Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > L'Empire du Léopard


L'Empire du Léopard

ISBN : 978-237579045-8
Catégorie : Aucune
Auteur : Emmanuel Chastellière

1870. 
Après une épuisante campagne militaire, le royaume du Coronado a conquis l’essentiel de la péninsule de la Lune-d’Or. Seul l’empire du Léopard, perdu dans les montagnes, lui résiste encore.
Dans l’attente des renforts promis par sa hiérarchie, le colonel Cérès Orkatz - surnommée la Salamandre - peine à assurer l’ordre sur place, la faute à un vice-roi bien intentionné mais trop faible. Dans ce monde de jungles et de brume, les colons venus faire fortune s’épuisent et meurent à petit feu, même si certains au sein du régiment espèrent toujours découvrir la mythique cité de Tichgu, qui abriterait selon les légendes locales la fontaine de Jouvence. 
Alors qu’une éclipse lunaire sans pareille approche, Cérès va devoir tenter d’assurer la survie de ses hommes, au mépris peut-être de ses allégeances…

Par souci de transparence, nous vous signalons que ce livre a été écrit par Gillossen, contributeur du site.

Critique

Par Belgarion, le 18/04/2018

Emmanuel Chastellière a publié un premier livre relevant du fantastique, Le village, avant de poursuivre par un recueil de nouvelles de type steampunk, Célestopol, puis de se lancer récemment dans la rédaction d’un roman d’Urban fantasy Young Adult, avec Poussière fantôme. Deux ans après son premier livre publié, l’intéressé confirme son caractère prolifique et l’éclectisme de ses écrits en s’attaquant cette fois à la fantasy avec L’Empire du léopard. Cet imposant one-shot de près de 630 pages s’avère, qui plus est, plus achevé et mature que son précédent roman (mettons de côté Célestopol, d’une nature différente, en tant que recueil).
En effet, force est de constater que L’Empire du Léopard ne s’adresse pas du tout à un public Young Adult. Les descriptions sont parfois assez crues, la violence, la mort et le sang sont omniprésents dans la seconde moitié du roman, et certains sujets abordés comme la scarification rituelle et la torture s’adressent résolument à un lectorat plus mature. 
L’histoire prend pour cadre initial l’atmosphère humide et pesante des jungles de la Lune d’Or. Les habitants, proches des Amérindiens avec de légères touches de culture tibétaine, subissent le joug de l’invasion d’un pays plus avancé venu d’au-delà des mers, le Coronado, qui maîtrise déjà la poudre et le pétrole. Au terme de six années d’invasion, l’armée du Coronado est enlisée dans la gestion de cette nouvelle colonie qui leur est résolument hostile et n’a plus les moyens nécessaires pour poursuivre son expansion.
A partir de ce postulat de départ géopolitique, des éléments fantasy vont peu à peu apparaître pour former une osmose réussie entre la powder fantasy et la fantasy épique. En dépit de quelques longueurs au début, les événements s’enchaînent avec la maîtrise d’une mécanique bien huilée et s’accélèrent en crescendo dans la seconde partie du roman pour faire monter le suspense jusqu’à son paroxysme final. A l’inverse, on pourra regretter le recours trop important aux deus-ex-machina dans certaines situations de la dernière partie qui nuisent à la tension narrative.Tout en s’attachant à des personnages-clés qui présentent de points de vue croisés sur l’occupation de la péninsule et le lancement de l’expédition, le roman aborde sans manichéisme des thématiques de fond qui font écho aux sujets d’actualité tels que le fanatisme, les excès de la colonisation aveugle, la déforestation ou encore le choc des civilisations.
L’écriture fluide et soignée d’Emmanuel Chastellière a pris de l’assurance au gré de ses écrits et offre ici une alternance harmonieuse entre les scènes d’action et les descriptions précises et vivantes de la Lune d’Or. Ainsi, la plume imagée de l’auteur reproduit avec justesse l’atmosphère moite mâtinée de décomposition de la jungle de la péninsule et offre un contraste saisissant avec le climat tempéré et la magnificence originelle de sa Shamballa.
Le traitement des personnages principaux constitue un autre point fort du roman : l’auteur a pris soin de bien travailler leurs motivations et leur évolution pour en faire des hommes et des femmes avec leurs nuances et leurs défauts qui s’efforcent de survivre dans un environnement hostile. Ainsi l’héroïne Cérès Orkatz, la célèbre colonel commandant le 22ème régiment et l’idéaliste vice-roi Philomé à la tête de la colonie sont très détaillés et suscitent la sympathie, même si leur traitement reste relativement classique. D’autres personnages, comme le flamboyant et complexe capitaine Cortellan, le solide second de Cérès, Dumelin, ou l’ambivalent prince Amaru tirent plus leur épingle du jeu avec un point de vue qui offre une réelle originalité dans l’histoire. A l’inverse, certains comme l’alchimiste Melchior auraient mérité plus d’approfondissement et de contraste pour éclairer leur motivation. Le fait d’aborder succinctement les personnalités clés du 22ème régiment de Cérès constitue également une idée intéressante, qui permet d’une part de donner une âme à cette superposition d’individualités, et d’autre part de comprendre le fonctionnement et la vie de l’unité.
Sur un autre plan, les dialogues entre les personnages sonnent plus justes et naturels que dans Le village et présentent un caractère plus abouti. Au titre des bémols, on peut toutefois pointer du doigt certains échanges entre l’adversaire final et Cérès ou le prince Amaru qui sonnent trop artificiels, participant aux fameux deus ex machina superfétatoires déjà évoqués.
Pour conclure, L’Empire du Léopard constitue l’œuvre la plus aboutie et la plus ambitieuse à ce jour d’Emmanuel Chastellière. Réinterprétant en fantasy l’expédition de Hernan Cortès dans un monde amérindien mâtiné de croyances asiatiques, il met en place une histoire cohérente et oppressante qui se dévoile graduellement à travers les points de vue croisés des nombreux protagonistes. 
A l’issue de la lecture on se dit qu’une nouvelle incursion dans cet univers riche ne serait pas pour nous déplaire.  

8.0/10

Discuter de L'Empire du Léopard sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :