Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy

Ange répond à nos questions sur Tanjor

Par Luigi Brosse, le lundi 29 septembre 2003 à 20:09:21

AngeLe prolifique duo qui se cache derrière Ange a accepté de se livrer aux questions de ses lecteurs, directement prises de notre forum, pour une interactivité maximum. Pas de langue de bois, pas de questions convenues. Enthousiaste et spontanéité de rigueur de part et d'autre ! C'est la moitié féminine d'Ange, Anne, qui s'est prêtée au jeu.
On la remercie encore.

Note : mieux vaut avoir lu le cycle complet des Trois Lunes de Tanjor, sinon gare aux spoilers !

Les questions & réponses

D'abord à propos des Trois Lunes de Tanjor : d'ou vient l'idée des exilés ? J'ai trouvé le concept des bannis condamnés à vivre sur les rivières, avec leurs chemins d'eau pour circuler dans les villes vraiment original.
Merci, merci ! Et hélas, je n'ai pas de réponse à cette question. Je ne sais pas du tout d'où me vient cette idée. Par contre, je sais que j'aimerais la reprendre et la développer, peut-être dans un roman de science-fiction, où les Exilés - les condamnés - seraient condamnés dans une mégapole à ne vivre que dans l'eau: fleuves, piscines, canaux, égouts, etc.
Une suite (directe ou non) est-elle envisageable ? (la reconquête du monde d'origine du peuple turquoise ?)
Je ne sais pas encore. Honnêtement, rien n'est décidé à ce sujet. Je pensais plutôt à une "préquelle", une histoire se passant avant celle-ci. Ou du temps de l'ancien Empire pour parler de l'origine du peuple turquoise, ou bien une histoire se passant durant l'âge d'or de l'Emirat.
Question plus général sur l'oeuvre d'Ange : sont-ils fâchés, ou contre les "happy-end" ?
Quoi ? Elle est happy, ma end ! Le Peuple Turquoise est libre et part par delà les mers !
Concernant les fins tragiques : tout ce que j'ai lu d'Ange et qui a pu être terminé, à savoir La Geste des Chevaliers Dragon, La Cicatrice du Souvenir et donc Les 3 Lunes de Tanjor se terminent de façon plutôt tragique. Je pose cette question parce que même si cette fin (des Trois Lunes) est très forte une partie de moi ne peut s'empêcher de penser qu'elle est là juste pour que ça termine mal. Si ça devient une marque de fabrique trop flagrante on va finir par ce dire : "tiens c'est d'Ange donc ça ce termine mal", ça gâche un peu le suspens.
C'est possible que ça devienne une marque de fabrique, mais ce n'est pas notre faute. On ne fait pas exprès... je le jure. C'est seulement que spontanément, on pense à des histoires sombres, ou à des fins tragiques. Parfois, je monte mentalement une histoire très "gaie", comme un sujet de comédie romantique, par exemple... et au fur et à mesure que l'histoire marine dans ma tête elle devient plus sombre, et je ne peux pas m'empêcher d'y ajouter un ou deux meurtres, et un abominable drame pour faire bonne mesure. Je crois que Gérard et moi sommes câblés comme ça.
Ce qui ne veut pas dire que tout ce que nous écrirons finira toujours mal. Nous sommes en train de préparer les suites de la Geste et au moins deux des histoires que nous sommes en train de développer vont bien finir. L'Oeil des Dieux finit bien, aussi... Et Le Collège Invisible... Et, euh.... La Cicatrice du Souvenir .... Enfin, plus ou moins...
De toute manière, les Trois Lunes de Tanjor devait finir mal. Ça tient à la personnalité d'Arekh. Un homme qui a tué père, mère, et des dizaines de gens innocents ne pouvait pas se marier avec Marikani à la fin et avoir beaucoup d'enfants, c'était tout simplement impossible. L'histoire est celle de la rédemption d'Arekh. Et la rédemption passe par la souffrance.
Des série BD d'Ange n'ont pas pu être terminé comme Reflet d'Ecume ou Bloodline. Est-il possible qu'ils nous donnent, même rapidement, une idée de la fin qu'ils avaient prévu ?
Pas pour l'instant, parce que rien n'est encore joué. Après tout, La Geste reprend bien après six ans d'interruption.
Alors, on verra !
Croyez vous que la fantasy (heroïc ou non) puisse s'adapter efficacement à tous les genres de récits (polar, aventures, chronique urbaines, eau de rose ...) ?
Car force est de constater que, depuis Tolkien, l'on est confronté, la majeure partie du temps, à la sempiternelle quête du groupe de héros rassemblés pour sauver le monde, et empêcher le mal de triompher (est-ce dû au fait que la majorité des auteurs soit anglo-saxons ? )
Oui oui, oui et OUI. Je crois que la fantasy peut s'adapter à tous les genres, et qu'elle est même faite pour ça. Il y a beaucoup de thèmes très riches à exploiter qui ne l'ont pas encore été, ou alors sous couvert de littérature générale (la Métamorphose de Kafka, par exemple).
Rare sont les oeuvres comme Thraxas... qui varient le genre. Certes Conan non plus ne cherche pas à sauver le monde, mais si l'on prend Gemmel, Jordan, Eddings, Feist, Grimbert, Ange (?) c'est toujours un peu le même contexte.
Est-ce caractéristique des anglo-saxons ou bien est-ce généralisé à tous les auteurs ?
Malheureusement, je ne m'y connais pas assez en fantasy pour te répondre. Mes influences en fantasy sont Tolkien et Zelazny, je n'ai en gros rien lu d'autre. J'ai lu beaucoup plus de science-fiction - et de livres "normaux", bien sûr.
Questions en rapport avec ma lecture des Trois lunes de Tanjor : les 3 tomes etaient-ils dejà scénarisés au debut ?
Oui et non. Je connaissais la fin : l'explosion de l'étoile nova passant juste au bon moment, la révolution, le départ du peuple turquoise au delà des mers et je savais que ou Marikani, ou Arekh devait mourir au dénouement. C'est tout. Après, je devais me débrouiller pour arriver jusque-là. Toute l'histoire "d'Ayesha" et de la religion créée autour de Marikani, le personnage de Noniama, le personnage d'Harrakin et la jalousie et la folie de Liénor sont venues au fur et à mesure de l'écriture.
Mais la base de l'intrigue devait être, sous fond de révolution et d'exode, la rédemption d'Arekh à travers son histoire d'amour avec Marikani, et la décision de Marikani d'affronter son passé et ses origines et de nier l'existence des dieux. Et c'est resté jusqu'au bout le thème principal... compliqué, bien sûr, par l'apparition du culte d'Ayesha.
Quel est votre personnage préferé et pourquoi ?
J'aime beaucoup Harrakin. J'aime beaucoup le faire parler, il m'amuse toujours, et au fil des pages je n'ai pas arrêté d'étendre son rôle. Sinon, Arekh, bien sûr. C'est lui qui est, dans mon esprit, le héros des trois tomes et c'est lui qui m'intéresse le plus. Essayer de rendre un "monstre" humain est toujours un grand plaisir.
Avez-vous été surprise par des évolutions de certains personnages non prévues au début de l'écriture ?
L'apparition du culte d'Ayesha est apparue toute seule au fil des pages, elle n'était pas prévue mais les choses ont paru s'enchaîner parfaitement logiquement par rapport aux thèmes de la trilogie et au caractère de Marikani.
Par contre, j'ai été moi même prise par surprise par l'évolution de Liénor. Je trouvais son caractère trop faible, trop simple dans le tome un et c'est pour cela que Noniama a pris sa place comme caractère secondaire dans le tome 2. Liénor s'est trouvée un peu abandonnée pour Vashni dans l'amitié de Marikani - Vashni avait plus de personnalité, elle était plus intéressante à écrire.
Mais il fallait que Liénor joue un rôle majeur dans le dénouement, car je l'avais "prédit" dans la scène des exilés. Alors finalement, le fait que Liénor ait été un peu abandonnée dans le tome 2 m'a servi : le thème de la jalousie et de la rancoeur est venu tout seul et le reste s'est enchaîné.
Les références aux indiens (d'Inde), aux esclaves d'Amérique, aux juifs, aux inquisitions chrétiennes sont-elles volontaires et le fruit de recherches (quelles sont les références volontaires que j'ai ratées ?)
Volontaires oui, bien sûr ; fruits de recherches... pas vraiment. Je pense que mes souvenirs de cours d'histoire ont suffi.
Avez-vous apporté plus d'attention aux personnages féminins ?
Non, je crois qu'Arekh est mon personnage le plus fouillé. Mais j'ai essayé de ne pas faire de Marikani un cliché : une femme forte, bien sûr, mais pas une héroïne parfaite de littérature post féministe où les femmes n'ont aucun défaut. J'ai essayé d'en faire un personnage humain, avec des fêlures, des contradictions, des peurs.
Est ce qu'elle est d'accord avec les critiques et les remarques sur le forum ?
No problemo !
Quel est l'apport de Ange (partie masculine) sur cette trilogie ?
Nous avons construit une bonne partie de l'histoire ensemble.
Questions diverses : pourquoi la Fantasy et en quoi est-ce amusant d'en écrire ? Vous en lisez beaucoup ? "Souding board", que signifie ce terme ?
J'adore écrire de la fantasy, et je n'y connais pas grand chose, comme je le mentionnais plus haut. Tolkien, Zelazny... et basta. Par contre, j'ai été nourrie aux contes de fées et aux contes des Mille et Une Nuits.
" Sounding board ", c'est un groupe de personnes qui vous écoute et vous aide à débrouiller vos pensées.
Puis j'veux bien une ou deux indiscretions sur le prochain Geste des chevalier dragons !
Il y a (presque) une happy end. Et le dragon meurt à la fin.
Ils travaillent sur beaucoup de support, mais parmi ceux qu'ils n'ont pas encore testés, y en a-t-il qui les tentent ou qui les révulsent abominablement ?
J'adorerais faire du feuilleton télé. Si un génie me proposait trois voeux, j'en utiliserai au moins deux pour travailler avec Joss Whedon (Buffy, Angel, Firefly, etc). et j'utiliserais le troisième pour avoir une caisse de chocolat noir à 99%.
Travailler à deux c'est cool en cas de symbiose, mais comment font-ils dans les (rares) moments de désaccord ?
On s'engueule. Fort.
Ou est ce que chacun a des domaines où il est l'autorité dominante ?
Non. Alors on s'engueule. Souvent.
Dernière : Est ce bien vous qui avez repris le détective A. Gabriel dans Chute libre ? Si oui, un jour une suite ?
Oui, et j'adorerais faire une suite. Il est possible que ça arrive un jour.

Propos recueillis par Gillossen le 22 Septembre 2003


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :