Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Bds Fantasy >Paradis Perdu

Paradis Perdu

(Ce Cycle est En Cours)

Auteur : Ange
Auteur : Alberto Varanda (Proposer une Biographie)
Dessinateur : Xavier (Proposer une Biographie)
Paradis Perdu

L' Enfer

Il suffit d’un faux pas… pour traverser la frontière qui sépare le Paradis de l’Enfer ! Un ange, un jour, a fait ce pas pour sauver un enfant. Quelques minutes de l’autre côté auront suffi pour qu’il en voie trop. Pour qu’il se trouve pris sans le savoir, dans un piège qui décidera de l’avenir de l’humanité. Pour qu’il décide d’aller chercher, à la force de l’épée, la démone dont il a entrevu le visage et qui hante ses rêves depuis toujours. La descente aux enfers a commencé…

Paradis Perdu

Purgatoire

Aux frontières du Paradis et de l’Enfer, Gabriel, un ange mineur, doit veiller sur les Portes. Mais parfois, un rien suffit pour bouleverser l’équilibre. La venue d’un enfant qui a posé sans le vouloir le pied sur la frontière… Le regard d’une femme… d’un ange déchu que Gabriel a connu avant la chute… Par amour, parfois on risque tout…

Paradis Perdu

Paradis

La guerre entre le Paradis et l’Enfer fait rage, secouant tous les plans de l’existence. De retour sur Terre, Gabriel redécouvre la mort, la souffrance et l’humanité. Pris de remords, il part à la recherche de Julien. Mais le jeune garçon s’est déjà rangé du côté de la Lumière et prône l’Ordre Absolu.
Dans cette lutte éternelle, le Bien prend l’avantage sur le Mal, au risque d’anéantir le fragile équilibre dont dépend l’humanité… L’heure n’est plus à la réflexion. Gabriel, comme Lucifer auparavant, s’élève contre Dieu lui-même : une nouvelle révolte gronde !

Paradis Perdu

Terres

Tout a basculé le jour où Gabriel a rencontré son ancien amour et ce jeune garçon aux frontières du Paradis et de l’Enfer… Enjeu d’une guerre éternelle, le petit Julien n’est autre que l’arme ultime qui donnera la victoire aux armées du ciel, mettant fin à l’équilibre qui régit l’univers. Julien se retrouve sur une terre ravagée par les Démons, alors que Gabriel succombe à la plus grande des tentations de Satan : la puissance suffisante pour mettre fin à toutes les souffrances. Devenu ivre de pouvoir, il risque néanmoins de mettre fin à toute vie… Anya pourra-t-elle empêcher cette destruction totale imminente ? Julien comprendra-t-il enfin la nature de son pouvoir ? Un 4ème tome apocalyptique dans lequel se dessine le destin du Paradis, de l’Enfer et des Mondes intermédiaires…


Critique

Par Gillossen, le 17/06/2005

Lorsque l’on a découvert Ange par le biais du roman, il faut un temps d’adaptation pour en revenir à la BD, support que le duo maîtrise avec bonheur, mais qui apparaît dans un temps presque étriqué.
C’est quelque peu le cas avec Paradis Perdu, bande dessinée très ambitieuse si on se réfère à son titre ou même son point de départ, et que durant un temps on peut considérer comme demeurant trop superficielle dans les thèmes abordés et la façon de les traiter.
Il faut dire que la part belle est faite à des visions saisissantes, mais parfois un peu vides, de cet affrontement entre forces mythiques et titanesques. D’autant que le scénario, notamment à travers un tome 2 de pure transition, ne semble pas toujours avancer au rythme désiré par le lecteur, avide de révélations et de réponses tout d’abord suggérées, puis qui paraissent se refuser à lui, un temps. Et malgré un surplus d’approfondissement, et même de souffle, bénéfice, on comptera certainement encore des mécontents.
Heureusement, en conclusion, on obtient ce que l’on espérait : en dépit de la multitude d’interrogations soulevées, les auteurs parviennent à répondre aux principales. Quel est le rôle de Julien? Qui est réellement le Diable? Où cette guerre va-t-elle mener le monde?
Sur le plan du dessin, après un premier album avec Varanda à la table, Xavier était indéniablement attendu au tournant et s’en sort plutôt bien, sans excès, et avec une relative ressemblance de trait, une continuité que l’on retrouve également dans le domaine de la colorisation. Le passage de flambeau ne présente donc pas de conséquence majeure, même si dans l’absolu, continuer avec Varanda n’aurait déplu à personne…
Si certains points restent dans l’ombre et si la morale finale n’est pas des plus originales, la BD est tellement aboutie au niveau du scénario fouillé, des personnages charismatiques et de la beauté des dessins, qu’on ne peut que l’apprécier. Ce cycle nous a donné un petit avant-goût du Paradis, et c’est tout ce qu’on lui demandait.
En somme, un bon cycle, qui se hisse facilement au-dessus de la mêlée, mais que l’on aurait aimé voir aller encore plus loin.

7.5/10

Discuter de Paradis Perdu sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :