Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Toutes les saveurs


Toutes les saveurs

Titre VO: All the Flavors

ISBN : 978-284344981-9
Catégorie : Aucune
Auteur/Autrice : Ken Liu
Traduction : Durastanti, Pierre-Paul

Idaho City, en pleine fièvre de l’or.
Les temps sont à la conquête. De l’Ouest, bien sûr. De la fortune, surtout… Prospecteurs, commerçants, banquiers, filles de petite vertu, bandits et assassins s’agrègent en une communauté humaine au goût de mauvais whisky et à l’odeur de poudre. Et puis il y a ce petit groupe de prospecteurs chinois. Qui vivent entre eux, s’entassent dans des baraquements minuscules, et font planer sur la ville les effluves de leur cuisine aux saveurs aussi épicées qu’inconnues. Lily, la fille de leur propriétaire, est fascinée par ces étrangers aux coutumes impénétrables. Et par l’un d’entre eux en particulier, un géant au visage rouge et à l’immense barbe, Lao Guan, qui lui apprend les mystères du wei qi et lui raconte des récits stupéfiants, les aventures de Guan Yu, le dieu de la guerre, de Lièvre roux, son cheval de bataille, et de Lune du dragon vert, sa fidèle épée. Guan Yu, qui fait face à l’injustice et à la trahison dans cette Chine impériale fabuleuse. À l’image de Lao Guan, dans cette Amérique en gestation…

Critique

Par Gillossen, le 01/06/2021

Toutes les saveurs est une novella inédite (presqu’une nouvelle, à vrai dire) signée Ken Liu.
De quoi, sans doute, chez beaucoup de lectrices et de lecteurs, suffire largement pour provoquer un réflexe d’achat sans guère d’hésitation. On connaît la maîtrise et le talent de l’auteur dans l’exercice et c’est encore le cas ici. 
Avec ce nouveau texte (datant de 2012) il revient, sans détourner le regard sur les dures réalités de l’histoire, mais avec un certain optimisme, via des scènes souvent dotées d’une véritable chaleur humaine, sur l’installation des premiers immigrés Chinois en Amérique, qu’ils soient ouvriers, chercheur d’or ou se lançant dans le commerce de la blanchisserie. Ken Liu alterne très simplement chapitres centrés sur la rencontre entre la jeune Lily et ses voisins immigrés, à commencer par le dénommé “Logan” (Lao Guan de son vrai nom), et comment ils vont peu à peu apprendre à se connaître, de son père tout comme elle ouvert sur les autres à sa mère beaucoup plus réservée - et les histoires que lui raconte justement ce Logan, revenant sur la légende du dieu de la guerre chinois, Guan Yu. 
C’est un très joli récit, presque intimiste (nous n’avons pas du tout affaire à un western épique), et humain avant tout que nous offre l’auteur. Culture, traditions, cuisine… On peut s’apprivoiser de bien des façons, pour peu que l’on soit prêt à écouter l’autre. 
Même si l’on se demande assez vite si ne serait pas une nouvelle incarnation du dieu évoqué plus haut, ce qui ne sera de toute manière jamais confirmé (ou infirmé d’ailleurs), la dimension “Imaginaire” de Toutes les saveurs s’avère très limitée, quand bien même peut-on le rattacher au Fantastique. Ce n’est certainement pas une raison pour ne pas en parler du tout dans nos colonnes (après tout, c’est bien le Bélial qui l’édite, n’est-ce pas ?), quand bien même la conclusion nous laisse-t-elle pas un peu sur notre faim - c’est le cas de le dire ! - après une lecture pas loin de se révéler idéale jusque là. 
Limpide, plein de jolis moments et d’autres nettement plus terribles, Toutes les saveurs mérite amplement le coup d’œil.  

8.0/10

Discuter de Toutes les saveurs sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :