Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy

2014 en fantasy : donnons la parole aux éditeurs

Par Gillossen, le mercredi 12 mars 2014 à 16:00:00

Les éditions Bragelonne en 2014 - Stéphane Marsan

Bragelonne

Alors que 2013 se termine à peine, quel serait votre premier bilan, à chaud ?
Économiquement, ce fut une mauvaise année, comme pour tout le monde : baisse des ventes moyennes, faillites de librairies, difficulté extrême d’établir de nouveaux auteurs… J’avais surement répondu la même chose l’an dernier, et voilà, ça dure et ça s’accentue.
De fait, les ventes sont généralement décevantes, et c’est encore pire quand on considère les écoulements réels en librairie, qui représentent en gros la moitié de ce qu’annoncent les éditeurs. De fait, à 800 exemplaires vendus en diffusion nationale et professionnelle, il est difficile d’affirmer qu’un livre est un succès ou a trouvé son public… ou alors il faudrait assumer que son public c’est ça et ça fait mal. Cette réalité de terrain contraste cruellement avec l’enthousiasme et l’activité de la communauté internet ou les succès phénoménaux d’une petite poignée de blockbusters.
Je crois qu’il ne faut pas se voiler la face mais en même temps employer son énergie à faire de son mieux pour garder la tête hors de l’eau dans un contexte dramatique où l’imaginaire en littérature est pour le moins la dernière roue du carrosse.
Le trait le plus notable pour moi est la domination écrasante de quelques méga best-sellers. Les énormes parts de marché des leaders du secteur reposent à 80% sur deux ou trois noms tels que George R.R. Martin et Maxime Chattam. Comme en Grande-Bretagne, où HarperCollins est numéro 1 parce qu’il a G.R.R Martin et Tolkien. Enlevez-leur les ventes du Trône de fer, Harper dégringole à la 5e place ! De plus, la plupart du temps, ces explosions commerciales ne sont dues qu’à des adaptations ciné ou télé (Trône de fer, Bilbo, World War Z…). Bref, le livre ne marche vraiment que s’il a la chance de devenir un film ou une série TV à succès. On est ravis quand ça nous arrive mais c’est quand même lamentable de voir la littérature qui a inventé ces histoires et ces univers reléguée au rang de merchandising.
Au final, on boucle cette année en très légère progression, grâce à notre créativité marketing et à une meilleure rationalisation de nos investissements, ainsi qu’à la combinaison vertueuse d’une excellente fin d’année pour les points de vente et de notre titre majeur de l’automne, La voie de la colère d’Antoine Rouaud.
En ce qui concerne les genres, la Fantasy domine toujours le rayon et nos ventes, grâce aux auteurs de référence, piliers du genre et grands recruteurs tels que Feist, Gemmell, Goodkind, et aux jeunes qui viennent peu à peu leur succéder, Weeks, Rothfuss, Lynch, Lawrence, Chandler, Abercrombie…
La gamme « mois du cuivre » a eu l’effet espéré auprès des fans de steampunk et de beaux bouquins, et a enregistré des scores remarquables pour ce genre peu populaire.
Côté français, j’ai été ravi de l’accueil et des performances de Haut-Royaume de Pierre Pevel, en relié qui plus est, et de La voie de la colère d’Antoine Rouaud qui a cassé la baraque à tous points de vue.
La bit-lit compte de plus en plus de fans, contrairement à ce que quelques esprits chagrins voudraient nous faire croire, et s’est solidement imposée comme le 2e genre le plus lu derrière la Fantasy et devant la SF. En plus, à côté des best comme Hamilton, Briggs, Frost, Ivy ou Ione, on peut encore créer la surprise avec de jeunes auteures inconnues : Suzanne Wright et sa Meute du phénix ont fait un démarrage extraordinaire digne de J.R. Ward. Je vois là un signe de vitalité et de curiosité chez les lectrices de bit-lit que les amateurs des autres genres, parfois blasés et cyniques, ont de moins en moins.
Dernier point à souligner : le rôle exceptionnel que le livre numérique joue dans notre domaine, et de plus en plus. C’est un relais précieux étant donné la difficulté qu’il y a toujours à trouver nos genres en librairie. En plus, avec notre label Snark, on découvre et on soutient de jeunes auteurs francophones !
Avez-vous un coup de cœur éditorial pour 2014 ? Et quelle place pour la fantasy ?
La première place, depuis toujours. Énorme coup de cœur pour Blood Song d’Anthony Ryan, que nous sortirons en juin : c’est du Gemmell raconté comme Le Nom du Vent. Et pour Amy Raby, pour Le jeu de l’assassin (mai), où une tueuse tombe amoureuse de l’empereur qu’elle devait zigouiller. Chez Milady, en mars, Poison de Sarah Pinborough ouvre une série de contes de fées détournés d’une façon coquine et cruelle, de très jolis petits reliés fort savoureux. En bit-lit, deux découvertes francophones, Alice Scarling (mai) et H.V. Gavriel (novembre).
Dans un marché morose et incertain, quel sera votre plus grand défi pour cette nouvelle année ?
Plus que jamais, Bragelonne se donne pour mission de faire vivre le rayon, de manifester la diversité de la création littéraire, parce que nous, nous ne sommes pas de ces leaders qui font 80% de leurs revenus grâce à une licence tombée du ciel et nous ne sommes pas assis sur un tas d’or. Nous nous battons pour chacun de nos livres. Nous investissons sans cesse, nous publions de nombreux auteurs et dans tous les genres, nous inventons des opérations pour animer la librairie, comme « 10 ans 10 romans 10 euros », le mois du cuivre, les intégrales ou les reliés, depuis imités par d’autres maisons.
En outre, on peut se dire que ces méga best prouvent, encore et toujours, que des millions de gens peuvent aimer nos genres mais ne partent pas pour autant à leur découverte en librairie ou sur les stores numériques. C’est pourquoi nous travaillons continuellement à l’extension de la présence de l’imaginaire en librairie, nous organisons des formations de vendeurs-conseillers et la sensibilisation des patrons de librairies. Tout ça, c’est pas des choix éditoriaux, mais c’est un travail de terrain absolument crucial qui profite à tout le monde.
  1. Les Moutons électriques en 2014 - André-François Ruaud
  2. Denoël Lunes d'encre en 2014 - Gilles Dumay
  3. Le Livre de Poche en 2014, Audrey Petit et Manuel Soufflard
  4. Les éditions Actusf en 2014, Jérôme Vincent
  5. Folio SF en 2014 - Pascal Godbillon
  6. Les éditions L'Atalante en 2014 - Mireille Rivalland
  7. Les éditions Critic en 2014 - Simon Pinel
  8. Mnémos en 2014 - Nathalie et Frédéric Weil
  9. Les éditions du Bélial' en 2014 - Olivier Girard
  10. Panini Books/Eclipse en 2014 - Mathieu Saintout
  11. Les éditions Scrineo en 2014 - Jean-Paul Arif
  12. Castelmore en 2014 - Barbara Bessat-Lelarge
  13. J'ai Lu en 2014 - Thibaud Eliroff
  14. Les éditions Fleuve Noir en 2014 - Deborah Druba
  15. Les éditions Le Grimoire - Sébastien Boudaud
  16. Les éditions Voy’el en 2014 - Corinne Guitteaud
  17. Lokomodo/Midgard/Asgard/Les Lucioles en 2014 - Peggy Van Peteghem
  18. Les éditions Bragelonne en 2014 - Stéphane Marsan
  19. Le label Orbit en 2014 - Deborah Kaufmann

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :