Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Bds Fantasy >Marie des dragons

Marie des dragons

(Ce Cycle est En Cours)

Auteur : Ange
Dessinateur : Thierry Démarez (Proposer une Biographie)
Marie des dragons

Armance

Marie a 12 ans quand elle retrouve son village détruit, ses parents assassinés, ses frères et sœurs réduits en esclavage. Elle fuit… jurant, un jour, de se venger.
Quinze ans plus tard… Marie est une guerrière qui vend ses talents aux plus offrants. Avec son ami et frère de sang, William, un mercenaire, elle combat les “Dragons” des créatures étranges, qui se meuvent aux frontières de la réalité, et dont elle est la seule à percevoir l’existence, et à pouvoir les affronter.  Alors, Marie retrouve la trace d’un des meurtriers. Mais ses capacités étranges ne seraient-elles pas liées au massacre des siens ? Et ses ennemis sont-ils toujours sur ses traces ?

Marie des dragons

Vengeances

Marie et sa sœur Armance sont à la recherche de Georges d’Aiscelin, un des assassins responsables du massacre de leur famille, quinze ans auparavant. Hélas, elles perdent rapidement sa piste, et le besoin d’argent leur fait accepter une mission apparemment simple : escorter un moine et le trésor de l’église française hors du royaume de Milan, en pleine révolution. Mais les Italiens ne veulent pas laisser partir l’argent des “oppresseurs”, et bientôt, sur la route des Alpes, la poursuite se transforme en véritable traque. De plus, l’ombre du cruel Georges d’Aiscelin, et de Lou, le jeune frère de Marie, plane sur le convoi. Quels mystères atroces, vieux de plus quinze ans, le meurtrier et l’enfant, devenu son esclave, ont-ils réveillés ?

Marie des dragons

Amaury

Sous le regard d’Edouard III, souverain d’Angleterre, un grand tournoi est organisé, pour y combattre des monstres de carton pâte, la belle Marie des Dragons en sera invitée d’honneur… Mais Marie est toujours à la recherche de son frère, Amaury, vendu comme esclave quand il avait huit ans. Et pour vaincre les armées françaises, le roi d’Angleterre rêve de faire appel aux forces obscures - les vrais monstres, d’horreur et de haine, que Marie combat depuis toujours…
Les chevaliers s’affrontent pour les beaux yeux des gentes dames, les épées s’entrechoquent, les mondes se déchirent, les atrocités se révèlent… Et Marie doit choisir son camp.

Marie des dragons

William

Marie n’était qu’une enfant quand elle a tout perdu, et sans l’aide de William, son ami, son frère de sang, elle n’aurait pas survécu. Maintenant William a disparu, enlevé. Sa rançon ? Des éléments, des clés. Les clés du mystère de ce monde, des réponses sur sa création. À Bayeux, l’Empereur de France combat les anglais dans ce qui serait, dans un autre monde, les débuts de la Guerre de Cent ans. Et la bataille ne tourne pas en sa faveur. Mais il y a tellement plus en jeu que le destin de la France…


Critique

Par Belgarion, le 09/01/2011

Après une première collaboration entre Ange et Démarez sur le tome 7 de la Geste des Chevaliers dragons, qui n’avait pas laissé un souvenir impérissable, la crainte était grande de tomber sur une Geste 2. Or, première surprise dans ce volume, il n’y a pas d’autres dragons dans cette BD que ceux déclarés comme tels par décret de l’empereur.
Seconde surprise, le scénario et les personnages sont beaucoup plus travaillés que dans la Geste. Et force est de constater que ce premier tome m’a énormément plu.
Les dessins tout d’abord évoquent ceux de Thorgal en plus soignés, avec une véritable force dans les traits et les expressions que ne reflète pas la couverture qui est plus figée. Certains plans de personnages sont malgré tout disproportionnés et nécessiteront par la suite un affinage et une meilleure prise en compte de l’angle de vue.
De plus, les couleurs subtiles alternant ombre et lumière sont bien choisies pour cadrer avec les traits atypiques mais harmonieux invoqués par le dessinateur.
Quant au scénario, au vu des premières pages, le lecteur pense se résigner à une banale histoire de vengeance. Mais il n’en est rien et dès le premier tome, des mystères se forment qui ne manqueront pas d’être passionnants. En effet, un monde parallèle semble émerger des visions du cercle ecclésiastique qui forme un contrepoint à l’Empire de France, lieu où se déroule la BD. Une grande partie de l’intrigue joue justement sur l’existence réelle de cet Empire de France, alors que certains habitants réalisent, par des visions, qu’il pourrait bien exister un autre monde, le nôtre, où l’Histoire n’a pas suivi le même cours, où eux-mêmes vivraient une autre vie. Cela aurait-il un rapport avec des monstres venus d’ailleurs qui prennent parfois forme et que seuls certains initiés comme Marie peuvent voir et combattre ? Quel rapport encore entre tout cela et les frères et sœurs de Marie tués ou peut-être enlevés alors qu’elle sortait à peine de l’enfance ? Quel est le lien entre l’apparition de ces monstres et Marie et Jean de Clermont ? Les questions sont nombreuses et rehaussent l’intérêt du premier tome. Cependant, il ne s’agit encore que d’un début, si bien que certaines situations et notamment le combat final paraissent un peu confus et mériteraient qu’on s’y attarde avec quelques cases supplémentaires. Ajoutez à cela des personnages encore esquissés mais qui s’annoncent d’ores et déjà très prometteurs à l’instar de Marie, à la recherche de son passé et aux visions irréelles qui la torturent, ou encore l’idéaliste Jean de Clermont qui se confronte aux dures et cruelles réalités de la vie. Les personnages secondaires ne sont pas en reste avec une galerie de portraits d’une richesse certaine.

Par la suite, les tomes 2 et 3 font apparaître les anciens frères et sœurs de l’héroïne au fur et à mesure de ses pérégrinations. Cependant, si la trame directrice se maintient et conserve son intérêt, force est de constater que le tome 3 fait peu avancer l’intrigue et est un cran en dessous des précédents. Ainsi, lorsque le tome 2 dévoile une part supplémentaire du passé de l’héroïne et la met directement en contact avec ses démons intérieurs et extérieurs, le tome 3 se focalise plus sur une intrigue qui se déroule à la cour du roi d’Angleterre sur fond de tournoi, sans apporter de réponses supplémentaires. Le lecteur est même désorienté à certains passages, face à l’enchaînement des évènements.

Le tome 4 de Marie des dragons offre une trop brusque coupure par rapport au tome précédent qui fait éprouver au lecteur quelques difficultés pour se raccrocher à l’intrigue. De même, ce tome laisse un sentiment d’inachevé avec une action coupée en plein élan et l’esquisse de quelques pistes non encore exploitées. Sur les points positifs il faut souligner la qualité de dessin de Démarez dont les jeux de lumière, les traits travaillés des personnages et les scènes de combat offrent un pur régal pour les yeux. Le tome 4 révèle aussi - enfin - une partie des tenants et aboutissants de l’intrigue globale qui, si elle ne convainc pas totalement, a le mérite d’apporter des éclaircissements sur la dualité entre les mondes et la présence de monstre à la poursuite de Marie. Le prochain tome devrait être décisif quant à l’orientation donnée à la série.

Le dessin quant à lui conserve sa qualité tome après tome et conserve une forte personnalité pour le plaisir des yeux. Au final, malgré un léger ralentissement, le mélange de tous ces ingrédients fonctionne et construit progressivement un monde qui s’annonce complexe et qui dispose d’une marge de popularité indéniable.

7.5/10

Discuter de Marie des dragons sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :