Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy

L’année 2016 en fantasy : la parole aux éditeurs

Par Gillossen, le vendredi 4 mars 2016 à 16:00:00

Les éditions du Bélial' en 2016 - Olivier Girard

DG

Alors que 2015 se termine à peine, quel serait votre premier bilan, à chaud ?
Plutôt bon. 2014 avait déjà été intéressante. 2015 est dans la continuité. La Tétralogie des Origines de Stéphane Przybylski marche très bien ; on a eu pas mal de très bonnes surprises (La Ménagerie de papier, de Ken Liu, par exemple, que nous avons réimprimé) ; des textes primés (Lumen, de Laurent Genefort, avec le Prix Verlanger, ou Nous allons tous très bien, de Daryl Gregory, lauréat du World Fantasy Award) ; la revue Bifrost s’est assez bien comportée (notamment du fait du numéro spécial Stephen King en fin d’année, évidemment). Sans parler des visites sur nos site et forums, qui ont pas mal augmenté aussi (nous sommes passés, en un an, de 4500 abonnés à notre newsletter à plus de 9000). Bref, on reste prudent, tout cela est fragile, mais on est plutôt satisfait.
Avez-vous un coup de cœur éditorial particulier pour 2016 ? Et quelle place pour la fantasy ?
Quand on publie une quinzaine de titres dans l’année, tous ce que vous proposez correspond à un coup de cœur plus ou moins viscéral. Par contre, on a des enjeux énormes. En fait, 2016 est l’année des 20 ans de la revue Bifrost et des éditions du Bélial’. Et j’espère que c’est une année où nous allons cristalliser pas mal de choses. La nouvelle et les textes courts en général occupent une place à part au Bélial’ depuis les origines de la maison. Du fait de Bifrost, évidemment, mais pas uniquement (nous avons réalisé nombre de nos meilleures ventes, au fil du temps, avec des recueils ; contrairement à ce que l’on entend dire partout : il est possible de vendre des textes courts en France !). Bref, l’anniversaire de nos 20 ans me semblait idéal pour réaffirmer cette identité et donc lancer la collection « Une heure-lumière », un projet qui nous tient à cœur depuis longtemps (près de 15 ans, en fait) : une collection dédiée aux courts romans SF (fantasy aussi, de temps en temps, mais majoritairement SF) inédits (pour l’essentiel, car on n’exclue pas quelques rééditions à l’occasion) avec pour ligne éditoriale et avant tout le sens of wonder, l’émerveillement, le choc, le vertige propre à la littérature de genre en général, et à la SF en particulier. C’est pour nous un pari considérable, qui représente un investissement important, et pour lequel nous n’avons aucun repère, puisqu’il s’agit pour l’essentiel d’un espace éditorial sans réel équivalent. On a donc décidé de se faire plaisir pour notre anniversaire, en espérant que ça fasse aussi plaisir au lecteur, bien sûr… Bref, on lance la collection avec quatre courts romans : Dragon, de Thomas Day (un inédit français, car il était essentiel de montrer que nous allons aussi proposer des auteurs francophones dans la collection), Cookie Monster, de Vernor Vinge (un prix Hugo), Le Nexus du docteur Erdmann de Nancy Kress (également prix Hugo), et Le Choix de Paul J. McAuley (prix Sturgeon), tous publiés entre janvier et février. On enfoncera le clou quelques mois plus tard avec des textes de Kij Johnson et Ken Liu. Outre ce gros morceau, il devrait y en avoir un autre : notre arrivée dans le domaine de l’illustré et du beau livre. Il s’agit encore d’un projet en gestation ; on va voir comment tout ça s’organise, mais là aussi, c’est la concrétisation d’une vocation centrale déjà présente à la création du Bélial’… Pour le reste, comme d’hab, du roman (le premier tome, sur cinq, du cycle de « La Hanse Galactique » de Poul Anderson, Les Vandales du vide de Jack Vance, ou Afterparty de Daryl Gregory, pour citer un auteur résolument contemporain après deux monstres sacrés), du recueil ébouriffant (Les Choses, du canadien génial (et fou) Peter Watts), la suite de La Tétralogie des Origines (Le Club Uranium) etc. Pour la fantasy ? Comme d’habitude chez nous, un peu, ça et là, et des textes hors normes. Dont la réédition dans la collection « Kvasar » de Bankgreen (prix Elbakin, faut-il le rappeler ?) de Thierry Di Rollo sur un format intégral, un gros volume qui réunira le roman éponyme et sa suite, Elbrön, mais aussi une novella inédite et conclusive au cycle. Et puis un dossier Neil Gaiman dans Bifrost (bon, y a pas de que de la fantasy chez Gaiman, mais y en quand même, non ?), et un autre sur Robert E. Howard…
Quel sera votre plus grand défi pour cette nouvelle année ?
Trouver le temps de dormir…
  1. Denoël Lunes d'encre en 2016 - Gilles Dumay
  2. Les éditions du Bélial' en 2016 - Olivier Girard
  3. Panini Books en 2016 - Lucie Moreno
  4. Folio SF en 2016 - Pascal Godbillon
  5. Les Moutons électriques en 2016 - André-François Ruaud
  6. Les éditions Critic en 2016 - Simon Pinel
  7. L'Homme Sans Nom en 2016 - Dimitri Pawlowski
  8. Les éditions Actusf en 2016 - Jérôme Vincent
  9. Les éditions Le Grimoire en 2016 - Sébastien Boudaud
  10. Fleuve Editions et Pocket en 2016 - Stéphane Desa
  11. Les éditions L'Atalante en 2016 - Mireille Rivalland
  12. Les éditions Pygmalion en 2016 - Florence Lottin
  13. Les éditions Callidor en 2016 - Thierry Fraysse
  14. Les éditions Voy’el en 2016 - Corinne Guitteaud
  15. J'ai Lu en 2016 - Thibaud Eliroff
  16. Les Editions de l'Instant en 2016 - Patrick Dechesne
  17. Les éditions Bragelonne en 2016 - Stéphane Marsan
  18. Le Livre de Poche en 2016 - Audrey Petit et Manuel Soufflard
  19. Les éditions Balivernes en 2016 – Pierre Crooks
  20. Les éditions Ofelbe en 2016 - Guillaume Kapp
  21. Les Editions du Chat Noir en 2016 - Mathieu Guibé
  22. Les éditions Scrineo en 2016 - Jean-Paul Arif

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :