Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Le Livre malazéen des glorieux défunts > House of Chains


House of Chains

Tome 4 du cycle : Le Livre malazéen des glorieux défunts
ISBN : 978-076534881-4
Catégorie : Aucune
Auteur : Steven Erikson

Dans le nord de Genabackis, un groupe de guerriers venant des tribus barbares descend de leurs montagnes dans les vastes plaines du sud. Leur objectif est d’accomplir un massacre parmi les hommes des plaines détestés, mais pour celui qui se nomme Karsa Orlong, cela marque le début de ce qui va devenir une extraordinaire destinée.
Quelques années plus tard, il faut régler les conséquences de la guerre qui a abouti à la Chaîne des Chiens. Tavore, la nouvelle Adjointe de l’Impératrice est arrivée dans la dernière place forte de l’empire sur le continent des Sept Cités. Novice en matière de commandement, elle doit faire de douze mille soldats, dont la plupart sont des recrues accompagnées d’un noyau de vétérans de la légendaire marche de Coltaine, une force capable de défier les innombrables hordes du Vent de Tempête de Sha’ik qui patiente au cœur du Désert Saint.
Mais attendre n’est jamais facile. Les seigneurs de guerre de la prophétesse sont englués dans des luttes de pouvoir qui menacent l’âme même de la rébellion, pendant que Sha’ik elle-même souffre, hantée par la connaissance de sa nemesis : sa propre sœur, Tavore.

Critique

Par Belgarion, le 05/02/2005

Avec le quatrième roman de son cycle, Steven Erikson nous ramène aux protagonistes de Deadhouse Gates qui avaient été laissés pour la plupart en mauvaise posture à la fin du tome 2. Le système de narration croisé cher à l’auteur commence à être connu et pourtant il nous surprend encore en débutant son roman en suivant les aventures d’un jeune guerrier barbare et non humain, Karsa Orlong, sur le continent de Genabackis. Ce n’est qu’après deux cent pages que le lien avec les évènements se déroulant sur le continent des Sept Cités apparaît.
Si Steven Erikson manie toujours aussi bien la plume et les retournements de situation, force est de constater que le livre est légèrement moins intéressant que ses illustres prédécesseurs. Les aventures de Karsa sont plus linéaires par rapport au reste du récit, et certains protagonistes partisans de Sha’ik sont un peu trop tranchés (en bien ou en mal). Sans aller jusqu’à dire que le cycle s’essouffle, loin de là, le livre n’en est pas moins inégal, ce qui constitue le principal défaut relevé.
De nouveaux personnages très intéressants font cela dit leur apparition au fil du récit, comme les faux dieux des Teblors ou le Haut Poing Gamet atteint par de nombreux états d’âme. De plus, le combat mental à distance entre l’Adjointe de l’impératrice et sa sœur qui a repris le flambeau de Sha’ik qui se déroule tout au long du livre est excessivement bien relaté et aboutit à un final poignant et inattendu. Enfin, Steven Erikson a démontré une nouvelle fois son savoir-faire au niveau de l’intrigue, en liant plusieurs évènements a priori dissemblables pour former une histoire complexe et riche qui s’étend sur l’ensemble du monde qu’il a créé et qui conclut cette fois définitivement l’histoire de la rébellion de Sha’ik.
Ainsi, bien que House of Chains se révèle d’une qualité légèrement inférieure aux trois autres, il n’en constitue pas moins une très bonne lecture qui ne lasse pas le lecteur. Cependant, là encore la complexité du scénario, du monde et du vocabulaire devraient rendre réfractaires ceux qui ne sont pas un minimum habitués à la langue de Shakespeare - en attendant une éventuelle traduction.

8.0/10

Discuter de House of Chains sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :