit, occupée à ruminer de sombres pensées dans une forêt tout aussi sombre, elle s’assied sur Tartine sans le faire exprès. Et malgré le physique ingrat dudit Tartine, elle craque. Elle le trouve gentil. Quant à lui, il se met à fleurir – il lui pousse un bouquet sur la tête, et c’est justement ce qui se passe quand un ogre tombe amoureux. Donc, Iseult intègre la chaumière des trois copains, Tartine devient gâteux avec la Zeuzeult à son Tartinous, et tout va bien,

Merlin [Dargaud]

Merlin Papa

Tout le monde connaît Merlin l’enchanteur, ce héros celtique des légendes arthuriennes… Ce qu’on connaît moins, c’est son enfance ! C’est pourquoi Sfar, Munuera puis Morvan se chargent depuis 1998 de nous la dévoiler avec une loufoquerie et une impertinence sans limites !
D’après nos auteurs, Merlin est un petit moutard tout rond avec un chapeau trop grand, toujours flanqué de ses deux complices, Jambon le cochon et Tartine l’ogre. Après avoir saboté Tristan et Iseult, le Roman de Renart, la légende du Père Noël, ou l’épopée de Guillaume le Conquérant, voilà que nos auteurs s’attaquent à Gargantua …
Tout le Moyen ge va y passer ! Gargantua, surnommé Pata, est un énorme bébé qui appelle Merlin “papa”. D’où sort donc cet énorme morveux ? Il faut d’urgence retrouver ses vrais parents, d’autant que l’infernal bambin commence à tout casser, en criant “Nounousse !” et tétant Jambon ou des vaches avec un appétit dévorant. Morvan nous écrit une histoire toujours aussi complètement démente


Critique

Par Gillossen, le 12/01/2003

Je dois l’avouer, il y a encore trois mois, je ne connaissais pas du tout cette bande dessinée, et c’était à peine si j’en avais entendu parler. Mais après avoir été fortement encouragé à me lancer, j’ai décidé de laisser de côté mes a-priori. Et tant mieux ! Bien que classée bande dessinée pour enfants, et récompensée en tant que telle par de nombreux prix (pour les deux premiers tomes) les allusions plus subtiles ou plus osées - mais toujours comiques - sont bien présentes, et plutôt deux fois qu’une. Voilà qui devrait donc convaincre les lecteurs plus âgés de ne pas hésiter.
Même si c’est au célèbre Joann Sfar que revient le mérite de la création de ce Merlin très particulier et pas seulement parce qu’on le suit enfant, même si c’est lui qui a donc posé les bases du scénario avec les personnages récurrents Jambon - le sorcier lubrique transformé en porc.. - et Tartine - l’ogre pas très fûté qui aimait se faire des casse-croûtes de petits enfants - il faut avouer que le derniers tome en date est le plus drôle et de loin, notamment après un Merlin va à la plage poussif et presqu’ennuyeux. La quatrième aventure de Merlin retrouvait toute sa saveur, mais son final était tout de même bien étrange dans une bande dessinée pour enfants, qui demeurent malgré tout sa cible.
A ces acquis, il faut ajouter le dessin de Munuera, qui s’affine et trouve ses marques, devenant même tout simplement excellentissime dans son style semi-parodique. Morvan apporte de son côté un nouveau bienvenu à la série, notamment avec sa version du personnage de Renart, mais également un rythme plus fluide, aussi bien dans le déroulement des albums que pour tout le côté jeux de mots, mieux amenés et dans un cadre plus strict. Tartine et Iseult est un petit bijou, bourré de clin d’oeils en tous genres, à même de contenter tous les types de lecteurs ! A condition de vouloir lire autre chose que du Thorgal et compagnie ! Dommage que le nouveau volume en date, Merlin Papa, soit clairement un cran au-dessous, malgré ses emprunts et clins d’oeil renouvelés.

8.0/10

Discuter de Merlin [Dargaud] sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :