Vous êtes ici : Page d'accueil > Édition

Bilan 2020, l’année fantasy des libraires

Par Gillossen, le lundi 8 mars 2021 à 11:00:00

2021Après une première édition l'an dernier, nous renouvelons pour 2021 notre petit tour d'horizon des libraires francophones - un indice chez vous sur quelques destinations à venir -, après une année 2020 qui justement n'a pas épargné les librairies.
Il sera donc bien sûr question de la covid (comment faire autrement ?), mais aussi et avant tout de littérature, de partage et de conseils : haut les cœurs !
Et merci d'avance à toutes et tous les libraires qui ont accepté de participer cette année.

Discuter du bilan fantasy 2020 des librairies sur le forum

La librairie Critic, Rennes - Etienne Vincent

Critic

Alors que 2020 s’est achevée, quel serait votre premier bilan de cette année d’imaginaire (peut-être plus particulièrement pour la fantasy) dans votre librairie ?
Difficile d’être humainement satisfait par rapport à l’année que nous avons vécu, mais sur le plan littéraire, ça a été une bonne année. Notre meilleure vente est un roman de fantasy – et pour cause, quel splendide roman ! –, puisqu’il s’agit d’Un long voyage, de Claire Duvivier. Pour les titres qui ont fortement marché chez nous, on peut citer pêle-mêle Les secrets du premier coffre, Le chant des cavalières, Les Flots sombres, L’Empire du silence tome 1 ou encore Kra. Et l’intégrale du Vieux Royaume avec Matière de Léomance. Le coup de cœur de fin d’année est allé pour Le Fort intérieur. À parts plus ou moins égales donc, du premier roman, des têtes connues ou du patrimonial. Mais surtout du français. On constate que les succès en fantasy, dans notre librairie, sont plutôt harmonieusement répartis entre les différentes maisons d’édition qui comptent dans le paysage francophone. Et puis, bien évidemment, beaucoup de titres de fantasy dans notre propre catalogue. Je crois que les habitués d’Elbakinet.net les connaissent plutôt bien. L’année a commencé avec La Piste des cendres, qui progresse par rapport à L’Empire du Léopard. Olangar – Une cité en flamme comme Danseuse de cordes ont très largement souffert du premier confinement, bien que de manières atténuées dans notre antre, tandis que le nouvel opus des Dieux sauvages se comporte assez bien.
L’année aurait probablement pu être plus forte, les romans ont souffert des deux confinements, plus que les bandes dessinées à mon avis(cf. question suivante). Mais pour ce qui est de l’édition de manière générale, je laisserai le soin à Éric de développer cela dans l’entretien relevant de la maison d’édition.
Sinon, j’ai été marqué par le foisonnement de la fantasy en bande dessinée, avec de nombreux titres de très grande qualité. Peau d’homme, Aldobrando, Géante, L’Âge d’or et bien d’autres pour n’en citer que quelques-uns. Du très lourd.
Si en fantasy, tout ce que j’ai défendu cette année a trouvé preneur, c’est plutôt du côté du fantastique que j’irais piocher les déceptions, je parle en termes de ventes. Je pense à un titre tel que Galeux, que j’ai adoré. Un récit puissant, une réinterprétation du mythe du loup-garou bien glauque pour un roman social marquant. N’hésitez pas à vous pencher sur cette pépite passée, il me semble, assez inaperçue.
Et enfin, petit aparté. Promis, c’est la dernière année que je parle de départ, mais je veux bien évidemment adresser tous mes remerciements à mon désormais ex-collègue Xavier, qui a porté le rayon Imaginaire à la librairie Critic comme peu de libraires auraient pu le faire en France. Avec ma modeste culture, j’espère faire honneur à tout le travail qu’il a réalisé durant toutes ces années à la boutique. J’en profite aussi pour souhaiter publiquement la bienvenue à Alice, ma super nouvelle collègue, avec qui j’espère travailler encore longuement ;)
Avec la covid, avez-vous vu vos clients passer au click & collect ? L’Imaginaire a-t-il su se défendre/tirer son épingle du jeu ?
Dans ce cas précis, il nous faut recontextualiser. La librairie Critic est spécialisée en romans de l’Imaginaire et en bandes dessinées. Et les épisodes de confinement ont vu deux dynamiques presque opposées se dessiner, notamment pendant le second confinement.
Mais commençons par le premier, assez différent puisque la librairie n’a tout simplement pas été ouverte ou presque. Le click & collect n’a été proposé que sur la toute fin de ce premier épisode. Ça tombait bien : notre nouveau site internet arrivait.
Deuxième épisode de confinement, nous étions préparés, et les gens de manière générale n’étaient pas pris au dépourvu non plus. Conséquence : ruade en librairie la veille de ce second confinement, notamment pour faire des stocks de romans afin de tenir le siège. Nous avons tout simplement fait notre meilleure journée de l’année ce jour-là, plus fort que les derniers jours de Noël (qui mériteraient une autre analyse). J’en profite pour remercier (encore) nos clients pour cette confiance, car en plus du plaisir de leur confiance, ça nous enlevait déjà un petit poids sur ce nouveau confinement.
Ce poids n’a été qu’un lointain souvenir assez rapidement. Notre site était opérationnel, notre clientèle au courant de son existence, le click & collect a pris toute sa place et a été un très beau succès, c’en était plus fatiguant encore qu’un jour de Noël. Le nombre de ventes était moindre, mais les paniers à priori plus importants. Nous avons vu des habitués de notre boutique utiliser notre nouvelle plateforme, des anciens clients à l’autre bout de la France revenir grâce aux frais d’envoi réduits pour l’occasion et, particularité, pas mal de nouveaux clients. Donc le passage au click & collect a été une franche réussite et, dans notre malheur à tous, un sacré coup de boost quant à l’exposition de notre site internet puisqu’il y perdure un nombre certain de commandes que nous n’avions pas avant cette période.
Et en ce qui concerne l’Imaginaire dans tout ça ? C’est là que le bât blesse. Si on revient au début de mon développement, l’achat de s a été très important la veille de ce second confinement, avec des paniers très importants. La nécessité d’acheter des romans pendant le confinement s’est vu drastiquement diminuer. Cet épisode de confinement a vu de manière générale la diversité des titres vendus à la librairie très fortement atteinte. Le rayon roman n’a commencé qu’à revoir un peu le jour lors des deux dernières semaines, tandis que tout le reste du confinement a vu les ventes se focaliser sur les quelques grosses parutions BD de début novembre. Il faudrait une analyse plus poussée bien évidemment, mais intuitivement, je pense que la librairie aurait presque pu fonctionner sur une dizaine de titres pendant cette période. Parmi les titres, quelques-uns touchant à l’Imaginaire : Carbone & Silicium surtout, L’Âge d’or tome 2 derrière. Restons pour autant optimistes en ce qui concerne les romans. Sur l’année, nos ventes se sont très bien maintenues.
Enfin, qu’attendez-vous de cette année 2021 en librairie ? Des surprises ?
J’ai une grosse attente – le titre est déjà sur ma liseuse –, c’est le premier tome de l’univers de La Tour de garde, aux Forges de Vulcain. Ce n’est pas une surprise tant j’ai défendu Un long voyage de Claire Duvivier. J’ai aussi aperçu l’annonce de la parution du dernier roman de Thibaud Latil-Nicolas dans l’univers de Chevauche-Brume, un auteur que j’apprécie beaucoup. Sinon, j’attends plutôt quelques titres en science-fiction, et j’aimerais avoir la surprise de voir réapparaître quelques-uns de mes auteurs fétiches de fantasy.

Propos recueillis et mis en forme par Emmanuel Chastellière.

  1. La librairie Critic, Rennes - Etienne Vincent
  2. Fnac Marseille Centre Bourse, Lauren Remark
  3. Benjamin Spohr - Librairie Sauramps, à Montpellier
  4. Ulysse Ronné - Librairie Mollat à Bordeaux
  5. Léo Noël - la Zone du Dehors, Bordeaux
  6. Mathieu Betton - Librairie l'Atalante, Nantes
  7. Eléonore Calvez - Le Nuage Vert, Paris

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :