Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Fantasy >La Saga des lances

La Saga des lances

Titre VO: The Spearwielder's Tales (Ce Cycle est En Cours)

Auteur : R. A. Salvatore

Il est parfois des auteurs qui semblent se complaire dans une certaine forme de Fantasy. Après La Trilogie de l’elfe noir, sérieuse, R.A Salvatore a-t-il voulu se tourner vers des histoires plus récréatives ? Le moins que l’on puisse dire… Enfin, voyez vous-même !

La Saga des lances

Le Bois aux elfes

Vous pouvez rêver de mondes mystérieux et d’exploits héroïques, imaginer des combats, des actes de bravoure… Mais vous ne pouvez pas réaliser ces désirs. C’est du moins ce que croyait Gary Leger. Jusqu’à ce qu’il fasse cette expérience inouïe, inconcevable : le voici dans l’autre monde ! Mais était-ce vraiment une bonne idée ? Traqué par une sorcière à la cruauté sans bornes, vampé par une nymphe un peu trop sexy, menacé par une horde de trolls affamés, il n’a plus qu’une envie : retourner chez lui. Oui, mais… où est la sortie ?

La Saga des lances

La Dague volée

Tout a démarré à cause d’une dague volée, et d’un lutin qui voulait récupérer son trésor. Puis un dragon s’en est mêlé, ce qui n’a pas été sans réveiller la colère d’une certaine sorcière. Rapidement, les trolls ont mis leur grain de sel, seulement c’était sans compter sur les gnomes. Alors les elfes et les nains ont fait alliance, mais c’était déjà une sacrée pagaille. Gary Leger a-t-il vraiment bien choisi le moment de son retour en Faerie ?

La Saga des lances

Le Retour du tueur de dragons

En épousant Gary, Diane épouse malgré elle une incroyable vie d’aventures. Rien n’indiquait que son voyage de noces, commencé dans les brumeuses landes d’Écosse, l’entraînerait jusqu’aux terres légendaires de Faerie. Car dans ce monde, Gary n’est autre que le héros porteur de la lance magique, l’homme qui a terrassé le dragon et le seul capable de faire trembler Ceridiwen, la terrifiante sorcière. Et aujourd’hui, Gary est de nouveau appelé par ses amis elfes et lutins, pour protéger une troisième fois le royaume de Faerie dont la paix est menacée par les forces du mal. Mais son plus grand défi ne consiste-t-il pas à faire de Diane une nouvelle actrice de la légende ?


Critique

Par Gillossen, le 17/07/2001

Publié deux ans avant L’Ombre pourpre, on pouvait donc s’attendre à encore pire, en supposant qu’un écrivain aille en s’améliorant, aussi bien au niveau de l’intrigue, du style… Et pourtant, La Saga des Lances constituerait presque une bonne surprise. Presque, car c’est tout de même très loin d’être un chef d’œuvre, voir même une trilogie réellement divertissante. En effet, on retrouve les mêmes fêlures que dans ses autres écrits. C’est à dire avant tout autre chose que son style est trop plat, dépourvu d’artifices à même de faire pétiller l’intrigue, pour relever celle-ci. Pourtant, elle est malgré tout beaucoup plus intéressante que dans L’Ombre pourpre, où les poncifs s’accumulaient les uns après les autres. Dans cette trilogie, les aventures de Gary Leger sont bien plus attachantes que celle de Luthien Bedwyr, car au moins, il a une réelle profondeur, et l’on est plus tenté de suivre ses pas, puisque l’auteur a pris le parti d’en faire un personnage originaire de notre monde. Bien entendu, il représente l’archétype du jeune et naïf jeune homme aspirant à devenir un héros, mais R.A Salvatore fait preuve d’une habileté un peu plus prononcée, ou du moins d’une utilisation moins forcée des ficelles les plus grossières. Sa plongée dans un monde de Fantasy est même par moments assez réjouissante, tant il alterne les moments de délire plus ou moins prononcés avec un sérieux plus marqué. Malheureusement, nous avons souvent droit par la même occasion à un fourre-tout parfaitement éhonté, où Salvatore semble vouloir à tout prix caser tout le bestiaire de la Fantasy, toutes origines confondues. A croire qu’il a écrit son histoire avec en permanence cette idée derrière la tête. Ne croyez donc pas tomber sur une œuvre véritablement solide, prenante. Nous sommes encore très loin des sommets du genre, voire même de ce que Salvatore a pu faire de mieux, avec La Trilogie de l’elfe noir. Trop de choses seraient encore à revoir, si l’on songe par exemple à la somme d’idées déjà vues et revues un peu partout, et qui sont en plus traitées ici sans la moindre once d’originalité, ou les éternels seconds rôles alternativement ridicules ou antipathiques. Finalement, on ne peut véritablement conseiller cette œuvre, quand bien même vous n’auriez rien d’autres à se mettre sous la dent. Tournez-vous vers d’autres lectures, à moins qu’on ne vous le prête ! A ce moment-là, jugez par vous-même…

3.5/10


Discuter de La Saga des lances sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :