Vous êtes ici : Page d'accueil > Tolkien

Beowulf, ce célèbre méconnu

Par Foradan, le mercredi 11 janvier 2017 à 10:34:05

La traduction de Tolkien

Dans la version française ("Beowulf, traduction et commentaire"), le poème couvre 98 pages ; les notes et commentaires 248 pages, et cela se justifie parce que le poème vieil anglais contient plusieurs éléments qui ne se voient plus dans la traduction : des vers allitératifs (dans la prononciation des sons, pas sur les lettres), des temps forts et faibles (avec plusieurs degrés d’accentuation) et des kennings. Les kennings sont des métaphores permettant au poète de trouver le son allitérant tout en donnant une image particulière aux mots qu’ils évoquent, et un grand nombre se trouve explicité, comme par exemple : Hronráde, kenning signifiant « la mer » est décrit pendant 3 pages, car il signifie « trajet du dauphin », mais de manière développée « les étendues d’eau sur lesquelles vous voyez des dauphins et des membres plus petits de la tribu des baleines jouer ou avoir l’air de galoper comme une rangée de cavaliers sur les plaines ».
Le décryptage historique et symbolique est détaillé pour montrer toutes les questions qui se présentent au poète, mais aussi au traducteur et à l’auditeur (c’est une poésie faite pour être déclamée, le premier mot est « Hwæt ! » pour attirer l’attention du public), cela paraîtra très dépaysant pour qui n’a jamais consulté un texte aussi chargé de notes, mais le poème en lui-même ne se laisse pas appréhender sans de solides connaissances historiques et linguistiques.
Pour une lecture plus confortable, "Sellic spell" (littéralement « récits étranges à réciter lors d’un festin ») tient en 25 pages, une reconstruction de l’histoire par Tolkien, en allégeant le contexte épique et historique pour se concentrer sur le héros et sa geste. Pour finir, deux versions du "lai de Beowulf" (rimés en anglais moderne, présentés en vis à vis de la traduction française) : "Beowulf et Grendel" ; "Beowulf et les monstres", histoire de montrer que Tolkien a vraiment tourné cette histoire dans tous les sens, pour l’étudier, en comprendre le sens, jouer le rôle du poète, appréhender le texte et la légende autrement, et pas uniquement en donnant le même cours à ses élèves pendant 35 ans.

  1. Le poème
  2. Beowulf, du texte à l’image
  3. La traduction de Tolkien

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :