Vous êtes ici : Page d'accueil > Tolkien

Hommage à Christopher Tolkien, héraut de la Terre du Milieu

Par Izareyael, le samedi 18 janvier 2020 à 09:28:37

La Formation de la Terre du Milieu, édité par Christopher TolkienChristopher Tolkien, troisième enfant de John Ronald Reuel Tolkien et de sa femme Edith, vient de décéder dans la nuit du mercredi 15 au jeudi 16 janvier 2020 dans un hôpital de Draguignan. Il avait fêté son 95e anniversaire le 21 novembre 2019.
Depuis 1975, il vivait en France avec sa famille, hors de l'Angleterre où son patronyme était bien difficile à porter pour ses enfants. Un nom certes lourd à assumer, mais que Christopher a honoré avec intégrité et dévouement jusqu'à ses derniers jours. Après avoir été, avec ses frères et sœurs, le premier auditeur et lecteur de son père, il a consacré sa vie à éditer et publier de façon posthume les inédits de celui-ci et à faire connaître son œuvre.
Exécuteur littéraire de J.R.R. Tolkien, plus tard président du Tolkien Estate, c'est en effet grâce à lui que nous avons pu découvrir les œuvres de son père après Le Hobbit et Le Seigneur des Anneaux, ainsi que d'autres écrits de John Ronald en dehors de la Terre du Milieu, comme La Légende de Sigurd et Gudrún et La Chute d'Arthur. Pendant la rédaction du Seigneur des Anneaux, Christopher lisait les notes de son père et formulait des critiques ou des suggestions ; c'est aussi lui qui a repris les multiples versions des cartes esquissées par John Ronald pour en proposer un dessin lisible adapté à la publication. C'est pour lui, ses frères John et Michael (aujourd'hui décédés) et sa sœur Priscilla que J.R.R. Tolkien a inventé les Lettres du Père Noël et Le Hobbit.

Partager des souvenirs de Christopher Tolkien sur le forum

Christopher Tolkien, un titan discret

Lettres de JRR Tolkien, éditées par Christopher TolkienNé en 1924, Christopher John Reuel Tolkien a écouté, avec ses frères et sa sœur, l'histoire de Bilbo que leur racontait leur père, avant d'être l'un de ses premiers lecteurs lorsque John Ronald écrivait le roman – l'écrivain le désignera plus tard comme son « principal critique et collaborateur ». Leur correspondance indique que cette collaboration se poursuit même au cœur de la Seconde Guerre mondiale, pendant laquelle Christopher sert en tant que pilote de la Royal Air Force. Une fois la paix revenue au Royaume-Uni, il suit les traces de son père en étudiant la littérature et la langue anglaises à Oxford. Il devient aussi, à 21 ans, le plus jeune membre des Inklings, le cercle littéraire informel créé par John Ronald et C.S. Lewis, parmi d'autres auteurs.
Pas moins érudit que son père, Christopher publie notamment une traduction depuis l'islandais de la Saga de Hervor et du roi Heidrekr et devient maître de conférence de la prestigieuse université en 1964. Cela ne l'empêche pas, après avoir accompagné John Ronald dans la composition du Seigneur des Anneaux paru en 1954-1955, de continuer à arpenter la Terre du Milieu avec lui.

Le « principal critique et collaborateur » de Tolkien

Couverture du Silmarillion de JRR Tolkien, édité par Christopher Tolkien et Guy Gavriel KayJ.R.R. Tolkien meurt en 1973, laissant derrière lui une partie achevée de ce qui deviendra le Silmarillion, ainsi que d'innombrables brouillons, notes et recherches. Tous les amateurs de Tolkien qui ont déjà eu l'occasion de voir ces documents, en reproduction ou en personne (comme dans l'actuelle exposition Tolkien à la BnF où certains sont présentés par Vincent Ferré et à laquelle Christopher Tolkien avait collaboré), savent à quel point ils sont difficiles à lire. Pour la plupart manuscrits et rédigés sur plusieurs décennies, ce sont des écrits très variés et désordonnés, raturés, réécrits et modifiés à de nombreuses reprises avec des incohérences entre les différentes versions. C'est le travail d'une vie que de parvenir à les déchiffrer, les ordonner et les présenter de façon à pouvoir les publier. Christopher décide donc en 1975 d'abandonner son poste à Oxford pour se consacrer à la transmission de son héritage littéraire.

Il travaille tout d'abord avec Guy Gavriel Kay sur l'édition du Silmarillion, qui paraît en 1977, puis poursuit sa tâche titanesque avec les Contes et Légendes inachevés (1980), les 12 volumes de l'Histoire de la Terre du Milieu (1983-1996), Les Enfants de Húrin (2007), Beren et Lúthien (2017), La Chute de Gondolin (2018). Grâce à lui, quarante-cinq ans après la mort de J.R.R. Tolkien, nous avons eu la joie de découvrir encore de nouveaux textes de sa main.

Le respect de l'œuvre et de l'héritage de Tolkien

La Chute de Gondolin, dernier texte de JRR Tolkien en Terre du Milieu édité par Christopher TolkienLa renommée de l'écrivain ne fait qu'augmenter avec la popularisation accrue de ses romans à la suite des adaptations cinématographiques de Peter Jackson en 2001-2003, de même que les sommes phénoménales engendrées. Un procès plus tard, le Tolkien Estate obtient de toucher une partie des sommes immenses gagnées par l'exploitation de l'œuvre de J.R.R. Tolkien et que les héritiers de celui-ci n'avaient jamais vues arriver jusqu'à eux. La société, qui gère l'aspect financier de l'héritage, reçoit d'innombrables demandes et est maintenant très stricte sur les autorisations qu'elle accorde.
Car bien plus qu'au profit qui peut en être tiré, Christopher veille attentivement au respect de l'œuvre de son père, de son travail et de son caractère. C'est un malentendu qui le désole : pour lui, J.R.R. Tolkien est un érudit, un écrivain démiurge dont l'invention réside dans l'histoire de la Terre du Milieu tout entière et dont le Seigneur des Anneaux ne constitue qu'une infime partie.
Au milieu de ce succès mondial, Christopher reste modeste et discret. Il n'accorde pas d'entretien, ne s'exprime que rarement sur ce qu'il pense de la réception et de l'utilisation du nom de Tolkien. Mais quand il le fait, il est clair qu'il regarde avec tristesse la portée poétique et philosophique de la Terre du Milieu se fondre dans le marketing et l'avidité. Christopher Tolkien veut mettre en lumière tout le reste, tout ce qui n'est pas le Hobbit ni le Seigneur des Anneaux et qui n'est pas aussi connu. Il tient à protéger des dérives l'œuvre de son père, à lui garder son sens. Il sait que c'est bien souvent peine perdue, mais il essaie. Il travaille, s'épuise à la tâche, reste dans l'ombre. Malgré la médaille Bodley reçue en 2016 et qui atteste de sa « contribution exceptionnelle (…) à la littérature », la vedette, ce n'est pas lui, ce n'est même pas son père, c'est la Terre du Milieu et le Legendarium.

Christopher Tolkien, passeur vers la Terre du Milieu

Son travail sur l'œuvre de son père est immense et inestimable.
Sans Christopher Tolkien, nous n'aurions pas de Silmarillion, pas de Beren et Lúthien, pas de Route perdue, pas de Chute d'Arthur, pas de Lettres ni de Hobbit ni de cartes de la Terre du Milieu ni de Seigneur des Anneaux tels que nous les connaissons, pas de tellement de ce que nous avons découvert, lu et aimé de Tolkien grâce à lui.
Nous adressons nos plus sincères condoléances à sa femme Baillie et son fils Adam, qui eux aussi poursuivent l'œuvre familiale, à sa sœur Priscilla, à ses enfants Simon et Rachel et à tous les autres membres de la famille Tolkien et à leurs proches.
À Christopher nous exprimons toute notre reconnaissance et nos remerciements infinis pour son dévouement et son travail. Nous sommes immensément tristes qu'il ait quitté ce monde, mais nous savons que son œuvre restera à jamais avec nous.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :