Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > La Première loi > Premier sang


Premier sang

Titre VO: The Blade itself

Tome 1 du cycle : La Première loi
ISBN : 978-275640294-9
Catégorie : Aucune
Auteur : Joe Abercrombie

Glotka, l’inquisiteur infirme en raison d’une amère expérience lors de la dernière guerre, ancien champion d’escrime, est devenu un tortionnaire particulièrement efficace.
Noble, officier tape-à-l’œil égoïste et potentiel futur vainqueur du tournoi d’escrime annuel, la capitaine Jezal dan Luthar mène une vie dissolue entre femmes et partie de carte qui lui permettent de plumer ses comparses militaires.
Logen Ninefingers, babare sanguinaire qui souhaiterait se ranger, vient de perdre son groupe d’amis et tente de survivre avec aux trousses les troupes des Northmen et de leur roi autoproclamé Bethod. Mais les anciennes habitudes sont parfois dures à perdre…
Chacun va voir sa vie bouleversée par l’apparition de Bayaz, vieil homme chauve au tempérament bien trempé, qui prétend être le Premier des Magi, à savoir une figure ancestrale, revenue dans le monde “civilisé” pour une raison à déterminer. Icône ou imposteur ?

Critique

Par Publivore, le 31/03/2009

Ce premier roman d’une trilogie – et premier roman tout court -, souffre des défauts que l’on constate assez souvent dans ce genre de situation, même s’il ne manque pas de qualités.
On y trouve beaucoup d’enthousiasme de la part de l’auteur, qui a un style relativement fluide et agréable, malheureusement contrebalancé par ce que l’on pourrait appeler des tics d’écriture (ou fautes de jeunesse ?), comme un vocabulaire parfois répétitif (les personnages passent leur temps à froncer des sourcils par exemple), ou une propension, en particulier dans la première partie, à utiliser des onomatopées seules comme dialogue (type « -Arrrgh, fit Jezal »). C’est amusant chez Pratchett en light fantasy, mais assez vite lassant ici !
Côté fond, le critique amateur ne sait pas trop sur quel pied danser. On assiste à une exposition des quatre à cinq personnages principaux, fouillés dans leur caractère et pour certains à qui il faut reconnaître une véritable originalité, comme l’inquisiteur infirme ancien escrimeur d’élite, et surtout sans manichéisme ! Mais l’action elle-même n’avance que très, très peu, et on finit le roman sans vraiment savoir ce que va nous conter l’auteur, même si paradoxalement, on ne s’ennuie guère.
Roman de contraste donc, jusque dans sa caractérisation, puisqu’on navigue entre humour… et scènes de torture ou de combat les plus crues ! Ces dernières sont d’ailleurs l’occasion de superbes passages comme celui du guerrier berserk en fin de roman. …

6.5/10

Discuter de Premier sang sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :