Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Célestopol


Célestopol

ISBN : 978-293085303-1
Catégorie : Aucune
Auteur : Emmanuel Chastellière

Par souci de transparence, nous vous signalons que ce livre a été écrit par Gillossen, contributeur du site.

Célestopol, la cité lunaire, la perle de l’Empire Russe, la ville de toutes les démesures, où toutes les technologies de ce XXème siècle naissant se combinent pour créer la métropole ultime.
Célestopol, où à chaque coin de rue, la magnificence de ses merveilles architecturales rivalise avec l’éblouissement que provoquent ses automates affectés à mille et une tâches. Célestopol et ses canaux de sélénium dont la brume mordorée baigne en permanence la lumière des réverbères. Célestopol, la ville sous dôme, le défi ultime de l’humanité lancé aux étoiles.
Célestopol la rebelle, l’insoumise.
Célestopol, où chaque habitant porte en lui une colère, un amour, une tristesse, une vengeance. Célestopol et son duc extravagant, aux pouvoirs sans limites, dont la simple présence est une insulte adressée à chaque instant à l’autorité de la Tsarine. Célestopol, en quête de liberté et d’émancipation, loin d’une Terre qui menace de sombrer dans les flammes.
Célestopol, la ville qui a arraché un peu de l’âme de toutes les Russies et l’a posé sur la Lune.


Critique

Par Asavar, le 12/06/2017

Avec Célestopol, Emmanuel Chastellière signe son second ouvrage aux Editions de l’Instant et disons le tout de suite, c’est une belle réussite. C’est avec plaisir et joie que l’on découvre cette ville lunaire fondée par les Russes. Car, non contente d’héberger des personnages hauts en couleur, la cité en elle-même incarne un protagoniste à part entière, nous dévoilant ses différentes facettes au cours des quinze nouvelles du recueil.
Quinze nouvelles, un nombre important de textes, mais en même temps trop peu, tant on se retrouve happé dans cet univers si particulier. À mi-chemin entre le conte populaire slave et la Trilogie de la Lune de Johan Heliot, du moins est-ce ainsi que je l’ai vécu, on passe un moment de lecture fort agréable. L’atmosphère que l’on retrouve ici oscille constamment entre l’émerveillement de la découverte et un coté fataliste face aux événements qui s’y déroulent. Car ce n’est que très rarement les protagonistes qui influencent l’histoire, mais bien l’histoire qui influence les protagonistes. En parlant des personnages, chaque « héros », hormis ceux revenant tel un fil rouge au cours des différentes nouvelles, possède une personnalité qui lui est propre, ce qui nous donne une variété de caractère bienvenue. On retrouve également des thèmes forts le plus souvent associés à la Science-Fiction, comme le caractère inéluctable du passage du temps ou ce qui fait de nous ou pas un être humain, ici à travers les automates qui pullulent dans la ville, ce qui confirme que le Steampunk est à la lisière des genres et que l’auteur en connaît très bien les codes. 
Étant un habitué de la Fantasy (je rappelle pour les deux du fond qui ne suivent pas qu’il est l’un des fondateurs de notre site), Emmanuel Chastellière a su là aussi éviter les erreurs de débutant. Ce qui s’avère des plus agréables.
Cependant, il y a quand même quelques défauts à souligner. Même si les nouvelles nous accrochent dès le début pour chacune d’entre elles, certaines se finissent de façon un peu abrupte, l’histoire prenant son temps pour se mettre en place, avant une fin un peu précipitée. Peut-être y avait-il un nombre de signes précis à respecter ? Autre point négatif et non des moindres, la qualité de la reliure de l’ouvrage. Pour son prix, il est regrettable qu’elle ne soit pas de meilleure qualité. En effet, après une semaine dans un sac, la tranche, la première et quatrième de couverture se retrouvent malheureusement abîmées. Ce qui est vraiment dommage, quand on songe à la superbe illustration de couverture de Marc Simonetti. 
Malgré ces deux bémols, je ne peux que vous conseiller la lecture de ce recueil. Non seulement car il représente un ouvrage empreint de qualité, mais aussi car on ne dira jamais assez que l’on manque de recueils de nouvelles en France, peu importe le genre littéraire auquel ils se rattachent. Petit plus non négligeable pour celles et ceux qui avaient précommandé le livre, une courte BD présentant deux des personnages les plus charismatiques du recueil et introduisant très bien Célestopol était offerte. 
Ce fut en tout cas pour ma part un très bon moment de lecture.  

8.0/10

Discuter de Célestopol sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :