Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Bds Fantasy >Troll

Troll

(Ce Cycle est En Cours)

Auteur : Joann Sfar
Auteur : Jean-David Morvan (Proposer une Biographie)
Dessinateur : Olivier Boiscommun (Proposer une Biographie)
Dessinateur : Thomas Labourot (Proposer une Biographie)
Troll

Les Insoumis

Comment un simple troll saurait-il qu’il ne faut jamais avaler le doigt d’un gobelin, surtout après avoir bu de la bière romulanaise ? C’est pourtant l’erreur fatale que commet le héros de ce récit, à la suite d’un terrible concours de circonstances. Après consultation d’un savant médecin, le verdict implacable tombe : notre troll va donner naissance à un nouvel être… et bouleverser le destin de la planète.

Troll

Le Dragon du Donjon

Dix années ont passé. Larve est devenue une petite fille sauvage, triste et solitaire. Comble de malchance, alors qu’elle vient de se faire un ami dans la forêt, ses papas décident de tout quitter pour un nouveau travail : gardiens de la clé du trente-septième couloir du Donjon du dragon poussif…

Troll

Mille et un ennuis

Lors d’un entraînement au combat Fidel, le fils de Mangog, perd un bras. Ils partent au marché acquérir un membre de remplacement en bois enchanté lorsqu’ils rencontrent Akka le mi-lion qui s’est évadé du camp d’Esculade où est retenue Larve la soeur de Fidel. Ils organisent une expédition qui les conduira dans le corps d’une géante où se terre Esculade. Après l’avoir vaincu, ils retrouvent Larve saine et sauve.

Troll

En vers et contre tous

Si Albrecht le gobelin et Mangog le troll sont restés les mêmes, Fidel, lui, est devenu un solide gaillard et sa femme, Larve, une femme mûre toujours aussi belle. Afin de subvenir aux besoins de leur nombreuse progéniture, le couple s’est installé dans une ville où les humains ne sont franchement pas en odeur de sainteté. Et lorsque Rabel, l’un des enfants, s’empare d’un joyaux sacré c’est toute la citée qui se ligue contre eux.

Troll

Tous pour une...

Mangog, Albrecht, Fidel, Larve et leur famille se sont mis au vert pour fuir des représailles après la destruction de Dan-Vers. Depuis les événements, leur famille s’est agrandie pour devenir une tribu de pilleurs. Les années passent, mais Akka est un jour informé de l’endroit où les humains se terrent. Partagé entre sa haine de Fidel et son amour pour Larve, il se prépare à livrer le combat le plus difficile de sa vie !

Troll

La Victoire en pleurant

Monstres et humains vont en découdre? Mais l’horreur de la guerre s’imposera finalement à chacun. Ce sixième tome signe la fin du deuxième cycle de Troll, et celle d’une époque.
La guerre entre les humains et les créatures est totale? Pour venger la mort de Larve, Fidel a décidé d’éradiquer toutes les autres races. L’enlèvement de son fils, Rabel, par les créatures compliquera ses projets militaires. Par amitié, Albrecht, le gobelin, et Mangog, le troll, infiltrent les rangs de leurs semblables et mettent tout en ‘uvre pour sauver le jeune général humain. L’issue de cette guerre sanglante en dépend !


Critique

Par Gillossen, le 23/09/2004

Difficile de juger Troll après 5 tomes comme on l’aurait fait après les 3 volumes initiaux. Il faut dire que les deux derniers albums ont bien changé la donne, que ce soit au niveau des dessins avec le retrait de Boiscommun, mais également sur le plan du ton et de l’ambiance.
A travers une première trilogie, aboutissant à une conclusion ouverte laissant place à toutes les suites possibles en se gardant bien d’y répondre vraiment, Morvan/Sfar (au scénario) et Boiscommun (aux dessins donc) avaient réussi à donner vie à une sympathique galerie de personnages, aux relations évoluant sur la durée. Leurs aventures à travers un monde insolite et haut en couleurs, avec une bonne dose d’humour, proposait une alternative agréable à bien des séries de fantasy semblant toutes issues du même moule.
Avec les départs de Sfar et Boiscommun, la série a désormais pris une autre direction, déjà visible dans le volume 4, et encore plus marquée avec ce Tous pour une. Le propos est plus sérieux, plus 1er degré, même si l’humour se révèle toujours présent par intermittence, (notamment par le biais des noms de personnages ou de lieux prétexte aux jeux de mots), et sur le plan des dessins, le trait de Labourot s’affiche comme nettement plus lisse, mais également moins affirmé, personnel, que Boiscommun, évolution que l’on retrouve dans la mise en couleurs. Que la plupart des lecteurs regretteront sûrement, même si son remplaçant n’a pas à rougir pour autant.
Pour la suite de cette série, l’album Tous pour une offre d’intéressantes perspectives, avec deux ou trois éclairs, mais plonge aussi le lecteur dans l’expectative… Le scénario sera-t-il un peu plus dense ? Le rythme plus posé et donnant moins l’impression d’une simple succession de vignettes manquant tout de même de liant ? Il y a matière, et Morvan a déjà fait ses preuves…
La fin du second cycle marqué par le sixième album affirme encore un peu plus la tournure sérieuse, voire tragique de la BD, traitant de la discrimination, de la guerre, et autres sujets graves. Et si le dessin détonne toujours, le net changement de teintes employées par le coloriste colle beaucoup plus au propos.

7.5/10

Discuter de Troll sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :