Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > La Porte des mondes


La Porte des mondes

ISBN : 978-235408335-9
Catégorie : Aucune
Auteur : Robert Silverberg

POUR LA PREMIERE FOIS CETTE ÉDITION REGROUPE :
- LA PORTE DES MONDES de Robert SILVERBERG traduit par Annie Saumont
- PAR-DELA LA PORTE DES MONDES (INEDIT)
- Tombouctou à l’heure du lion de Robert SILVERBERG traduit par Hélène Collon
- Sous le signe de la rose de John BRUNNER traduit par Laura Dupra
- L’Exaltation des araignées de Chelsea Quinn YARBRO traduit par Laura Dupra

Et l’histoire fut changée pour toujours… En 1348, totalement ravagée par la peste, l’Europe a été conquise par l’Empire ottoman qui règne depuis en maître absolu. La Renaissance, comme les Grandes Découvertes, n’ont pas eu lieu. Les Aztèques dominent le Nouveau Monde et six cents ans plus tard, la technologie entre seulement dans l’ère de la vapeur. Au début des années 1960, Dan Beauchamps, jeune Anglais fougueux en quête de gloire et de reconnaissance quitte son Angleterre natale pour les Hespérides. Il s’embarque alors pour une extraordinaire aventure autour d’une planète devenue le miroir inversé de l’ordre mondial que nous connaissons.

Critique

Par Gillossen, le 12/11/2015

Mnémos poursuit sa politique du moment, alternant entre inédits français et intégrales souvent “prestigieuses”, voire projets spéciaux à la Jadis.
Pour le coup, La Porte des mondes, qui pouvait être considéré comme un ouvrage “jeunesse” à son époque, n’est sans doute pas l’ouvrage le plus reconnu d’un grand nom de la scène Science-Fiction et Fantasy comme Robert Silverberg. La lecture ne s’en révèle pas moins plaisante, mais il est vrai qu’on lit plus ce court roman pour en apprendre davantage sur cette réalité uchronique (pour le coup très réussie) que parce qu’on se sent réellement attaché au parcours de notre jeune héros, un anglais un peu falot venu dans ce nouveau Jardin d’Eden en quête d’aventures exotiques.
Pour preuve, une conclusion assez abrupte après bien des péripéties souvent résumées, qui laisse le lecteur plus perplexe qu’impatient.
Les trois romans suivants, qui pour le coup ne sont plus signés Silverberg lui-même, brodent sur le même canevas, tout en étant encore plus courts et surtout un cran en-dessous question intérêt pur, même en changeant d’angle ou de personnages mis en avant à cette occasion. Inédits, certes, mais s’apparentant plus à de (très) longues nouvelles. Et sans le côté percutant de ce genre de texte ni les développements permis par un roman de taille correcte.  
Bref, si vous êtes fan d’uchronie et que l’idée de base - une Europe dévastée par la peste à un degré bien supérieur à notre réalité et donc par conséquent trop faible pour résister à l’empire turc et laissant l’Amérique prospérer de son côté - vous séduit, pourquoi ne pas vous laisser tenter, d’autant que l’ouvrage lui-même constitue un objet sympathique (belle illustration, couverture cartonnée…).
Cela dit, il ne faudra pas imaginer avoir affaire à un classique du genre pour autant. 

7.0/10

Discuter de La Porte des mondes sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :