Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Garrett, détective privé > Pour quelques deniers de cuivre


Pour quelques deniers de cuivre

Titre VO: Cold Copper Tears

Tome 3 du cycle : Garrett, détective privé
ISBN : 978-284172315-7
Catégorie : Aucune
Auteur : Glen Cook

Qui l’eût cru ? Tonnefaire a un problème de foi. Les reliques de saint Terrell ont disparu. Garrett est en vacances, mais notre détective au pays des elfes, centaures et compagnie accepte d’aider une courtisane au passé trouble. Et le voici dans le collimateur du grand inquisiteur en personne ! Or un culte peut en cacher un autre. Une secte d’illuminés croit son heure arrivée : leur Grand Dévastateur vient prendre possession du monde. Aidé par Maya et les Sœurs de l’Infortune, Garrett ne veut pas finir en victime expiatoire. Troisième livre de la série, Pour quelques deniers de cuivre nous promène dans une intrigue politico-religieuse picaresque où l’univers imaginé par Glen Cook rappelle étrangement le nôtre.

Critique

Par Belgarion, le 06/12/2008

Et on continue avec les titres alambiqués relatifs aux métaux précieux: après l’argent et l’or, voici le cuivre. Et bien que le métal soit moindre, la qualité ne l’est certes pas au regard des précédents.
Glen Cook nous plonge cette fois dans une intrigue policière à fortes connotations religieuses, beaucoup plus tordue, où Garett cette fois ne sait plus où donner de la tête. Avec son humour noir savamment dosé, son cynisme et son sens du suspense, l’auteur nous plonge un peu plus dans le monde décadent de Tonnefaire, la ville de tous les vices qui n’est pas sans rappeler Abyme de Mathieu Gaborit.
J’ai beaucoup aimé cette enquête aux enjeux plus importants que les deux premières car au fil des péripéties on découvre un monde de plus en plus construit et intriguant qui réserve un bon nombre de surprises. Ainsi, nous en apprenons plus sur la race des rondrums dont fait partie l’Homme Mort et le côté religieux vient complèter le portrait d’ensemble de la ville de manière passionnante.
De nouveaux personnages font leur apparition, dont deux d’entre eux sont des plus intéressants à suivre. Maya, la jeune fille dure et faible en même temps, et Jill, la comédienne rusée et intriguante viennent complèter une galerie d’individus hauts en couleur.
J’ai en revanche moins apprécié cette fin qui laisse un goût d’inachevé. De plus, il est parfois difficile de suivre les méandres de la pensée de Garett, qui s’exprime par ellipses selon son habitude : au lecteur de deviner le sens de certaines phrases.
Le tout reste malgré tout compréhensible et promet de bons moments haletants entrecoupés de crises de fou rire. Dans le style des séries sans prétentions mais avec une bonne dose d’originalité et un scénario solide, Garett est à consommer sans modération pour se changer les idées.

8.0/10

Discuter de Pour quelques deniers de cuivre sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :