Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy > Jeux

Une interview de Pierô Lechevalier

Par Akallabeth, le jeudi 10 mars 2011 à 10:20:57

PierôLaissez-moi vous conter une histoire.
Notre ami Arantar a testé récemment un jeu nommé Yggdrasil, et, non content d'avoir fortement apprécié l'expérience, il est également tombé amoureux du dessin. En petit être besogneux il s'est dit, ni une ni deux, Il faut que j'interviewe cet illustrateur !. Aussitôt dit, aussitôt fait, voici le résultat !
Avant d'entamer le sujet proprement dit, quelques petits mots sur notre homme : Pierre Lechevalier, dit Pierô, s'est notamment fait connaître des joueurs avec ses illustrations de Ghost Stories ou Dice Town. Ayant contribué tout récemment à l'édition d'Yggdrasil, il a bien voulu accorder à Elbakin.net un peu de son emploi du temps très chargé et nous l'en remercions vivement. Arantar a choisi de mener l'entretien sous la forme d'un voyage au sein de cet arbre-monde de la mythologie nordique qu'est Yggdrasil.

Venez réagir sur le forum.

Nos questions / ses réponses

Commençons notre voyage par Helheim, où les joueurs peuvent demander de l’aide aux âmes des Vikings tombés au combat. Avez-vous des modèles, parmi les artistes qui vous ont précédé (dans n’importe quel domaine artistique : peinture, BD, …) ?
Ho oui, des modèles, j’en ai plein… Des dizaines même... Mais c’est vrai que les artistes qui m’ont le plus inspiré restent les dessinateurs de BD qui me suivent depuis mon enfance et qui continuent à me marquer. Je pense à Uderzo, Gotlib, Hugo Pratt, Arthur Qwack, Régis Loisel, Boucq, Tardi, Hermann… Entre autres... Je pourrais citer des artistes peintres aussi mais j’ai complètement abandonné à l’âge de 18 ans l’idée de faire de la peinture « artistique » au profit de la BD ou de l’illustration. Après, aujourd'hui, il y a plein d’illustrateurs et dessinateurs de BD que j’adore et que j’admire.
Rendons-nous sur Niflheim, le Monde des Ténèbres, qui permet aux joueurs de s’échanger des âmes elfes ou vikings. Contre quel autre métier auriez-vous pu/voulu échanger votre profession actuelle ?
Heuu… Pour rien au monde je ne changerais de travail. J’aime être illustrateur même si ça n’est pas toujours drôle ou passionnant. De toutes façons, je ne suis pas capable de faire autre chose. Ma mère me voyait acteur de théâtre ou illustrateur. J’aime énormément la photo, la sculpture aussi… Mais en aucun cas je n’aurais pu en faire un métier. Après, j’ai bossé dans des commerces pendant 10 ans pour payer mon loyer avant de devenir illustrateur pro… Et il paraît que je suis pas mauvais commerçant… Mais ça, c’est parce que je parle beaucoup.
Muspellheim, le Royaume du Feu, permet aux ennemis de « pourrir » les sacs de ressources des joueurs. Y a-t-il des petites (ou des grandes) choses qui vous « pourrissent » la vie de dessinateur ? Comment parvenez-vous à lutter ?
Bah, le temps. C’est le plus gros adversaire qu’un illustrateur doit affronter car on est toujours à la bourre ou pas loin de l’être. Sinon, le manque d’inspiration, souvent… Mais le seul truc qui pourrit vraiment la vie de l’illustrateur… C’est les illustrateurs qui décident de bosser gratos ou pas cher du tout pour s’assurer d’avoir du boulot. Ça, c’est un enfer car cela dévalorise entièrement la profession. Il devient alors impossible dans une branche éditoriale de bosser quand 2 ou 3 gribouilleux pas trop mauvais commencent à faire chuter les prix car ils n’osent pas se faire payer à leur juste valeur.
Sur Midgard, nous observons la chevauchée des Walkyries, se déplaçant d’île en île pour aider les joueurs dans leur quête des âmes. Qu’est-ce qui vous fait avancer, vous motive ?
Héhéhé… Payer mon loyer. Plus sérieusement, c’est un métier que j’ai choisi depuis que je suis tout tout jeune. Je savais que je dessinerai toute ma vie et je savais, à l’âge de 13 ans, que je ferai des dédicaces… Donc voilà, c’est pour ça que j’avance et que je suis motivé… Je fais le taf dont j’ai toujours rêvé… Et c’est un sacré bon taf !
Nous arrivons à Nidavellir, où les Nains forgent les équipements des joueurs. Quelle(s) technique(s) de travail a(ont) votre préférence, et pourquoi ? Y a-t-il un travail dont vous êtes particulièrement fier ?
Je travaille tout, ou quasiment, sur l’ordinateur. Je ne touche que très très rarement le papier. Je ne m’en plains pas d’ailleurs, je ne fais pas partie de ceux qui aiment particulièrement « l’âme » ou le « touché » du papier et du crayon. J’aime les images et le résultat. Donc c’est du 100 % tablette graphique et ordi. Cela dit, j’ai travaillé sur un jeu récemment sur lequel j’ai du revenir au papier/crayon et cela ne m’a pas déplu… Mais je préfère mon ordi et mon « ctrl+Z » pour annuler un truc sans avoir à refaire. Un de mes travaux que j’aime particulièrement ? Le jeu Dice Town car c’est celui qui me ressemble le plus. Ou Lost Temple qui arrive bientôt.
Jötunheim, la Forteresse de Glace se hisse devant nous à présent. Y a-t-il, parmi les jeux ayant du succès, des titres qui vous laissent de marbre ? Quels sont au contraire ceux qui vous réchauffent le cœur ?
Je ne sais pas ce qu’on peut appeler « avoir du succès ». S’il faut vendre des centaines de milliers de boîtes pour qualifier le succès… Ben sans dire qu’ils me laissent de marbre, c’est pas forcément le genre de jeu que je vais pratiquer souvent (Jungle Speed, Dobble…). Ce sont des jeux supers, mais pas forcément pour moi. Après, j’adore les Loups-Garous, Small World, 7 Wonders, les Aventuriers du Rail… Bref, des best-sellers qui sont des très bons jeux et qui me parlent plus qu’un jeu où il faut s’arracher un totem ;) (même si de temps en temps, j’adore).
Nous voici sur Vanaheim, la Terre Bénite, où les joueurs peuvent stocker des actions pour utiliser leurs effets plus tard. Vous avez déjà fait quelques BDs, des storyboards, des jeux. Avez-vous dans l’idée de vous essayer à une nouvelle discipline dans le futur ?
Pas vraiment… Je n’ai pas fait de BD en France, enfin, pas qui ont été publiées… Donc je sais que je m’y mettrai un jour. Je voudrais bien faire des couv' de livres aussi et, pourquoi pas, un livre illustré. Mais bon, j’aime dessiner et, en soit, j’aime dessiner pour n’importe quel support… Tant que je dessine, perso, ça me va !
Alfheim, Demeure des Elfes, fait apparaître l’une des races les plus connues et représentatives de la fantasy. Êtes-vous un amateur de fantasy, tant en livre qu’en comics ou en film ? Si oui, quelles œuvres vous ont le plus marqué ?
Oui, je lis pas mal de fantasy (Les Portes de la Mort, La Roue du Temps, Les Dragons de Pern, etc.) et beaucoup de BD aussi… Mais il y en a peu qui me marquent sur ce support. J’ai été profondément marqué par La Quête de l’oiseau du temps et par Le Soleil des loups. Les Légendes des contrées oubliées m’avaient profondément marqué ado aussi. Mais dans la production actuelle, rien ne m’a vraiment attiré. En film, bah, j’ai envie de citer Willow, Legend, et Lady hawk… Depuis, à part la trilogie du Seigneur des Anneaux, rien de fascinant dans le domaine à mon sens.
Nous achevons notre périple en Asgard. La Muraille se dresse devant nous. Avez-vous déjà rencontré dans votre métier des difficultés qui vous ont parues/ont été insurmontables ?
Non, du tout. J’ai eu des projets plus durs que d’autres, des éditeurs plus chiants que d’autres… Mais jamais rien d’insurmontable ! Du fatigant, très fatigant parfois. Mais rien de grave.
La Porte du Valhalla, « paradis » nordique, nous attend. Avez-vous un rêve ? Ou bien l’avez-vous déjà réalisé ?
J’en ai plein ! Mais mon rêve de devenir illustrateur est réalisé, c’est déjà pas mal !
Nous voici enfin dans la Demeure d’Odin. Y a-t-il des lieux, des régions, dans lesquelles vous vous sentez « chez vous » ?
Là où je peux voir un coin de nature, la lune et les étoiles et des amis… Après, si en plus on peut y siroter une petite bière, je trouve ça parfait !

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :