Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > The Swordbearer


The Swordbearer

ISBN : 978-159780150-8
Catégorie : Aucune
Auteur : Glen Cook

Les rêves de gloire d’un jeune homme, Gathrid, se transforment en un amer cauchemar quand une armée commandée par le Champion Ténébreux Nevenka Nieroda et ses douze Capitaines Morts, les Toal, assiège la forteresse de son père. Nieroda et les Toal demandent la cession d’un ancien artefact longtemps considéré comme un mythe. Les murs de la forteresse tombés et sa famille assassinée – ou pire – Gathrid s’enfuit dans la nature sauvage entourant le château.
Seul et perdu dans la forêt, poursuivi par les Capitaines Morts, Gathrid trouve refuge dans une vaste caverne. Là, il découvre une ancienne épée, Daubendiek, la Grande Épée de Suchara, l’arme légendaire autrefois portée par Tureck Aarant, tragique héros d’un âge révolu. Daubendiek, une lame assoiffée et sans répit, promet à Gathrid d’accomplir sa vengeance. Mais, alors qu’il commence à prendre sa revanche, Gathrid comprend le terrible coût que lui demande l’épée.  

Critique

Par Merwin Tonnel, le 18/10/2011

L’éditeur Night Shade Books a eu la bonne idée de rééditer les premiers romans de Glen Cook, notamment ceux parus avant son succès suivant la parution de la Compagnie noire. Voilà donc une excellente occasion de découvrir un autre aspect de l’auteur, qui a fait de son style sombre et sans concession une marque de fabrique.
Et justement, The Swordbearer, court roman paru en 1982 (soit deux ans avant les récits de Toubib) semble marquer une étape importante de l’évolution de l’écriture de Cook. Au-revoir le relatif lyrisme de la trilogie originale du Dread Empire (maintenant regroupée dans l’omnibus A Cruel Wind, là encore édité par Night Shade Books) : l’auteur dégaine dans The Swordbearer tous les éléments narratifs et stylistiques qui ont su captiver les lecteurs de ses œuvres plus tardives (et plus connues). Univers à la géographie très floue, ellipses en grand nombre, pessimisme ambiant, sorciers fous, dieux manipulateurs et magie mystérieuse et dangereuse, tout y est. Au point d’avoir parfois l’impression de lire une proto-Compagnie noire, un brouillon de son cycle le plus populaire sur lequel Cook se serait entraîné à maîtriser un style plus radical.
Voilà pour la forme.
Mais sur le fond, les choses sont bien différentes. Si des personnages comme Nevenka Nieroda et les Toal, les douze Capitaines Morts, ne sont pas sans rappeler La Dame ou Volesprit et les Asservis, la comparaison avec la Compagnie noire s’arrête là au niveau de l’histoire. Bien loin de l’originalité des annales d’une compagnie de mercenaires, Glen Cook nous offre avec The Swordbearer un scénario de sword & sorcery assez classique, voire parfois bien trop cliché (même au regard de sa première date de parution) : un héros devenu orphelin animé par un sentiment de vengeance qui découvre une épée légendaire, artefact contrôlé par une ancienne déesse et qui boit les âmes de ses victimes.
Mais si narrer une histoire classique dans un style qui l’est moins peut être une approche tout à fait défendable, le vrai problème du roman est que l’alchimie n’opère jamais. A vouloir faire trop d’ellipses et à trop s’affranchir de descriptions, Glen Cook oublie une chose importante : les personnages. Cantonné à des lignes de dialogue très sommaires et à quelques réflexions intérieures, Gathrid, le seul et unique personnage principal, ne prend jamais vraiment vie. Difficile alors de s’intéresser à son histoire et de compatir à sa tragédie. Le constat est encore pire pour les personnages secondaires, complètement effacés.
The Swordbearer donne l’impression flagrante que Cook s’essaie à des techniques narratives dont il n’a pas encore la maîtrise totale (mais on connaît la suite de l’histoire…) et constitue au final un roman sans grande consistance et sans réel intérêt, si ce n’est celui de découvrir un auteur maintenant confirmé à ses débuts et, accessoirement, d’embellir sa bibliothèque d’une belle couverture de Raymond Swanland.
Bref, une curiosité dispensable pour les fans de Glen Cook, les autres trouveront des lectures bien plus intéressantes avec la Compagnie noire, Garrett, Détective privé ou encore les Instrumentalités de la nuit.

5.0/10

Discuter de The Swordbearer sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :