Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Les Élus du changelin > Les Enfants du fleuve


Les Enfants du fleuve

Titre VO: The Waterborn

Tome 1 du cycle : Les Élus du changelin
ISBN : 978-226508316-5
Catégorie : Aucune
Auteur : Greg Keyes

Le sang du dieu Fleuve coule dans les veines de la famille royale de Nhol. Hezhi, la plus jeune princesse, a bien du mal à comprendre la religion obscure qui gouverne son existence et celle de son peuple. Isolée dans le palais loin des siens, elle craint désormais pour sa vie. Son cousin vient en effet d’être enlevé par les prêtres du Fleuve, puis conduit de force sous les fondations de la cité. Avec l’aide d’un vieil archiviste acariâtre, elle est prête à tout pour découvrir si D’en a été sacrifié… et dans quel but.
Ailleurs dans le royaume, vit Perkar, un guerrier amoureux d’une déesse menacée par le dieu Fleuve. Décidé à sauver celle qu’il aime, sa quête le mène vers Nhol. Sans le savoir, les deux adolescents se sont déjà rencontrés : dans leurs cauchemars empreints de sang et de magie…

Critique

Par Gillossen, le 04/11/2009

En parlant justement de Fleuve, les éditions Fleuve Noir publient ce mois-ci ce roman de Greg Keyes, originellement publié en 1997, soit avant ses deux tétralogies suivantes, L’Âge de la déraison et Les Royaumes d’épine et d’os, que nous connaissons déjà.
Ce « nouveau » roman se révèle-t-il moins abouti que ceux qui ont suivi et qui représentent donc notre premier contact avec l’auteur ? Oui et non. En apparence, Greg Keyes ne semble pas prendre de grands risques pour un premier roman.
Nous nous retrouvons en face d’une histoire d’heroïc fantasy comme il y en a tant d’autres, une histoire qui utilise des schémas on ne peut plus classiques et offre une narration très directe, qui ne s’embarrasse le plus souvent pas de détours vis-à-vis de son intrigue principale. Les personnages, de même, sont là encore relativement convenus et manquent quelque peu d’épaisseur, tout en se montrant, comme souvent chez l’auteur, très vivants.
Mais là, où, comme souvent par la suite là encore, Greg Keyes se montre particulièrement malin, c’est dans le choix du cadre, et les idées qui les accompagnent. C’est de ces éléments que l’on retire une véritable originalité. L’auteur fait pour le coup preuve d’une vision personnelle et aboutie, qui sait s’appuyer sur un univers solide et qui n’est pas sans liens, là aussi souvent astucieux, avec certaines mythologies, aussi bien classiques pour nous que plus originales, tel ceux issus de la culture amérindienne, dans laquelle Greg Keyes lui-même est versé. Une vraie fraîcheur se fait donc palpable au fil des pages, que l’on a tendance à tourner de plus en plus vite à mesure que l’histoire progresse.
Déjà, l’auteur faisait preuve d’un sens du rythme avéré et d’une plume alerte, qui, d’ailleurs, l’accompagnent encore aujourd’hui. Il pêche par contre par la faute de tunnels de dialogue souvent trop fonctionnels (ce qui joue justement sur l’épaisseur des personnages, pourtant savoureux) et quelques rebondissements voire simples passages quelque peu gratuits.
Un roman sympathique et divertissant, que l’on pourrait même trouver prometteur, si l’on ne connaissait pas déjà l’avenir de l’auteur !

7.5/10

Discuter de Les Enfants du fleuve sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :