Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Agnès la Noire


Agnès la Noire

ISBN : 978-235294751-6
Catégorie : Aucune
Auteur : Robert E. Howard
Pour ce onzième volume de la collection Howard, place à l’aventure historique, avec notamment le cycle d’Agnès la Noire, ahurissant héros féminin dû à l’imagination fertile du Texan, mais aussi les textes mettant en scène Cormac Mac Art et ses pirates vikings, Kirby O’Donnell, courant l’aventure en Afghanistan, ou Terence Vulmea, pirate irlandais des Caraïbes. Abordages, embuscades, temples maudits et complots, le créateur de Conan le Cimmérien s’en donne à coeur joie.
 
Cette édition, élaborée par Patrice Louinet, l’un des plus éminents spécialistes internationaux de Howard et de son oeuvre, bénéficie d’une nouvelle traduction basée sur les manuscrits originaux.

Critique

Par Gillossen, le 17/07/2014

Si Agnès la Noire donne son nom à ce onzième volume de la collection Howard, ses aventures ne représentent qu’une petite partie des récits compilés ici, mais non la moindre.
Le personnage demeure en effet l’une des figures marquantes créées par l’auteur, sous les traits d’une jeune femme qui n’a que faire des conventions de son époque et qui n’a surtout pas la langue dans sa poche.
On sent en tout cas qu’il y aurait bel et bien matière à tirer un film de la première nouvelle, comme l’envisage Christophe Gans ! Les deux autres s’avèrent en tout cas un bon cran en-dessous, à l’image de tous les autres récits au sommaire.
Patrice Louinet l’explique d’ailleurs très bien dans son essai, Le Rouge et le Noir : de nombreuses nouvelles ici réunies ont tendance à se révéler plus intéressantes sur un plan « sous-terrain », pour tout ce qu’elles peuvent nous apprendre sur un Robert E. Howard en devenir, sur la façon dont se façonne le parcours d’un auteur, sur les premiers ingrédients qui donneront plus tard naissance à Conan ou bien à l’heroïc fantasy elle-même.
Tout ne sera parfois qu’affaire de quelques mois dans la carrière de l’auteur, mais c’est dans ce bouillonnement créatif que l’on peut voir émerger tant d’éléments qui auront pu finalement constituer le sel de tout une œuvre.
Alors, parfois, il faut bien le dire, le lecteur se retrouve confronté à des nouvelles souvent plaisantes mais pas franchement abouties, ambitieuses. C’est en tout cas l’occasion pour Patrice Louinet de rétablir quelques vérités ou de lutter contre les idées reçues. Pour en revenir à Agnès par exemple, on constate que le personnage ne doit rien à Jirel de Joiry ou qu’il ne faut pas forcément faire d’Howard lui-même un féministe avant l’heure.
Dans cette optique, il faut donc avoir bien conscience que vous ne lirez pas le meilleur de ce qu’a pu produire l’auteur, en dehors peut-être d’Agnès la Noire, même si c’est avant tout son premier chapitre qui se montre le plus marquant, permettant ainsi au personnage d’occuper une place à part parmi les héros d’Howard, au contraire de certains autres présentés ici, qui font parfois office de brouillons pour d’autres créations.      
Au-delà du caractère fascinant d’Agnès et de cette plongée dans le processus créatif de l’auteur – notamment à l’aune de sa relation avec les divers magazines qui achetaient ou rejetaient ses nouvelles – ce tome fait ainsi partie de ceux à réserver aux plus passionnés des amateurs. 

7.5/10

Discuter de Agnès la Noire sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :