Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Le Seigneur des Anneaux


Le Seigneur des Anneaux

Titre VO: The Lord of the Rings

ISBN : 2267011255
Catégorie : Aucune
Auteur : John Ronald Reuel Tolkien

Certains livres sont porteurs d’une influence qui dépasse le temps de lecture, des livres qui continuent de vous accompagner une fois la dernière page tournée, des livres dont l’histoire fait vibrer votre âme même quand la nostalgie enserre votre cœur, des livres qui touchent au plus profond de votre être, des livres qui vous transforment et qui changent votre vie.

 

Le Seigneur des Anneaux est l’un de ces livres.

Critique

Par Foradan, le 18/12/2012

Tout, absolument tout, dans ce livre est un appel à vivre une grande aventure hors de ce temps, dans un ailleurs qui n’est ni angélique, ni désespéré, proche de notre monde et en même temps différent. Le contexte même du livre nous plonge dans l’Histoire des temps anciens.

Tolkien nous explique que les historiens de la Terre du Milieu ont chroniqué les évènements de leur époque et les ont consignés dans des livres, reproduits par des scribes d’autres nations pour arriver sous forme de reliques quasi archéologiques sur le bureau du Professeur Tolkien, spécialiste de linguistique.

Il faut alors considérer Le Seigneur des Anneaux comme  l’Iliade, une fiction qui touche l’Histoire, à ceci près que c’est Tolkien lui-même qui fournit le contexte historique et culturel de son univers : tous les détails mineurs, futiles, allant des arbres généalogiques aux petites histoires de différents personnages, en passant par divers calendriers, qui permettent au lecteur une immersion complète dans le Monde Secondaire. Comme dans notre monde, le livre ne dit pas tout, mais assez de menus renseignements pour créer l’illusion d’historicité voulue par l’auteur, car, en dépit de sa renommée et de sa taille, le Seigneur des Anneaux n’est jamais qu’une petite partie d’une histoire commencée avant la naissance du Soleil.

Le lecteur est dérouté, sans repère, dans ce monde immense qui s’ouvre à lui, il ne peut que suivre les protagonistes. Et en premier lieu, des hobbits, de toutes les Créations les êtres les moins propices à côtoyer l’Aventure, cette horrible chose qui vous met en retard pour le dîner. Le dépaysement continue, au rythme des pas indolents et naïfs de ces innocents qui réussissent à garder le cœur joyeux alors que les armées des ténèbres se liguent contre eux ; irrésistiblement, le chemin traverse les rubans de l’Histoire et des légendes, à des lustres de la simplicité rustique de nos héros nu-pieds.

Toujours et encore, nous suivons des pérégrinations où se mêlent le sublime et le tortueux, la splendeur des Royaumes d’antan et les marécages de l’histoire : l’alternance de la lumière et des ténèbres est permanente, mais le ciel se couvre à mesure que l’issue de la quête est proche.

Ou plutôt, l’anti-quête.

Frodo et ses compagnons doivent atteindre le cœur de la puissance de Sauron le Noir Seigneur du Mordor et y détruire son Anneau de Puissance, sans compter sur la magie ou la force, misant tout sur la discrétion et la surprise.
Cette course à la destruction du Mal par le Mal, en son sein même, ce pari fou d’aller au devant de la mort pour sauver la vie, c’est le sacrifice annoncé du héros ordinaire mû par le courage du quotidien : sa raison d’avancer, c’est le Printemps en fleur, le chant des pinsons et les étoiles brillantes.

Mais Frodo est-il vraiment le héros de ce livre ? Il est communément admis de considérer trois candidats valables pour ce poste, sans que l’on puisse décemment écarter les autres, certains chercheront un héros tragique dévoré par le Destin, un héros discret et simple qui préfère son jardin aux fastes royaux, mais ce n’est pas l’histoire d’un personnage seul contre le monde ; ce qui se passe quelque part a des répercussions sur les autres, comme une toile invisible reliant l’Est et l’Ouest, le passé et le présent, l’insouciance et la sagesse.

Un héros atypique, une aventure peu commune, un ennemi invisible qui donne son nom au livre, un monde qui semble infini, le Seigneur des Anneaux est tout cela, et bien davantage, c’est une radiation d’émotions qui accompagne le lecteur ; tantôt inquiet, puis rassuré, jusqu’à la fin et ce sentiment mêlant tristesse et espoir, nostalgie et satisfaction. Il est probable que de nombreux lecteurs éprouvent des difficultés à revenir si vite à notre temps, et que les plus curieux chercheront à trouver un nouveau morceau de la Terre du Milieu, pour apercevoir au loin la lumière irréelle de Faërie.

10/10



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :