Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy

David Anthony Durham de nouveau en exclusivité sur Elbakin.net

Par Luigi Brosse, le mardi 3 février 2009 à 11:18:55

DavidA l'occasion de la sortie française de son Acacia, depuis couronné roman fantasy de l'année par notre top 10, David Anthony Durham avait aimablement accepté de nous accorder une nouvelle interview, quelques temps après la première, qui avait pu "préparer le terrain" à son arrivée.
Après quelques péripéties, voici le fruit de cette nouvelle rencontre, qu'il faut donc ressituer dans son contexte, début décembre ! Ce qui n'empêche en rien d'en profiter, bien entendu. Au passage, il n'est pas obligatoire d'avoir déjà lu Acacia pour en apprendre plus dès maintenant, quand bien même certains préfèreront peut-être attendre pour aller plus loin.
En attendant, bonne lecture !

En discuter sur le forum

L'interview exclusive traduite

Voici un mois que votre livre est sorti en France ; avez-vous déjà reçu des réactions de la part de vos lecteurs ou de votre éditeur français ?
Oui. Elles me parviennent à distance et via des traductions, mais j'ai l'impression que les choses se passent bien. J'ai lu d'adorables chroniques rédigées par des critiques/blogueurs français, alors jusqu'ici cela me semble aller bien.
A propos, avez-vous été contacté par le traducteur français avant la publication ?
Thierry Arson s'est chargé de la traduction. Je pense que nous avons discuté avant la publication, et depuis j'ai beaucoup correspondu avec lui. Je sais que Le Pré aux Clercs lui faisait vraiment confiance, et j'ai réellement apprécié de le connaître par email. Il a l'air d'être enthousiaste à l'idée de travailler sur The Other Lands. J'en suis très heureux.
Vous avez récemment terminé le premier jet de The Other Lands. Etait-ce plus difficile cette fois ? Savez-vous précisément quand il sera disponible ?
Ce n'était pas plus difficile, mais c'est toujours dur. Chaque livre est un défi incroyable. Celui-ci... eh bien, il était différent en ce que je savais que cette histoire ne se suffirait pas à elle-même. C'était cela le défi. Comment écrire un roman satisfaisant s'il ne se termine pas à la fin de l'histoire ? Pas facile. Cependant, j'ai fait de mon mieux pour l'emmener aussi loin que je le pouvais. J'espère que les lecteurs le trouveront consistant et qu'ils seront intéressés par le troisième tome - où j'emballe le tout.
Que pouvons-nous nous attendre à découvrir, cette fois ?
Dans celui-ci, l'histoire est menée sur plusieurs fronts. Une intrigue prend place dans les Other Lands. L'autre raconte la façon dont Corinn cherche à maintenir les choses ensemble dans le Monde Connu. La dernière suit Mena alors qu'elle combat les monstres, réveillés à la suite de l'utilisation de la magie par les Santhos. Vous y trouverez beaucoup de choses à propos du Lothan Aklun et du Auldek, et vous pouvez vous attendre à quelques surprises en chemin.
Oh... et cela mène à la prochaine grande menace contre l'Empire.
Votre monde est visiblement pluriethnique. Allez-vous étendre cette caractéristique pluriculturelle ?
Je vais continuer. Il est important pour moi que mon monde imaginaire soit au moins aussi diversifié que notre monde actuel.
J'ai vu que vous avez récemment commenté Brisingr, de Christopher Paolini. Aimez-vous cette autre casquette de critique littéraire ? Pourriez-vous critiquer un livre que vous n'aimez pas du tout ?
Bonne question. Je comprends que certains chroniqueurs aiment à être négatifs. Moi pas. A la rigueur je peux écrire une mauvaise chronique pour un livre qui m'a véritablement offensé en un sens, mais je n'y prends pas plaisir. Deux fois j'ai refusé de critiquer des livres que j'avais commencé à lire : une fois parce que le livre était vraiment atroce, et l'autre parce que je n'avais simplement pas envie de le terminer.
Avec un livre comme celui de Paolini... eh bien, il a beaucoup de défauts, mais je dois le voir du point de vue de ce qu'il a accompli pour son propre public. C'est ainsi que je trouve l'équilibre dans mon approche pour critiquer un livre tel que celui-ci.
Votre blog est souvent mis à jour et vous n'y parlez pas seulement de livres et de fantasy. C'est un sujet très complexe, mais que pensez-vous de la récente élection présidentielle dans votre pays ?
Je ne pourrais pas être plus heureux qu'avec la victoire d'Obama. Bien sûr, je sais qu'il ne va pas tout régler. Je sais qu'il y aura des déceptions, mais je suis tellement, tellement heureux que l'Amérique ait été capable de reconnaître un grand et stimulant leader, d'adopter l'intelligence et l'éloquence, de voir par-delà les races, d'admettre que nous ne pouvions plus continuer à suivre l'évolution tragique de l'administration Bush/Chaney. J'espère vraiment que le monde va nous accepter à nouveau comme membres d'une société globale. Croyez-moi, beaucoup, beaucoup d'Américains s'opposaient à la politique de Bush. L'un des multiples aspects de la « doctrine Bush » était qu'ils ne s'occupaient que de gagner leurs élections d'1%. S'ils l'avaient fait, ils auraient pu faire ce qu'ils voulaient - en se fichant de ceux qui n'étaient pas d'accord. Quand j'entends Bush parler maintenant, je suis étonné de voir combien il est débile, stupide, aveugle et tragique.
Oh... j'attends impatiemment la nouvelle administration. Vous en avez entendu parler ? Le nouveau président américain aime lire des livres ! Hourrah !
Quand pouvons-nous espérer vous voir en France ? Peut-être pour les prochaines Utopiales ?
J'adorerais revenir en France. J'ai apprécié le temps que j'ai passé en France auparavant. J'ai vécu à Albertville pendant six mois quand j'ai écrit mon premier roman publié, Gabriel's story. Revenir en tant qu'auteur publié en France serait fabuleux. Je ne sais pas si l'on me verra aux Utopiales, mais c'est vraiment en tête de ma liste. J'aimerais beaucoup venir. Dites à mon éditeur que vous voulez me voir ! Achetez quelques exemplaires d'Acacia pour des amis ! Si je peux venir je le ferai certainement.
Avez-vous des nouvelles de Acacia : le film ?
Seulement qu'il y a des gens merveilleux qui travaillent à ce que cela arrive. La route sera longue, bien sûr, et nous en sommes encore aux premiers pas. Je sais que le scénariste a terminé un premier jet du scénario. D'après ce que j'en ai entendu c'était bon, mais il restait encore beaucoup de travail à faire. C'est un livre plutôt gros à condenser en une forme filmique. Je suis content d'avoir des gens compétents qui y travaillent, car je sais qu'ils ont des décisions difficiles à prendre sur ce qui peut et ne peut pas être inclus.
Alors, pas de vraies nouvelles... mais cela reste un rêve sur lequel des réalisateurs expérimentés travaillent.
Après le roman historique et la fantasy... Y a-t-il d'autres genres que vous voudriez aborder ?
Oui. Je veux écrire plus de roman historique et de fantasy, mais en plus je veux depuis longtemps écrire aussi pour un public de jeunes adultes. J'aime lire avec mes enfants des auteurs comme Garth Nix, Kai Meyer, Jonathon Stroud, Ursula K. Le Guin. J'aimerais écrire aussi pour le même public, mais dans mon propre style.
Pourriez-vous nous dire quelques mots à propos de votre travail en tant que professeur ?
Je ne suis pas sûr de savoir comment répondre à cela. J'ai des sentiments très partagés à propos de l'enseignement d'une écriture créative. Je l'ai fait avant même d'être un romancier publié. Je sais que j'ai aidé beaucoup d'apprentis écrivains à évoluer, mais je ne pense pas vraiment que je peux enseigner l'écriture. Je peux encourager les bons écrivains à continuer. Je peux aider les écrivains médiocres à s'améliorer. Mais je ne peux pas vraiment faire plus que cela.
Alors pourquoi est-ce que je le fais ? Eh bien... je suis plutôt bien payé pour cela. Ne vous y trompez pas, cependant : je préfèrerais écrire des romans à plein temps.
Enfin, dernière question mais non la moindre : y a-t-il quelque chose que vous voudriez partager avec vos (nouveaux) fans français ?
J'adore le brie de Meaux, et je déteste ne pas pouvoir m'en procurer aisément aux Etats-Unis ! Je vais passer les vacances de Noël en Ecosse. Au moins, c'est assez proche de la France pour que je puisse mettre la main sur un bon brie et de la baguette. Je vais être très heureux...

Interview réalisée par Emmanuel Chastellière, traduction assurée par Annaïg Houesnard. Signalons que depuis, David a été invité aux prochaines Imaginales d'Épinal par son éditeur !

  1. L'interview exclusive traduite
  2. L'interview originale

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :