Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy

Terry Brooks revient sur les préquelles de Shannara

Par Nak, le vendredi 15 août 2008 à 13:03:54

Terry BrooksMême si Terry Brooks n'est pas notre auteur préféré sur Elbakin.net, il n'en reste pas moins l'un des auteurs majeurs de fantasy (ne serait-ce que par les ventes qu'il génère). On pourrait d'ailleurs saluer l'obstination dont il fait preuve concernant son monde de Shannara, emmêlant les fils partant des 20 livres constitutifs de la série pour arriver à tisser au final une histoire globale.
Voici une interview traduite pour vous qui retrace ce procédé !

En discuter en forum

L'interview traduite

La Genèse d'une Série
Comment saviez-vous que c'était le moment d'écrire le tome un, les Enfants d'Armageddon ?
Je venais juste d'écrire six livres sur Shannara et j'en avais un peu assez. J'avais l'intention d'écrire le prochain roman de la saga de Royaume Magique à Vendre mais en même temps je pensais à Word and Void et je me suis laissé distraire en réfléchissant à ce qui devait s'y passer, car je n'avais pas encore tout résolu. J'ai pensé qu'après tout je n'étais peut-être pas prêt pour écrire le livre de Royaume Magique à Vendre, bien qu'il fût déjà en retard.
Plus je pensais à Word and Void, plus j'étais intrigué par ses possibilités et cela m'a séduit. Une chose en a amené une autre et soudain j'ai pensé : je vais devoir le faire. C'est le bon moment et c'est maintenant que j'ai besoin d'un challenge différent. J'avais une autre série d'histoires -- que j'écrirai probablement plus tard -- mais je n'y étais pas aussi investi à cette époque. Donc j'avais quelques options mais la Genèse est celle qui prédominait, surtout après que l'éditeur devienne si enthousiaste à son égard. J'ai pensé : bon, c'est toujours une bonne chose si ça les enthousiasme.
Quand avez-vous réalisé que vous vouliez fusionner Shannara et Word and Void ?
Après avoir évalué la possibilité de faire tenir la série de livres en cours dans les 15 ou 16 tomes de Shannara, ensuite s'est posé la question de comment faire fonctionner tout cela, ce qui signifiait que je devais prendre tous les éléments que j'avais établis à propos des mondes futurs et que je devais expliquer comment tout s'était produit. On ne peut pas juste présumer que d'un coup la science a disparu et a été remplacée par la magie et c'est tout. D'où viennent les druides ? D'où venait la magie ? Et qu'est-ce que c'était que tous ces autres trucs qui ont eu lieu ?
Donc il fallait que je couvre toutes les périodes parce que j'avais prudemment établi dans le tome un de Shannara qu'il y avait une différence de mille années entre la fin du vieux monde et le début du premier Conseil des Druides. J'avais plus ou moins décidé qu'il faudrait que ça se fasse graduellement et que je ne pourrais pas tout faire dans la première série de livres. La première série devrait retracer la destruction du vieux monde et comment il a disparu, ainsi que de quelle façon la science a disparu. La série suivante devrait raconter ce qui est arrivé ensuite dans le processus.
C'est un processus de sélection très intuitif. Pourriez-vous jamais aller contre cet instinct dans le prochain roman et, dans ce cas, avoir écrit Royaume Magique à Vendre à la place ?
J'aurais probablement pu parce qu'à ce stade de ma carrière je peux vraiment écrire juste ce que je veux et ça aura une audience quelconque. Mais je suis également conscient que mes lecteurs et mes éditeurs ne veulent pas me voir m'éloigner trop de Shannara. Ca les rend impatients donc j'essaie de ne pas écrire plus de trois livres à la suite hors de cette série. C'est un marché raisonnable, celui sur lequel tout le monde est d'accord. Mais j'aime toujours écrire Shannara, ce n'est pas comme si c'était une corvée. Si c'était vraiment devenu une corvée, si c'était comme si je n'avais plus de bonnes histoires à raconter et si c'était devenu un devoir plutôt qu'un travail que j'aime, alors j'aurais probablement tout arrêté pendant une longue période, voire même complètement.
Heureusement cela n'est pas arrivé et le truc c'est de réinventer et de retravailler continuellement où ils vont. Avec la Genèse j'ai vraiment pu faire cela. J'écris un livre de la série de Shannara, mais ce n'est pas vraiment la série de Shannara, ça ressemble plutôt à Word and Void et certaines parties sont complètement inédites donc c'est intriguant. J'aime écrire de nouvelles choses plutôt que trop d'anciennes.
L'approche vis-à-vis des Enfants d'Armageddon
Avez-vous abordé les Enfants d'Armageddon d'une façon différente par rapport à vos autres romans ?
Non, chaque fois que vous commencez un nouveau roman d'une série mais que vous êtes à une période différente de l'histoire, vous devez réinventer les choses, vous devez le considérer avec attention, garder à l'esprit toute la série des livres en même temps que ce que vous êtes en train d'écrire. Vous devez plus ou moins poser à plat toutes les règles fondatrices dans le premier roman, parce que c'est ce qui donnera le ton pour les livres qui viendront après.
J'avais envisagé le paysage pendant que je travaillais sur les livres de Word and Void, donc ça ne m'était pas complètement étranger. C'était plus la question du comment je le fais ? Par exemple, vous vous asseyez et vous réfléchissez : bon, je veux commencer avec le plus petit dénominateur commun et avancer jusqu'en haut. Je vais faire ci, et ça, mais, attends une minute, et à propos des elfes ? Ils sont là quelque part, où sont-ils ?
Vous devez penser à ce qui va être et au fait qu'à un moment donné vous allez devoir expliquer pourquoi la magie est devenue le pouvoir dominant et d'où viennent les druides. Donc, d'où viennent-ils ? Qui sont leurs ancêtres ? On devait aussi établir pour quelle raison les races se sont séparées et d'où elles venaient toutes. Et bien sûr il y a également quelques fausses pistes là dedans, pour que les gens qui croient avoir tout compris découvrent que c'est en fait différent de ce qu'ils pensaient.
Ca m'a pris un bon moment de réflexion pour savoir ce que j'allais couvrir et ce dont il faudrait que je me préoccupe plus tard. Mais j'ai fait cela depuis suffisamment longtemps pour avoir une confiance assez profonde dans le procédé et pour savoir que je n'ai pas besoin d'avoir toutes les réponses d'un coup. J'ai besoin de connaître la direction générale et les réponses importantes et le reste se glissera dedans tout seul.
De combien d'information avez-vous besoin en avance ?
J'ai besoin d'avoir environ cinquante pour cent des détails mis au point. J'essaie de penser à la plupart d'entre eux jusqu'à un certain point, mais même quand je commence à écrire le livre je ne connais pas toutes les réponses. Je pense que ce serait assez présomptueux de ma part. L'écriture du livre détermine toujours la façon dont l'histoire va être menée et les choses peuvent toujours changer, peu importe combien vous avez pu y penser au préalable.
Quels personnages sont arrivés les premiers pour cette série ?
Les enfants des rues. Je savais dès le départ qu'il y aurait une hiérarchie. Si la civilisation est détruite et que nous n'avons aucun ordre, il se reformera d'une façon différente. Les murs d'enceinte ont déterminé la façon de vivre du plus grand nombre de personnes, parce que la sécurité est dans le nombre et parce qu'ils protègent des éléments, des maladies et des fléaux et de toutes les autres choses qu'on n'aime pas qui nous touchent car c'est ainsi que nous sommes. On entre dans une mentalité d'état de siège.
Toutes les personnes qui ne sont pas indispensables ou qui sont handicapées seront écartées et rejetées. Donc les corbeaux et les lézards et les personnes qui ont subi une mutation, tous seront mis à la rue. Les enfants sans parents ou protecteurs seront également inutiles, donc ils seront rejetés et deviendront les enfants des rues et formeront leurs propres petites tribus qui leur permettront de survivre du mieux possible. C'était cela mon idée d'origine.
Quels personnages sont arrivés en dernier ?
Les elfes, ils faisaient partie d'une réalisation plus tardive. Je les avais complètement oubliés et soudainement j'ai pensé que je ne pouvais pas d'un coup les faire ressurgir plus tard car ils auraient été détruits en même temps que tous les autres pendant l'apocalypse qui arrive à la fin du roman.
Qu'est-ce qui vous a inspiré cette vision du futur ?
Pour moi c'est toujours le fait de m'énerver à propos de quelque chose. J'y pensais depuis un moment et nous avons été moins que satisfaits de la situation politique aux Etats-Unis pendant les six dernières années et cela ne s'améliore d'ailleurs pas. Nous avons connu le déclenchement de toutes sortes de maladies et d'épidémies, l'empoisonnement de nos ressources et l'atmosphère générale est devenue très combattive. C'est une mentalité à la Eux ou Nous qui prend de l'ampleur, pas seulement aux Etats-Unis mais dans une grande partie du monde.
J'ai simplement pensé à une possibilité : et si la tempête idéale arrive et que tous ces éléments se déchainent d'un coup ? Et si notre environnement s'affaiblissait complètement ? Et si une épidémie de fléaux a lieu et que cela engendre une riposte qui résulte en une attaque nucléaire et en l'effondrement des gouvernements, que les armées soient détruites et que les milices prennent le pas ? Tout d'un coup vous êtes dans un monde complètement fou où la seule chose à faire est d'essayer de survivre du mieux possible.
Certains rechercheront l'ordre bien sûr -- essayer de sauver le monde aura un certain sens. C'est très biblique par certains aspects. L'inondation arrive et bien peu survivront. Comment vont-ils survivre ?
Dans La Genèse de Shannara, tout tourne autour de cette créature Gypsy Morph qui se manifeste ici en tant qu'enfant. Et l'enfant les guidera vers un monde meilleur, un autre endroit où ils pourront survivre au feu qui s'annonce. Ils auront une chance de tout recommencer depuis le début et de reconstruire et alors la question devient de savoir quel succès ils auront et s'ils vont être capables de travailler ensemble ? Comment surmonteront-ils les difficultés ? Et puis chaque chose en amène une autre vous savez, juste comme ça.
Est-ce que c'est thérapeutique pour vous ?
Oui ça l'est. J'aime penser à ces choses parce qu'alors vous êtes le maître de la situation. Il y a une grande satisfaction à dire : bon je pense que quelque chose de décent sortira de tout ça. Je ne sais pas -- c'est jouer à être dieu.
En tant que « dieu » vous pouvez créer de nouveaux monstres et démons...
Oui et pour moi la fonction des créatures est double. Dans ce livre, c'est de montrer d'où viennent les races, parce qu'au long de l'histoire les Races de Shannara vont évoluer à partir de certaines de ces créatures. Mais la seconde fonction est de tester le courage des héros face aux challenges auxquels ils vont être confrontés, ce qui va inclure des choses comme les hommes isolés et l'armée de démons, la milice de crapules et les bandes de corbeaux et de lézards dans les rues.
Créeriez-vous un monstre sans raison particulière ?
Non, je pense qu'une partie de votre travail en tant qu'écrivain est d'avoir des raisons pour faire arriver des choses -- rien n'arrive jamais sans raison. Chaque fois que vous créez un monstre, soit dans l'idée de créer une situation artificielle, soit pour introduire un deus ex machina, alors vous avez un problème. Je crois sincèrement qu'un moins est un plus dans l'usage de la magie et qu'elle devrait être utilisée avec parcimonie. Ce qui fait vendre un livre de fantasy c'est le conflit entre les personnages, la profondeur des personnages et les difficultés auxquelles vous les faites se confronter. Ce n'est pas le côté horrible d'un certain monstre ou le nombre de fois qu'une épée est levée pour abattre un monstre ou quelque chose de ce genre -- ça c'est un truc à la Conan le Barbare et ce n'est pas ma façon d'écrire. Je sais que pour certaines personnes c'est la bonne chose mais ça ne l'est pas pour moi.
Le procédé d'écriture
Comment faites-vous pour rester intéressé dans chaque nouveau roman ?
Plus je suis dans ce métier, plus j'apprécie d'expérimenter avec l'écriture en général. Jusqu'au point où, à peu près une fois par roman, je vais me conduire, par l'écriture, dans une situation très difficile juste pour voir si je peux m'en sortir. Je crois que vous devez sans cesse vous lancer des défis dans le but de rendre votre écriture toujours intéressante pour les lecteurs et ça c'est un défi constant surtout quand on a une aussi longue carrière, qu'on pourrait juste s'en aller et laisser tomber, mais alors ma femme devrait supporter de me voir traîner à la maison !
Est-ce qu'il vous arrive de souhaiter défaire des évènements de romans précédents ?
De temps en temps, oui, j'ai quelques regrets de ce genre, où je pense que j'aurais pu faire ça différemment et que ça aurait résolu le problème. Mais ça fait juste partie du challenge. Vous êtes coincé, maintenant qu'est-ce que vous allez bien pouvoir faire ?
Qu'est-ce que vous faites ?
Quand vous vous trouvez coincé dans une situation que vous avez créé, où vous avez mis les personnages dans une situation délicate ou vous avez créé une énigme dont il faut la solution, vous devez trouver un moyen logique de tout résoudre. Parfois ces solutions sont faciles à trouver si vous vous donnez la peine d'y réfléchir un peu. Parfois elles prennent longtemps à être trouvées car aucune réponse ne se présente d'elle-même.
Par exemple, à la fin des Enfants d'Armageddon, les gens jettent Hawk et Tessa du haut des murs de l'enceinte. Disparus ! J'avais cette image en tête bien longtemps avant d'arriver à cette scène. Je me suis dit c'est comme ça que ce livre va se terminer parce que les gens vont faire Oooh ! ... [Souffle coupé]... Regardez ce qui leur est arrivé !
J'ai pensé que c'était tellement cool mais ensuite je me suis dit bon, c'est bien, ils se sont fait jetés du haut des murs, et maintenant ? Est-ce qu'ils tombent presque jusqu'à terre et cette main les rejoint et les attrape et les dépose doucement sur le sol ? Est-ce que Hawk a des pouvoirs magiques qui vont les sauver ? Quelle est la solution ? Mais je savais également que les survivants allaient éventuellement rejoindre le Roi de la Rivière d'Argent. C'était probablement là que Hawk allait apprendre la vérité sur lui-même et sur ce qu'il devait faire et il l'apprend du Roi de la Rivière d'Argent qui va en fait le ramener chez lui avec les survivants. Donc le Roi était celui qui allait les sauver mais personne ne saurait ça, ils disparaitraient simplement dans la lumière et nous ne saurions rien jusqu'à ce qu'il se réveille dans les jardins. C'était une situation dont la solution a mis du temps à se manifester mais je savais qu'il me la faudrait au moment où j'allais arriver au dernier chapitre du tome un.
Vous faites quelque chose de spécial pour aider à générer ces idées ?
Je dis à tout le monde que quand je suis coincé et que je cherche des idées ou même quand je veux simplement générer des idées, la meilleure chose à faire est soit de se plonger à l'endroit où l'esprit s'est libéré et de se laisser aller, soit de se mettre dans une situation où il y a de l'eau -- les douches sont géniales. Je trouve une tonne d'idées sous la douche. C'est incroyable. Là dedans c'est comme être dans un état de bruit de fond et votre esprit se libère soudainement et vous commencez à suivre toutes les possibilités qui sont dans votre tête. C'est de la vraie magie ! Bien que parfois rien n'arrive du tout et vous devez réessayer plus tard.
Et finalement, la fin des Elfes de Cintra est très tendue. Est-ce que vous vous trouvez dans un état émotionnel similaire quand vous écrivez ?
Non, je suis très détendu et concentré, séparé de l'histoire -- le maître des marionnettes manipule ! Je pense que c'est dans cet état qu'il faut être. Vous pouvez être passionné par ce que vous écrivez mais vous devez garder l'esprit clair quant à la façon d'y parvenir. La partie construction nécessite que vous preniez vos distances avec le contenu.
C'est la même chose quand vous tuez l'un de vos personnages, vous faites quelque chose d'horrible ou vous ressentez un moment d'intenses émotions. Si vous ne parvenez pas à vous libérer de tout ça, je pense que vous ne pourrez probablement pas l'écrire de la façon dont ça doit être écrit. Du moins je ne peux pas, parce que je suis sûr que d'autres auteurs diraient vous êtes fou, bien sûr que vous pouvez, je fais ça tout le temps !. Mais du moins pour moi, prendre de la distance semble fonctionner davantage et je ne me laisse emporter que plus tard quand je le relis, une fois que c'est terminé.

Le prochain projet de Terry Brook est une histoire du « Royaume Magique à Vendre » qui doit paraître au printemps 2009.

Article originel


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :