Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Bd Fantasy > La Geste des Chevaliers Dragons > La Guerre des Sardes, 1ère partie : Amarelle


La Guerre des Sardes, 1ère partie : Amarelle

Tome 17 du cycle : La Geste des Chevaliers Dragons
ISBN : 978-230203620-8
Catégorie : Bd
Auteur : Ange
Dessinateur : Vax

Ils sont des milliers… des Sardes, des tribus, des guerriers, des barbares, à déferler sur l’Empire. Entourée d’ennemis à la cour, l’Impératrice est seule.
Dans la petite ville d’Arsalam, à la frontière des routes de l’ouest et de la Mer Close, les Chevaliers Dragons tiennent… Elles résistent, depuis des années, elle résistent, encore et toujours, contre des hordes sauvages, sans renforts, sans ravitaillement.Leurs ennemis ne sont plus les Dragons, mais les humains. Et le désespoir… Et le doute…


Critique

Par John Doe, le 07/12/2014

Avec ce tome 17, Ange change la formule 1 histoire = 1 tome, en proposant pour la première fois un diptyque, qui trouvera donc sa conclusion dans le tome suivant, Arsalam.
Le récit se passe pendant la treizième année de la guerre contre les Sardes (les 4 premières planches mises à part) et s’axe autour de trois protagonistes principaux : le Duc de Charmont, ambassadeur de l’impératrice, Louis, le chef sarde (mais né au sein de l’Empire) et Amarelle, commandante des chevaliers dragons tenant la ville d’Arsalam.
Ange dépeint les particularités de ce groupe de chevaliers dragons, qui se retrouvent isolées, seules à défendre cette partie de l’Empire au détriment de leur mission première (tuer les dragons). Loin de toute hiérarchie, elles ont pris des habitudes “déviantes” par rapport aux principes de leur Ordre.
Louis, l’ambitieux leader des Sardes, forme un contrepoint à Amarelle tandis que le Duc, au milieu, joue le rôle du témoin de l’histoire.
La progression dramatique est impeccable, nous montrant alternativement les points de vue des Impériaux et des Sardes, avant d’aborder des enjeux politiques dans les dernières pages. Ange tire également profit du format plus important pour développer les relations entre les personnages, notamment amoureuses (Amarelle, Marmont) ou fraternelles (Louis).
Pour son deuxième tome en tant que dessinateur sur la série, Vax livre une prestation très réussie, à la hauteur de son travail sur le treizième tome, Salmyre. La mise en scène est variée, alternant plans moyens et gros plans permettant d’attirer l’attention du lecteur sur tel ou tel détail (la confection des colliers à la 23ème planche) ; ou encore à accentuer la mise en parallèle des deux camps au travers d’une composition reprises à l’identique (planches 2 et 4 : deux plans similaires nous montrant des personnages de dos, perdus dans le décor tandis que la “caméra” s’éloigne).
L’apparition fugace d’un Dragon laisse à penser que les enjeux vont prendre une toute autre ampleur dans le prochain tome…

8.0/10

Discuter de La Guerre des Sardes, 1ère partie : Amarelle sur le forum.

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :