Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy > Trône de Fer

Game of Thrones saison 8, le grand récap

Par Zakath, le lundi 20 mai 2019 à 09:30:00

Episode 8.03 : The Long Night

Photo C’est peu de dire que le troisième épisode de cette dernière saison, intitulé The Long Night de manière appropriée (sauf quand on s’est levé suffisamment tôt pour le visionner avant de partir travailler), était attendu : la bataille où allait se jouer le sort du monde des vivants, rien de moins.

Le fait de confier la réalisation à Miguel Sapochnik, derrière la caméra pour certains des plus grands moments de la série (Hardhome, Battle of the Bastards et The Winds of Winter) avait de quoi mettre en confiance, mais la tâche était ardue. Les précédentes confrontations qu’il avait filmées se focalisaient en très grande partie sur Jon, et on ressentait en même temps que lui tout ce qu’il traversait, sans pour autant perdre de vue un cadre plus vaste. Cette fois-ci, beaucoup plus de personnages sont amenés à jouer un rôle décisif, on est en terrain dégagé, puis dans les murs de Winterfell, dans les airs… et pour ajouter à la difficulté, l’action se déroule de nuit, avec un temps qui vire à l’aigre.

Sapochnik ne se tire pas de sa besogne avec autant d’aisance que précédemment, mais ne démérite pas, et offre des moments mémorables. Il joue sur la confusion avec plus ou moins de réussite : pour le plus, si on peut trouver à redire tactiquement quant à la charge des Dothrakis (bien qu’ils soient plus à l’aise à cheval qu’enfermés dans une forteresse, c’est connu), la scène qui montre leurs épées enflammées s’éteindre peu à peu tandis que leurs cris de guerre se muent en hurlements, suivie par l’attente et le retour de quelques rescapés, fait son effet par son simple pouvoir de suggestion. Néanmoins, à d’autres moments, on est simplement trop perdu pour savoir comment réagir : on perd ainsi assez vite Tormund de vue, ainsi que Fantôme (le voir mourir à l’écran aurait au moins permis de mettre fin à la question récurrente des spectateurs se demandant où il a bien pu passer, mais le running-gag durera décidément jusqu’au bout).

Malgré ce défaut, l’épisode maintient un bon équilibre entre passages attendus et surprises bienvenues. Après un épisode qui nous laissait prévoir de nombreux décès parmi les personnages et une semaine pour préparer voiles de deuil et chants funèbres, le scénario se montre étonnamment généreux avec nombre de personnages que l’on pouvait penser condamnés (le couple formé par Missandei et Ver Gris a droit à un peu de répit tout comme Brienne par exemple) et offre à d’autres un sacrifice rédempteur annoncé de longue date : Jorah au service de sa reine, Theon en ultime protecteur de Bran (avec une petite mention pour la discrète Alys Karstark, elle aussi parmi les gardes du corps de la Corneille à Trois Yeux, et dernière représentante d’une famille qui avait également trahi les Stark), l’ultime mort de Beric Dondarrion, Edd, dernier visage familier d’une Garde de Nuit qui n’aura peut-être plus d’utilité... Finalement, au niveau des morts marquantes, seule celle de Lyanna Mormont n’allait pas de soi mais la série ne serait pas ce qu’elle est sans une mort évitable. Enfin, n’oublions pas Mélisandre, qui avait averti la saison précédente qu’elle reviendrait une ultime fois. L’épisode débute avec son arrivée et se clôt sur son départ définitif. La Sorcière Rouge n’avait pas grand-chose pour attirer la sympathie mais la sobriété de ses derniers instants ne manquait pas d’émotion.

Les éléments prévisibles et imprévisibles ne tiennent pas qu’aux morts : on avait vu venir le danger des cryptes, on ne s’était pas trompé mais il s’agit plus d’une péripétie pour mettre en péril les personnages connus enfermés là qu’un véritable renversement dans le cours de la bataille. Comme on pouvait aussi le deviner, le plan des protagonistes ne se déroule pas exactement comme prévu, bien que les préparatifs n’aient pas été inutiles, puisqu’Arya saura où trouver le Roi de la Nuit au moment décisif car il a bien agi comme le prévoyait Bran.

Pour ce qui est des éléments moins prévisibles, il fallait faire des choix, et forcément, ceux-ci sont amenés à diviser. D’aucuns pourraient trouver que donner à Arya le rôle de celle qui porte le coup fatal sort de nulle part malgré quelques rappels d’épisodes précédents illustrant que les scénaristes n’y ont pas pensé au tout dernier moment. Ou qu’il est injuste que cet honneur lui revienne tandis que Jon et ses camarades ont davantage fait pour contenir la menace et rassembler des combattants de tous horizons, tandis que la jeune fille n’avait encore jamais croisé un Marcheur Blanc. D’un autre côté, Jon était bien trop présenté comme un héros classique, héritier caché du trône et élu d’une prophétie, pour voir ce poncif traité au premier degré sans être déçu également.

Toutefois, si Arya règle la question d’un coup de dague, c’est l’aboutissement de tout un parcours où chacun aura joué un rôle, et si Jon et Daenerys, qu’on attendait davantage à cette place, sont mis de côté au moment fatidique, ils auront apporté leur pierre : s’ils n’avaient pas ralenti et séparé le Roi de la Nuit de Viserion, Arya ne serait probablement pas arrivée à temps pour sauver Bran et avec tout le respect qui lui est dû, même un dragon mort-vivant aurait peut-être été un peu trop pour elle.

Hors les problèmes de visibilité par moment, The Long Night parvient à relever le lourd défi de rendre justice à une bataille longuement attendue, et enchaîne des moments de tension dans des registres différents (affrontement épique à dos de dragon ou à l’épée, passage plus horrifique comme le jeu de cache-cache d’Arya avec les zombies…). À la musique, Ramin Djawadi tente de réitérer dans les dernières minutes de la bataille le morceau de bravoure de la scène d’ouverture de The Winds of Winter, mais les similitudes sont si évidentes dans sa composition qu’on ne peut se défaire de l’impression qu’il essaie un peu trop. Cela reste néanmoins efficace. On parvient donc à la moitié de la saison avec la principale menace écartée pour se recentrer sur des intrigues bien plus terre-à-terre. Trois épisodes de plus d’une heure pour nettoyer la Comté, en somme. La saison entre donc dans une autre dynamique, avec Cersei en ligne de mire, mais aussi des relations entre les personnages bien embrouillées : le contentieux entre les deux Targaryen, le Nord qui ne sautera pas à pieds joints pour suivre Daenerys au Sud alors que tout est à reconstruire chez eux… et espérons une occasion de briller pour Tyrion (s’il ne se prend pas un carreau d’arbalète avant).

Le programme reste donc suffisamment lourd pour qu’on reste concentré sur la dernière ligne droite et, si l’épisode peut sembler timide compte tenu du nombre de survivants encore en course, imaginez survivre à la Longue Nuit pour se faire tuer par ce guignol d’Euron Greyjoy : dans Game of Thrones on n’est pas à l’abri d’une si infâme cruauté.

  1. Episode 8.01 : Winterfell
  2. Episode 8.02 : A Knight of the Seven Kingdoms
  3. Episode 8.03 : The Long Night
  4. Episode 8.04 : The Last of the Starks
  5. Episode 8.05 : The Bells
  6. Episode 8.06 : The Iron Throne

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :