Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Célestopol 1922


Célestopol 1922

ISBN : 978-291854171-4
Catégorie : Aucune
Auteur/Autrice : Emmanuel Chastellière

Une année folle à Célestopol !
Une année à la découverte des mirages et des merveilles de la cité sélène, joyau de l’âme slave arraché à la Terre, entre les mains d’un duc au destin défiant le cours du temps.  
Une année où croiser dans ses rues Marie Curie, l’archiduc François-Ferdinand ou Howard Carter, mais aussi humbles ouvriers, voleur volubile ou automates au cœur de cuivre. Entre ruines lunaires à explorer, un championnat du monde d’échecs à préparer ou des complots à déjouer… 
Les canaux ambrés de la ville n’ont pas fini de vous dévoiler ses secrets.

Par souci de transparence, nous vous signalons que ce livre a été écrit par Gillossen, contributeur du site.

Critique

Par Nephtys, le 03/04/2021

1922, une année parmi tant d’autres avec ses joies comme ses tragédies, voilà donc les promesses de ce nouveau recueil dans l’univers de Célestopol, aux éditions de l’Homme sans Nom. Il nous faudra un peu de patience cependant avant de retrouver la cité lunaire, le livre préférant s’ouvrir en dehors de celle-ci. Un choix payant car l’ombre de la ville s’étend de bien haut, comme un clair de lune. 
Les lecteurs du premier recueil retrouveront plusieurs personnages, parfois pour les connaître différemment, parfois comme l’on retrouve de vieilles connaissances. Quant aux nouveaux lecteurs, ceux-ci ne seront pas dépaysés car la multitude de points de vue permet de toujours (re)découvrir la ville sans craindre de s’y perdre.
Mélancolique, le recueil se permet une plongée bien plus intimiste dans la vie de ses habitants et des tourments humains. Quelques figures historiques font également leur apparition, avec parfois des destinés bien différentes de celles que l’on connaît dans notre monde à nous. Cette fois-ci, la cité s’efface pour laisser place à l’humain et 1922 prend donc une voie différente de son aîné qui se concentrait bien plus sur la cité. De fait, il n’y a pas l’impression de lire un volume « bis » du premier recueil déjà paru. Les nouvelles marquent également plus leur identité et le rythme de celles-ci est plus apaisé tout en réservant quelques moments forts. Des scènes restent en mémoire et les personnages vont et viennent d’un texte à l’autre, se croisent parfois ou se devinent simplement. 
Avec 1922, Célestopol s’impose comme univers tout en sachant se redéfinir au fil des différents textes. La longueur de ceux-ci permet d’y accrocher nombre de détails quand bien même il y aura toujours la frustration de quitter le chemin de certains personnages pour en suivre d’autres au fur et à mesure du recueil. 
Jouant sur les mythes et mystères de l’Histoire qui trouvent ici une autre lecture dans cette réalité alternative, Célestopol continue de s’affirmer tout en se nourrissant de la Terre malgré tout.  Comme pour les changements de personnages (bien qu’on en recroise régulièrement en arrière-plan ou non), les changements d’ambiance entre les différents textes offrent une vision variée de la ville et de ses habitants mais peuvent dérouter le lecteur qui en voudrait encore plus. 
L’objet-livre en lui-même est des plus esthétiques, avec une superbe couverture signée Marc Simonetti, ainsi qu’une carte sur l’un des rabats de la couverture par Olivier Sanfilippo. Cette carte, plutôt qu’un simple plan, rend la ville encore plus tangible et « visitable » en rappelant celles des offices de tourisme. De quoi s’évader un peu plus… 
Finalement, nous avons là un recueil de nouvelles solide et travaillé qui ose également le mélange des genres et l’étrangeté, et agrémenté de bien d’autres menus détails pour renforcer l’immersion. Une fois le livre refermé, beaucoup d’histoires du recueil pourront rester en mémoire de même que les personnages qui en parsèment les pages (ah, Léon et Pélagie…).

8.0/10

Discuter de Célestopol 1922 sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :