Vous êtes ici : Page d'accueil > Tolkien

Tolkien, dans son époque.

Par Foradan, le lundi 2 septembre 2019 à 00:00:00

Tolkien jeuneJ.R.R. Tolkien est connu, mondialement. Au point que de grandes expositions lui sont consacrées, des festivals lui rendent hommage, des livres et des films parlent de lui, au-delà de son œuvre.
C’est le moment idéal pour lui consacrer une série d’articles, en commençant par une date symbolique, celle de son départ pour Valinor (coïncidence, c’est pratiquement la date anniversaire de votre site fantasy de référence).
Nous allons voir ce qui se cache derrière les premières lignes de toute biographie « il est né à tel endroit en telle année », et éclairer le contexte du monde dans lequel il a grandi.

Discuter de Tolkien et son époque sur le forum

Les jeunes années

Tout d’abord, Tolkien n’est pas né en Angleterre ; il n’est pas né non plus en Afrique du Sud (le pays que nous connaissons aujourd’hui sous ce nom était alors divisé entre des états sous influences hollandaises et anglaises) : Blomfontein est alors la capitale de l’Etat libre d’orange, une république néerlandophone dans laquelle les anglais, comme la famille Tolkien, ont le statut d’étrangers (surtout entre les deux guerres des Boers sur fond de ruée vers l’or).
Cette Afrique, qu’il n’aura connu que quelques années, fait partie d’un mouvement mondial comprenant une révolution industrielle et une course à la colonisation.
Car en 1892, c’est l’empire de Victoria qui s’étend à la surface du globe, du Canada aux Indes orientales, l’Australie et une bonne partie du continent africain. Pendant ce temps, c’est la Belle Epoque dans la France de la Troisième République et la fin de la Conquête de l’Ouest aux Etats-Unis.
En attendant la Première guerre mondiale, c’est une période de développement économique et industriel (des trains, du pétrole, de l’électricité, de la chimie, de l’automobile), mais une société inégale dépeinte par la floraison d’artistes tels que Dickens, Conan Doyle (c’est l’époque de Jack l’Eventreur et de Mary Poppins), Stevenson, Zola (Emile, pas Armin), Jules Verne, HG Wells, Bram Stoker, Edmond Rostand, Mallarmé, Tolstoï, Rudyard Kipling, les préraphaélites (en peinture, à côté des van Gogh, Cézanne, Degas, Gauguin, Monet, Munch…).
Et c’est aussi la naissance du cinéma, celle des jeux olympiques modernes, les premiers travaux de Freud, les premiers vols de Clément Ader. Le tourisme commence doucement à se populariser. Toutes ces choses qui nous sont communes, c’est la pointe de la nouveauté et la transformation accélérée du monde.
Pour donner un éclairage particulier sur cette période, voici quelques anecdotes datant de la prime jeunesse de Tolkien (ce sera trivial, varié et divertissant).

En football, le meilleur club d’Angleterre est alors Sunderland (les amateurs apprécieront), Liverpool est fondé alors que J.R.R. n’a que 6 mois et Manchester United n’est encore que le Newton Heath LYR Football club.
Aux Etats-Unis, les règles du Basket-ball sont définies pour la première fois. Le moteur diesel est breveté en Allemagne. Le hockey sur glace reçoit la coupe Stanley. Première finale de championnat de rugby en France. La police commence à utiliser les empreintes digitales. Le gang des Dalton est abattu. Tchaikovsky produit Casse-Noisette. Le train transsibérien est en construction. Gandhi arrive au Transvaal pour quelques années. Un soda au cola est embouteillé. On découvre la radioactivité et que l’activité humaine pourrait participer au réchauffement climatique (rien de très nouveau donc).

Ce n’était pas le siècle précédent, mais celui d’avant, et parfois si proche de nous. Et au milieu duquel va fleurir l’architecte jardinier d’un univers fabuleux.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :