Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Neverwinter > Neverwinter


Neverwinter

Tome 2 du cycle : Neverwinter
ISBN : 978-281120832-5
Catégorie : Aucune
Auteur/Autrice : R. A. Salvatore

Après la mort du roi Bruenor, le dernier de ses fidèles compagnons, Drizzt fait cavalier seul pour la première fois depuis près de mille ans. Mais Dahlia, l’elfe noire aussi envoûtante que vénéneuse, se joint à lui pour se venger de ceux qui ont causé la ruine de Padhiver. Cette alliée de taille ne risque-t-elle pas cependant de le détourner du droit chemin ?

Critique

Par Gilthanas, le 20/06/2014

Après un premier tome de bonne facture, R.A.Salvatore continue à nous narrer les aventures de Drizzt autour de la ville de Padhiver (ou Neverwinter en anglais, d’où le titre de la série). Après avoir perdu le dernier de ses compagnons historiques, Drizzt se retrouve livré à lui-même, au milieu d’un conflit qui ne devrait pas le concerner, si ce n’était sa nouvelle relation avec l’elfe Dahlia. Le voici donc plongé dans une guerre entre deux factions dont le but est le contrôle de la région de Padhiver.
A priori, rien de nouveau dans le pitch de ce roman consacré à l’elfe noir le plus connu au monde. A la lecture de la quatrième de couverture, on s’attend à une énième aventure qui fera la part belle au combat, et où après quelques difficultés, Drizzt parviendra à vaincre ses adversaires. Et finalement, c’est le cœur du roman. Mais pas que…
Certes, ce tome est plus porté sur l’action que le précédent : les combats s’enchaînent, et bien que Salvatore fasse preuve d’une certaine imagination dans leur description, la lassitude s’empare peu à peu du lecteur au fur et à mesure que la lecture avance. Le récit n’est finalement qu’une succession de combats entremêlée de quelques périodes de repos où Drizzt s’interroge sur l’évolution du monde et sa place dans celui-ci. Ces moments d’introspection montrent l’impact de la disparition de Bruenor sur le comportement de Drizzt, qui, de plus en plus influencé par Dahlia, commence à remettre en cause ses convictions et à céder à ses instincts de drow. Celle qui devient sa nouvelle compagne possède sur l’elfe noir une influence qui se révélera potentiellement néfaste pour la suite.
N’oublions pas que nous sommes ici dans une série destinée avant tout à promouvoir le jeu vidéo éponyme. Ainsi, les différentes factions en présence sont bien présentées, même si de manière un peu artificielle, cahier des charges oblige. Cependant, tout ceci donne une impression de « vide », dans le sens où les factions qui s’affrontent pour le contrôle des lieux semblent un peu sortir de nulle part. Drizzt voyage de l’une à l’autre, plus pour permettre à l’auteur de les décrire que par réel intérêt scénaristique.
Au final, Neverwinter s’avère être un roman divertissant, mais bien en dessous de son prédécesseur. Même les fans les plus acharnés pourront trouver le temps long devant ce qui ne s’avère finalement être qu’un catalogue visant à promouvoir l’environnement du jeu vidéo. Est-ce finalement un hasard si Wizards of the Coast a mis en ligne un guide de lecture visant à replacer dans la région de Padhiver les différents protagonistes de l’histoire  ?

4.5/10

Discuter de Neverwinter sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :