Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > La Fileuse d'argent


La Fileuse d'argent

Titre VO: Spinning Silver

ISBN : 978-275642991-5
Catégorie : Aucune
Auteur : Naomi Novik
Traducteur : Thibaud Eliroff (Proposer une Biographie)

Petite-fille et fille de prêteur, Miryem ne peut que constater l’échec de son père. 
Généreux avec ses clients mais réticent à leur réclamer son dû, il a dilapidé la dot de sa femme et mis la famille au bord de la faillite… jusqu’à ce que Miryem reprenne les choses en main. Endurcissant son cœur, elle parvient à récupérer leur capital et acquiert rapidement la réputation de pouvoir transformer l’argent en or.
Mais, lorsque son talent attire l’attention du roi des Staryk - un peuple redoutable voisin de leur village -, le destin de la jeune femme bascule. Obligée de relever les défis du roi, elle découvre bientôt un secret qui pourrait tous les mettre en péril…

Critique

Par Gillossen, le 13/02/2020

Déracinée, de Naomi Novik, avait su convaincre beaucoup de monde à sa sortie il y a deux ans… même si ce ne fut pas mon cas. Avec La Fileuse d’argent, elle revient au même type de récit, inspiré des contes. 
On se retrouve ainsi, aussi, avec les mêmes défauts et qualités. Des personnages féminins intéressants, une relecture souvent habile, une plume pas désagréable… mais aussi trop de protagonistes différents pour leur permettre d’exister (en a-t-on vraiment besoin de cinq ou six ?) réellement, une confusion parfois entretenue volontairement sans trop savoir pourquoi (le suspense ?) et une histoire qui s’étire beaucoup trop longtemps avant d’aboutir à une fin satisfaisante, mais que l’on attendait depuis déjà une bonne centaine de pages, pour ne pas dire plus. 
On songe aussi à plusieurs reprises à L’Ours et le rossignol d’Elizabeth Arden, sauf que le roman de Novik s’avère un bon cran en-dessous, aussi bien quant à l’intrigue pure que dans l’attachement aux personnages ou l’émotion suscitée, la faute, sans doute, à plusieurs protagonistes inconsistants. 
Nul doute que le roman trouvera son public, de par son ambiance et le nom de l’autrice désormais bien installée dans le paysage. Mais on se surprend tout de même à regretter les deux ou trois premiers tomes de Téméraire (on est d’accord, par la suite, la série s’est perdue en route) et leur fraîcheur.  
La Fileuse d’argent n’est pas un mauvais roman, loin de là. Il n’est même pas mauvais du tout, comparé à beaucoup d’autres. Mais il a tout de la formule toute faite appliquée scrupuleusement, quitte à conserver des défauts déjà établis parce que la première fois la plupart des lecteurs sont passés outre ceux-ci. 
Et, quelque part, c’est aussi un signe de réussite, après tout !

6.5/10

Discuter de La Fileuse d'argent sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :